Articles

Nicolas Nadeau en tête après le programme court masculin junior, Julianne Séguin et Charlie Bilodeau au haut du classement après le programme court de patinage en couple junior

En 2002, par une journée froide, à Boisbriand, Qc, Nicolas Nadeau s’est assis devant le téléviseur et a été captivé par les Jeux olympiques.

« J’ai dit à ma mère : c’est ce que je veux faire », a affirmé Nicolas, maintenant âgé de 16 ans.

Sa mère a répondu : « Bien sûr ».

Nicolas était bon dans tous les sports, mais lorsque sa mère l’a inscrit au hockey, il se retournait tôt le matin dans son lit, lui disant « Laisse-moi dormir ». Le hockey était hors de question. Pour une raison quelconque, le patinage artistique, qui peut aussi exiger de l’entraînement tôt le matin, l’intéressait.

Toutes ces années plus tard, Nicolas se trouve à présent en tête aux Championnats nationaux de patinage Canadian Tire, s’assurant une victoire décisive dans le programme court masculin junior. Nicolas a terminé avec 65,60 points, tandis que Denis Margalik, 16 ans, de Mississauga, Ont., est deuxième (après l’avoir battu au Défi Patinage Canada en décembre). Denis, qui a exécuté une magnifique combinaison triple Lutz – triple saut de boucle piquée dans le programme court, compte 61,84 points. En troisième place, se trouve Bennet Toman, avec 57,76 points. Le style libre a lieu mercredi.

« J’espérais me trouver parmi les trois meilleurs », a déclaré Nicolas. « Et, faire ce que je suis capable de faire ». Il a réussi sa combinaison triple saut de boucle piquée – triple saut de boucle piquée dans le programme court.

Nicolas a toujours été un travail en cours pour les entraîneurs au Québec. Disons, par exemple, un patineur curieux, dont l’attention n’était pas centrée et que certains entraîneurs ne voulaient pas former. « Il avait besoin de beaucoup d’attention », a signalé Yvan Desjardins, le brave entraîneur qui s’en est chargé.

« Il est un peu mieux maintenant. »

Déjà, Nicolas compte un triple Axel et il travaille à un quadruple saut dans le harnais d’entraînement. C’est seulement une question de temps.

Nicolas admire beaucoup de patineurs, mais de prime abord, il vous dira Patrick Chan. (« Il est très bon ») et Kurt Browning, en raison de son sens de l’humour et de sa capacité de personnifier n’importe quel personnage. Nicolas adore jouer un rôle.

Au cours de la dernière année, Nicolas s’est entraîné avec plus de cohérence, exécutant les sauts quand il le veut.

Il devra rester vigilant avec des patineurs comme Eric Liu, âgé de 12 ans, sur ses talons. De Vancouver, Eric a présenté son programme de Dizzie Gillespie sur la musique de Salt Peanuts, a ébloui la petite foule avec sa grande vitesse et ses carres et exécuté un triple Lutz – triple saut de boucle piquée dans le programme court.

L’an dernier, il était deuxième au niveau novice et a terminé quatrième dans le programme court masculin junior, mardi soir. Il y a deux ans, il a concouru au niveau pré-novice.

Dans le programme court de patinage en couple junior, la nouvelle équipe formée de Julianne Séguin, 17 ans, de Montréal, et Charlie Bilodeau, 20 ans, de Rimouski, profite d’une bonne avance avec 56,54 points. Dans leurs deux seules compétitions cette année, ils ont été quatrièmes et cinquièmes dans les événements du Grand Prix junior.

Vanessa Grenier, 21 ans, de Johnville, Qc, et Maxime Deschamps, 22 ans, de Vaudreuil, Qc, se trouvent en deuxième place avec 50,69 points.

Dylan Conway, 16 ans, de Toronto, et Dustin Sherriff-Clayton, de Newmarket, Ont., occupent le troisième rang avec 43,77 points. Seulement huit équipes de patinage en couple ont concouru.

Beverley Smith

Kim DeGuise Léveillée remporte le titre chez les femmes juniors grâce à une puissante performance

Rien ne peut remplacer l’ardeur au travail et la confiance, a découvert Kim DeGuise Léveillée.

Mercredi, la patineuse âgée de 15 ans, de Sorel-Tracy, Qc, a remporté le titre féminin junior aux Championnats nationaux de patinage Canadian Tire.

Cette victoire avait une encore plus grande signification étant donné que Kim avait terminé en 17e  place – l’avant-dernière – dans la discipline féminine junior, l’an dernier. Ensuite, elle a changé d’entraîneurs, ayant recours à Josée Picard et Marc-André Craig, en mars dernier.

« Elle n’avait aucun triple saut », a signalé Marc-André. « Et, elle manquait de confiance. »

« Nous avons travaillé dur pour y parvenir, mais nous avons connu des hauts et des bas d’un jour à l’autre, toute l’année. »

Mais, Kim a fait face aux Championnats nationaux avec enthousiasme et confiance cette semaine. Elle s’est distinguée des autres patineuses, obtenant 128,17 points, et gagnant facilement le style libre avec 84,66 points.

Julianne Delaurier, 15 ans, de Kelowna, C.-B. – de l’école en plein essor de Karen et Jason Mongrain – a terminé deuxième dans le style libre avec 75,84 points (8,72 points derrière la gagnante) et deuxième au classement général avec 120,06 points.

Madelyn Dunley, 16 ans, de Campbellville, Ont., a été médaillée de bronze pour la deuxième année consécutive, cette fois avec 119,60 points. Elle était excitante à regarder : elle a patiné avec grande vitesse et réussi une spectaculaire et énorme combinaison de double Axel – triple saut de boucle piquée. Elle a même essayé un triple Lutz, rare à ce niveau national junior, mais est tombée quatre fois. Elle avait été en tête après le programme court.

Kim se trouvait au troisième rang après le programme court, mais elle estimait que tout allait bien. Pour le style libre, « j’avais vraiment l’intention de faire tout mon possible », a-t-elle dit. « J’ai travaillé tellement dur pour être ici et concourir. »

Elle a maîtrisé l’exécution de quatre triples cette année. Patinant sur la musique de Notre-Dame de Paris, Kim a commencé par un triple flip (!), une excellente combinaison de triple saut de boucle – double saut de boucle piquée, un triple saut de boucle piquée, un double Axel – double saut de boucle piquée, un triple saut de boucle, une combinaison de double flip – double saut de boucle piquée – double saut de boucle et un double Axel. Elle a lancé deux fois les poings dans les airs lorsqu’elle a terminé.

« L’an dernier, mon but était seulement de faire partie de l’équipe du Québec », a-t-elle dit. « Il n’était pas le même cette année. Cette année, je voulais me trouver au haut des classements. »

« Je me sens bien. Je suis heureuse de ma performance. Je suis contente de gagner. »

Kim a commencé à patiner parce que sa tante patinait aussi et ses parents ont décidé de l’inscrire au patinage. Maintenant, elle soutient qu’elle travaillera fort pour passer à la prochaine étape, ajouter un triple Lutz et une combinaison triple –triple lorsqu’elle passera aux rangs seniors l’an prochain. Elle sait qu’elle devra travailler dur. Il est difficile pour elle d’apprendre les sauts, mais une fois qu’elle les maîtrise, elle ne les oublie pas.

« Je pense que c’est un billet pour un très long vol », a ajouté Marc-André.

Marc-André a fait remarquer que l’école de patinage fondée par Josée, il y a quelques années, porte maintenant ses fruits. « Vous commencez à voir ce à quoi j’ai travaillé depuis les six ou sept dernières années », a-t-il dit. « Nous avons commencé à entraîner beaucoup de jeunes patineurs et vous les voyez maintenant au niveau senior et vous voyez les plus jeunes aussi au rang novice. »

Beverley Smith

Mackenzie Bent et Garrett MacKeen médaillés d’or en danse junior

Un an de travail, de voyage et d’apprentissage et, finalement, Mackenzie Bent et Garrett MacKeen sont les champions canadiens juniors de danse sur glace.

Mackenzie, âgée de 16 ans, d’Uxbridge, Ont., et Garrett, âgé de 19 ans, d’Oshawa ont remporté la médaille d’argent l’an dernier au niveau junior et, ainsi, ils ont pris la dernière année pour perfectionner davantage leurs habiletés, prendre part à des événements du Grand Prix junior et essayer de nouvelles choses.

Ils ont patiné sur un pot-pourri de musique des Carpenters, des Beach Boys et d’autres chansons de l’époque, l’idée leur étant venue parce que leur entraîneure Carol Lane aimait particulièrement les charmantes notes de Karen Carpenter. Ainsi Mackenzie et Garrett ont dansé au son de diverses mélodies de l’époque et même d’une musique vocale qui n’était pas la voix d’un chanteur, mais celle d’un animateur de radio. « Nous voulions quelque chose un peu be-bop », a signalé Mackenzie. « Nous avons appris à l’aimer », a ajouté Garrett. Les juges aux Championnats nationaux de patinage Canadian Tire ont fait un signe approbateur.

L’une de leurs levées dans la danse libre leur a causé de l’angoisse avant le début de leur saison internationale, lorsque Mackenzie a tombé et subi une commotion cérébrale durant une levée pour laquelle elle se couche sur le dos de Garrett et il la met debout en la poussant, de façon à correspondre aux paroles de la chanson. Mais, en raison d’une équipe qui patinait derrière eux durant la séance d’entraînement, tout a mal tourné. Mackenzie a passé trois jours au lit à ne rien faire. Le résultat aurait pu être pire : son coccyx a amorti le premier impact de la chute.

Les nouveaux champions ont remporté la danse libre avec 82,98 points et la médaille d’or au classement général avec une bonne avance de 142,61 points.

Melinda Meng, 14 ans, et Andrew Meng, 17 ans, de Montréal, ont été médaillés d’argent grâce à leur magnifique programme sur la musique des films Le Secret des poignards volants et Tigre et Dragon, chorégraphié par Marie-France Dubreuil et Patrice Lauzon. La jeune équipe a obtenu le troisième rang dans le style libre avec 77,65 points et la deuxième place au classement général avec 134,54 points.

Les médaillés de bronze Brianna Delmaestro, 18 ans, de Port Moody, C.-B., et Timothy Lum, 18 ans, de Burnaby, C.-B. ont terminé seulement à 0,29 point de la médaille d’argent (134,25 points) obtenant un autre bon classement en deuxième place dans la danse libre, qui leur a valu 79,65 points, à seulement trois points de la victoire de la danse libre. Brianna et Timothy n’ont fait équipe que cette année.

Mackenzie et Garrett ont connu une saison de bonnes expériences internationales, gagnant la médaille d’or au Grand Prix junior, à Riga, en Lettonie. Ils ont fini au septième rang à l’autre, n’arrivant pas à comprendre les niveaux de difficulté que le jury technique leur avait attribués dans la danse courte, puis ils n’ont pu grimper les rangs pour la danse libre. « Nous avons bien patiné », a soutenu Garrett.

« Nous n’avons pas obtenu beaucoup de rétroactions », a ajouté Mackenzie. « C’est un peu ce qui s’est passé ». Mais, l’équipe est revenue avec un nouvel état d’esprit, faisant confiance à son entraînement. « Ce fut une expérience d’apprentissage », a affirmé Mackenzie.

Beverley Smith

Vanessa Grenier et Maxime Deschamps réclament le titre de patinage en couple junior durant leur première saison ensemble; Denis Margalik au haut du podium chez les hommes juniors

Vanessa Grenier et Maxime Deschamps vous coupent le souffle par la vitesse à laquelle ils maîtrisent leurs habiletés.

Mercredi, ils ont remporté le titre en patinage en couple junior aux Championnats nationaux de patinage Canadian Tire 2014, bien que Vanessa n’ait jamais patiné en couple avant cette saison et ait participé pour la première fois à un essai de patinage en couple, il y a 11 mois.

Ancienne patineuse en simple de Sherbrooke, Qc, Vanessa a décidé qu’elle avait besoin d’un nouveau défi. Elle est maintenant âgée de 21 ans et a trouvé son défi. Elle n’a commencé à travailler avec Maxime qu’en juin, parce qu’elle devait finir l’école et n’habite pas à Montréal, Qc, où ils s’entraînent maintenant avec Richard Gauthier et Bruno Marcotte.

Vanessa et Maxime ont remporté l’événement de patinage en couple au Défi Patinage Canada 2014, en décembre, mais terminé deuxièmes derrière Julianne Séguin, 17 ans, de Montréal, et Charlie Bilodeau, 20 ans, de Rimouski, Qc, dans le programme court.

Le style libre, qu’ont exécuté seulement huit équipes de patinage en couple, a été très encourageant et un certain nombre d’équipes ont essayé des éléments difficiles. Les deux meilleures équipes se sont distinguées de façon remarquable. Julianne et Charlie sont une merveilleuse équipe dynamique et auraient peut-être obtenu la victoire si ce n’avait été d’une erreur sur un triple Salchow et de l’exécution d’un simple saut lancé.

Vanessa et Maxime ont gagné le style libre avec 98,28 points et la médaille d’or au classement général avec 149,51 points. Julianne et Charlie étaient tout près derrière, deuxièmes en style libre avec 91,28 points, méritant la médaille d’argent avec un total de 147,82 points.

La médaille de bronze a été attribuée à Mary Orr et Phelan Simpson qui ont accumulé 121,90 points. Ils ont réussi un impressionnant triple Lutz lancé, bien que Mary ait mis la main sur la glace.

« C’est ma première année de patinage en couple », a déclaré Vanessa. Ils ont commencé par une magnifique double vrille et réussi deux triples sauts lancés (saut de boucle piquée et Salchow) et deux triples sauts (un Salchow et une combinaison de triple saut de boucle piquée – double saut de boucle piquée!), ce qui leur a valu des niveaux quatre pour deux levées et deux pirouettes.

« Il y a un an, je ne savais pas ce qu’était une spirale de la mort ou un saut lancé », a-t-elle dit. Maxime patine en couple depuis six ans et avait compté diverses partenaires. En moins de deux heures, Vanessa et Maxime savaient qu’ils étaient faits l’un pour l’autre pour le patinage en couple : ils ont les mêmes genres de poussées-élans et de sauts.

Ils ont commencé par les éléments de base, mais le troisième jour ensemble, Richard Gauthier a suggéré qu’ils fassent un triple saut lancé. Et, ils n’ont cessé depuis.

Lorsqu’ils ont fait équipe, ce n’était pas l’un de leurs buts de gagner le championnat junior, a affirmé Maxime. L’an prochain, ils seront des patineurs seniors. « Je ne regrette aucunement ma décision », a déclaré Vanessa. « Je m’attendais à ce que ce soit plus difficile, mais nous avons travaillé dur. Et, nous travaillons bien ensemble. »

Denis Margalik, âgé de 16 ans et né à Buenos Aires, était un médaillé d’argent dans l’épreuve masculine l’an dernier, et il a cru qu’il pouvait faire mieux. En dépit de la pression de gagner, le patineur de Mississauga, Ont., avait acquis de la confiance en raison de sa victoire au Défi Patinage Canada 2014 et il a asséné le coup final pour s’emparer du titre junior avec 181,43 points.

Bennet Toman, 16 ans, de Mississauga, Ont., n’était que onzième l’an dernier chez les hommes juniors, mais il a mérité la médaille d’argent avec 173,83 points.

Nicolas Nadeau, 16 ans, de Boisbriand, Qc, avait été en tête dans le programme court, mais de nombreuses erreurs l’ont fait glisser en quatrième place, permettant au petit Eric Liu, âgé de 12 ans, de remporter la médaille de bronze avec 171,54 points.

Au cours de la dernière année, Denis a commencé à travailler avec l’entraîneur Andrei Berezintsev (entraîneur de Gabby Daleman) et connu du succès en raison de l’exigeant régime d’Andrei, a-t-il dit. Il a amélioré son record personnel par 12 points.

Denis a quitté l’Argentine avec ses parents nés en Ukraine lorsqu’il n’avait que trois ans pour venir au Canada. Deuxième de trois frères, Denis affirme avoir essayé tous les sports – plongeon, karaté, natation, gymnastique et trampoline, mais c’est le patinage qu’il aimait le mieux. Il passera aux rangs seniors l’an prochain et espère obtenir des affectations au Grand Prix junior.

Beverley Smith

Madelyn Dunley brille dans le programme court des femmes juniors; Mackenzie Bent et Garrett MacKeen en tête d’une catégorie de danse junior sublime

OTTAWA :  Madelyn Dunley, de Campbellville, Ont., a été la vedette du spectacle.

La patineuse de 16 ans – qui était championne novice en 2012 – a brillé avec une combinaison triple Salchow – triple saut de boucle piquée, un effort ambitieux pour un groupe qui cherche toujours son identité. Toutefois, Madelyn a exécuté une rotation insuffisante sur un triple saut de boucle et fait une chute. Néanmoins, elle a terminé première avec 45,66 points.

Madelyn a obtenu des niveaux quatre comme coefficients de difficulté pour sa combinaison de pirouettes et une séquence de pas et elle se trouve en parfaite position pour remporter l’épreuve féminine junior, après avoir été troisième au classement l’an dernier.

En deuxième place, après le programme court, se trouve Julianne Delaurier, âgée de 15 ans, de Kelowna, C.-B., qui a patiné sur la musique de Fantasie Impromtu, de Chopin. En troisième place pour le programme libre de mercredi, Kim DeGuise Leveillée, 15 ans, de Sorel-Tracy, Qc, a terminé sixième au Défi, en décembre.

Kelsey Wong a exécuté une remarquable pirouette dos cambré qui s’est terminée en pirouette Biellmann, mais elle a fait une chute sur un triple saut de boucle et un triple Salchow.

Sandrine Martin a tenté un triple Lutz, mais est tombée, puis a exécuté un simple saut de boucle.

« C’était bien de voir Madelyn Dunley exécuter un triple-triple », a déclaré Michael Slipchuk, directeur de Haute performance de Patinage Canada. « C’était bien de voir les patineuses juniors commencer à amorcer des triple-triples. Elles se développent toujours à ce stade. »

N’oublions pas que des patineuses admissibles comme juniors, dont Gabby Daleman, concourent déjà au rang senior – et, en fait, Gabby, âgée de 15 ans, a déjà mérité une place olympique. « Il y a seulement deux ans, elles étaient ici », a fait observer Michael. « Les choses changent assez rapidement. Il faut commencer à essayer les triples à ce stade. Dans un an, les femmes juniors seront encore plus fortes. Certaines d’entre elles ont concouru sur le circuit Grand Prix junior. Il s’agit d’une bonne expérience d’apprentissage pour elles.

« Tout est une question de développement. »

La catégorie de danse junior semble entre bonnes mains. Mackenzie Bent, 16 ans, d’Uxbridge, Ont., et Garrett MacKeen, 19 ans, d’Oshawa, Ont., ont remporté la danse courte lundi, avec 59,63 points. Médaillés d’argent en danse junior l’an dernier, Mackenzie et Garrett s’entraînent avec Carol Lane et Juris Razgulajevs.

La jeunesse était en évidence chez Melinda Meng, âgée seulement de 14 ans, et Andrew Meng, âgé de 17 ans, de Montréal. Leur programme de Pink Panther leur a permis de se classer en deuxième place avec 56,89 points. Entraînés par Marie-France Dubreuil et Patrice Lauzon, les Meng étaient sixièmes l’an dernier dans cette catégorie.

En troisième place se trouve Brianna Delmaestro, 18 ans, de Port Moody, C.-B., et Timothy Lum, 18 ans, de Burnaby, C.-B., avec 54,60 points après une brillante séquence de jeux de pieds sur la ligne médiane.

Aussi digne de mention : les champions novices de danse, Danielle Wu et Spencer Soo, de Burnaby, C.-B., grimpent les rangs, avec une quatrième place en danse courte. S’inspirant de Gene Kelly et Chantons sous la pluie, Danielle et Spencer ont été brillants, bien qu’une volte a mal tourné. Ils se trouvent à moins d’un point derrière Brianna et Timothy, des patineurs plus chevronnés.

Beverley Smith

Allison Eby et Brett Varley éblouissent en patinage en couple novice; Joseph Phan prend la tête dans l’épreuve masculine novice

OTTAWA : L’entraîneur Kevin Wheeler soupçonnait qu’Allison Eby et Brett Varley seraient une équipe divertissante, étant donné qu’ils avaient toujours fait preuve d’un peu de cran dans son club à Cambridge, Ont.

Il les a jumelés, non pas parce qu’il pensait qu’ils exécuteraient des lancés retentissantes ou des levées interminables ou des vrilles exaltantes. Il croyait que, comme équipe, ils auraient beaucoup d’énergie et d’attrait.

Et, il avait raison. Patinant sur la musique de Black Bottom Stomp, Allison, âgée de 11 ans, d’Ayr, Ont., et Brett, âgé de 19 ans, de Thedford, Ont., ont remporté le programme court de patinage en couple novice aux Championnats nationaux de patinage Canadian Tire. Ils comptaient aussi suffisamment d’éléments techniques pour s’assurer la victoire : une double vrille, un double saut de boucle piquée lancé, des doubles sauts de boucle et une séquence de pas et une combinaison de pirouettes qui ont toutes deux obtenu un niveau quatre pour la difficulté.

Ils ajouteront leurs 40,25 points à leur note de style libre et, ceci, bien que ce soit leur première saison ensemble. « Allison et Brett ont dû apprendre les mouvements de patinage en couple dès le début », a fait remarquer Kevin Wheeler. Ils avaient été des patineurs en simple. Brett avait fait un peu de danse sur glace. « Nous ne savions pas à quoi nous attendre », a-t-il dit. « Ils devaient apprendre les notions fondamentales. Mais, ils s’entendent très bien. »

Keelee Gingrich et Davin Portz, de l’Alberta, se trouvent en deuxième place avec 38,62 points, et Naomie Boudreau et Cedric Savard occupent le troisième rang avec 38,17 points.

Ancien concurrent national senior dans le passé, Kevin compte des équipes de patinage en couple novices et une équipe junior, mais il a été déçu lorsque ses étoiles novices, Renata Wong et Henry Su, se sont retirées de l’événement. « Nous avions de grandes attentes pour eux cette année », a-t-il signalé. « Ils avaient très bien patiné. »

Toutefois, la journée du long programme à l’événement Défi, Renata a subi une blessure au genou pendant qu’elle s’exerçait à exécuter une vrille au sol. Elle est mal tombée et la blessure a pris beaucoup de temps à guérir. Kevin avait été témoin de l’accident.

« Ils étaient très déçus de ne pas être ici », a-t-il révélé. Henry est âgé de 19 ans, Renata, de 14 ans, et ils en sont à leur deuxième année de patinage en couple – ses vétérans de l’équipe – et ils travaillaient à des triples lancés. « Nous voulions les mettre en montre », a-t-il ajouté. Ils auront une autre chance de le faire, aux Jeux d’hiver de l’Ontario, en mars.

Bien que le nombre de patineurs en couple soit peu élevé à ces championnats – il y en avait dix et douze étaient inscrites au niveau novice – Kevin est encouragé par ce qu’il a observé aux séances d’entraînement de patinage en couple aux niveaux novice et junior.

« Ils étaient très excitants », a-t-il fait observer. « Ils s’entraînent à exécuter des trucs extrêmement difficiles. Il a vu des patineurs de patinage en couple junior tenter deux triples lancers et des mouvements ayant une grande qualité. « Ils s’inséreront bien dans les rangs seniors [à un moment donné], a-t-il affirmé. « Je crois que ce sera très excitant pour l’avenir. J’ai hâte de voir cela. Et, ce n’est pas qu’ils en réussissent un parfois. Ils les réussissent continuellement. »

À ce stade, beaucoup d’équipes talentueuses de patinage en couple au Canada sont actuellement admissibles pour les championnats du monde juniors, qui auront lieu plus tard cette saison.

Dans le programme court des hommes novices, Joseph Phan, de Montréal, a ravi la petite foule par sa victoire, montrant son évolution aisée sur la glace et une habile série de trucs, y compris un triple Salchow – double saut de boucle piquée et un triple saut de boucle piquée. Il n’a que 12 ans et s’entraîne avec Yvan Desjardins.

Joseph est en tête avec 42,40 points, devançant Josh Allen, 15 ans, d’Ottawa, qui compte 37,11 points.

Zachary Daleman, 13 ans, de Newmarket, Ont., se trouve en troisième place seulement deux centièmes de point derrière (37,09 points). Il avait une impressionnante spectatrice qui l’encourageait : sa sœur, Gabby, qui vient d’être nommée à l’équipe olympique chez les femmes, regardait son frère concourir.

Beverley Smith

Joseph Phan patine comme Patrick Chan et remporte le titre masculin novice canadien

OTTAWA: Il n’est âgé que de 12 ans, mais déjà il glisse merveilleusement sur la glace et compte des carres aussi magnifiques. Est-il donc surprenant que le patineur qu’il admire le plus est le triple champion du monde Patrick Chan? Se ressembleraient-ils comme deux gouttes d’eau? Mardi, Joseph a fait le premier pas lorsqu’il est devenu champion novice du Canada.

Il passera au niveau junior l’an prochain et il jure d’apprendre tous les triples sauts lorsqu’il le sera. Mardi, il a utilisé ses deux triples sauts à bon escient, patinant sur la musique de Chantons sous la pluie.

Joseph a gagné avec 119,84 points, devançant Edrian Paul Celestino, qui avait obtenu 115,60 points. En troisième place, Josh Allen d’Ottawa a été médaillé de bronze avec 107,60 points.

En fait, Joseph n’a pas remporté le style libre, mais il avait une telle avance (cinq points, huit devant Edrian Paul) après le programme court la veille, qu’il a maintenu la victoire.

Edrian Paul Celestino, 15 ans, de Dollard-des-Ormeaux, Qc, n’avait aucune attente ou point de repère lorsqu’il est venu aux Championnats nationaux de patinage Canadian Tire parce qu’il n’avait jamais participé à des championnats nationaux, à aucun niveau que ce soit. Il avait eu l’intention de concourir l’an dernier comme pré-novice, mais il s’est foulé la cheville aux championnats de section et n’a pas concouru.

Edrian Paul a gagné le style libre avec 81,33 points tandis que Joseph Phan était deuxième avec 77,44 points. Edrian Paul avait été septième dans le programme court.

L’an dernier, lorsque Joseph a commencé à s’entraîner avec Yvan Desjardins, il ne pouvait exécuter de triple saut de boucle piquée, donc ils ont travaillé à ce saut et aussi à la qualité de son patinage, afin de maximiser ses points pour le pointage de l’exécution. Le but pour l’été prochain est de travailler le saut de boucle et le triple Lutz, a signalé Yvan. Et, pourquoi pas une combinaison triple-triple? C’est aussi prévu.

Mieux encore, Joseph a de merveilleuses habiletés en patinage depuis un jeune âge. « Il a cette facilité », affirme Yvan. « Il est vraiment habile. Il a une bonne évolution. Il ne sait pas vraiment qu’il possède cette habileté. C’est simplement ce qu’il aime faire. Il est un patineur né. »

Plus tard, cette habileté l’aidera dans le système de notation alors qu’il grimpera les rangs.

Joseph a dit que ses parents l’avaient fait essayer divers sports, dont le soccer, le tennis, la natation et la gymnastique – mais il n’aimait pas vraiment aucun d’entre eux. Le patinage artistique lui convenait. Il a commencé à patiner à l’âge de cinq ans.

Il a admis avoir été nerveux mardi, patinant dans la grande patinoire, le Centre Canadian Tire, après avoir patiné dans une plus petite patinoire pour le programme court, habituellement utilisé pour l’entraînement. « Mais, je m’y habitue pour l’an prochain », dit-il.

Edrian Paul a fait face à sa nervosité de sa propre façon. « Juste avant de commencer le programme long, j’ai pris un moment et tout bloqué de mon esprit », a-t-il affirmé. « J’ai exécuté le programme comme un robot. »

« Ceci fut une expérience complètement différente », a affirmé Edrian Paul. « Mais, cette fois je me suis senti détendu. Habituellement, je me fais du souci au sujet de mon programme. Mais, cette fois, je n’ai pas ressenti cela. »

Pourtant, sa médaille d’argent lui semble comme une victoire dans l’ensemble, parce qu’il ne s’attendait pas à gagner le style libre. « Je m’attendais à une deuxième ou troisième place », a t il ajouté.

Beverley Smith

Keelee Gingrich et Davin Portz saisissent le titre novice de patinage en couple sous la direction de leurs entraîneurs olympiens

OTTAWA : Il semblait une excellente idée que les concurrents olympiques Anabelle Langlois et Cody Hay établissent une école de patinage en couple à Calgary, où ils habitent. Après tout, seulement sept équipes de patinage en couple ont concouru aux championnats seniors la semaine dernière. En fait, le patinage en couple dans le monde entier ne compte pas suffisamment d’équipes talentueuses.

Ce ne fut pas chose facile. En ce moment, après deux ans de cajoleries et de discussions, Anabelle et Cody n’entraînent que deux équipes de patinage en couple. Et, mardi, l’une d’entre elles, les charismatiques Keelee Gingrich, âgée de 15 ans, et Davin Portz, âgé de 17 ans, originaire de Yellowknife, sont devenus les champions novices de patinage en couple aux Championnats nationaux de patinage Canadian Tire.

Davin était leur première cible. « Il était un bon patineur, fort et solide », a affirmé Anabelle. « Il avait cette personnalité. Et, il était intéressé. »

Ensuite, ils devaient lui trouver une partenaire. Keelee n’était pas une forte patineuse en simple, mais elle avait beaucoup de cran pour une petite fille. Elle prenait la main de Davin et même le menait. Timide, pas elle.

Keelee et Davin ont concouru sur la musique de The Skaters’ Waltz, un charmant programme chorégraphié par Anabelle et Cody. Anabelle soutient qu’elle n’aime pas faire la chorégraphie et ne se considère pas comme une chorégraphe – plutôt comme une conteuse d’histoire. Mais, quoi qu’ils aient fait, ils ont réussi. Ils ont commis quelques erreurs, mais patiné sans hésitation.

Durant leur première année ensemble, Anabelle leur a donné une liste intimidante d’éléments à apprendre. Ils ont cru que ce serait impossible. Ils les ont appris. La saison dernière, elle leur a donné une autre liste encore plus formidable. Ils en ont aussi maîtrisé les éléments. Ni l’un ni l’autre n’avait patiné en couple auparavant.

« Ce fut intéressant », a dit Keelee. Leur amélioration par rapport à l’an dernier a été « énorme », a soutenu Davin. Ils ont eu leurs hauts et leurs bas et ont avancé, persévéré. Ils iront aux championnats juniors l’an prochain et Anabelle leur donnera une autre liste formidable. Pour l’instant, Davin est prêt à obtenir sa récompense : une queue de castor sur le canal Rideau.

L’équipe a connu quelques moments angoissants hier soir durant l’entraînement lorsqu’ils essayaient des triples vrilles. Keelee a subi un coup de fouet cervical. À la suite du traitement, leur vrille dans le style libre n’a pas été aussi bien exécutée – elle a semblé frapper le cou de Davin – mais ils ont poursuivi, patinant avec confiance. « Nous savions que c’était proche  et nous savions que nous aspirions à une médaille », a signalé Davin.

Anabelle et Cody espèrent toujours que le nombre de patineurs dans leur club augmentera. Ils rêvent de former cinq équipes de patinage en couple. Toutefois, ils ont rencontré un obstacle : les entraîneurs ne veulent pas laisser leurs patineurs en simple patiner en couple, a fait observer Anabelle.

Ils croient que s’ils commencent à patiner en couple, ils devront laisser tomber le patinage en simple, a déclaré Anabelle. Mais, a-t-elle ajouté, certains des meilleurs patineurs en couple ont pratiqué les deux disciplines au niveau national. Parfois, soutient Anabelle, les patineurs ou les entraîneurs promettront de se tourner vers le patinage en couple lorsqu’ils terminent leurs carrières en simple. Mais, à ce moment, ils auront quitté les rangs juniors et il sera trop tard.

Anabelle regrette avoir commencé le patinage en couple trop tard. Elle a débuté en tant que patineuse senior, puis a subi une commotion cérébrale durant une chute. Mieux vaut apprendre les habiletés plus tôt, dit-elle.

Elle voit beaucoup de potentiel pour le patinage en couple au pays – il y a beaucoup de forts patineurs, tant chez les hommes que chez les femmes et il pourrait être conseillé de leur donner plus d’options – dont le patinage en couple – qui pourrait leur permettre de gravir davantage les rangs. Dylan Moscovitch était un bon patineur en simple. Mais, il est un patineur en couple de classe mondiale.

L’avenir du patinage en couple est le suivant, affirme Anabelle : le Canada compte de forts patineurs dans les rangs les plus élevés. « Le Canada doit faire du repérage de patineurs en couple », a-t-elle dit. « Ceci n’a jamais été fait dans ce pays. Et, ce ne sont pas tous les meilleurs patineurs qui trouveront immédiatement le bon partenaire de patinage en couple. On ne peut pas tous être Tessa et Scott. Peu de personnes trouvent le bon partenaire tout de suite. » Mais, il est important d’amorcer la discipline et de commencer à perfectionner ses habiletés. Ça pourrait arriver.

Allison Eby et Brett Varley, de la section de l’Ouest de l’Ontario, ont terminé 2,06 points derrière Keelee et Portz, méritant la médaille d’argent, suivis de Naomie Boudreau et Cédric Savard, représentant la section du Québec.

Beverley Smith

L’avenir semble prometteur pour la championne novice canadienne, Sarah Tamura

OTTAWA: Sarah Tamura et Megan Yim représentent la réponse du Canada à la multitude de femmes russes surperformantes qui exécutent des triples sauts et dominent la compétition internationale.

Âgée de 12 ans, Sarah est devenue championne novice canadienne, mardi, tandis que sa compagne d’entraînement, Megan, aussi âgée de 12 ans, a terminé en troisième place.

Au milieu de ces patineuses qui débordent d’énergie se trouve Kim Decelles, 15 ans, de Baie‑Comeau, Québec, qui a été médaillée d’argent avec 105,72 points. Sarah s’est retrouvée au haut des classements avec 108,29 points tandis que Megan suivait Kim de près avec 105,31 points.

Sarah et Megan s’entraînent ensemble, s’encouragent et sont amies à la patinoire de Joanne MacLeod, entraîneure de Kevin Reynolds, membre de l’équipe olympique. « Il s’agit d’un projet auquel je me voue depuis cinq ans », a signalé Joanne. « J’essaie de voir si je peux inciter un peu plus les jeunes patineurs à essayer les éléments. »

Sarah et Megan peuvent faire tous les triples sauts, y compris le Lutz et le flip bien qu’elles aient exécuté les trois autres, soit le Salchow, le saut de boucle piquée et le saut de boucle en compétition, mardi. « Lorsque j’ai regardé toutes ces patineuses russes [talentueuses], j’étais un peu jalouse », a avoué Joanne.

« Je crois que nous voulons penser que tout est possible. »

Les deux filles ont auditionné devant Joanne, il y a plusieurs années, pour ce projet spécial. Megan est aussi douée pour la musique et a suivi des cours de ballet. Rien d’étonnant, elle a patiné sur la musique de Giselle, mardi, portant un tutu blanc et une couronne blanche sur sa tête.

« Elle a ce « je ne sais quoi » », soutient Joanne. « Elle est très intelligente. » D’ailleurs, Joanne affirme qu’elle a une merveilleuse relation avec les deux patineuses : c’est important pour le développement, ajoute-t-elle.

« Je le fais parce que c’est vraiment amusant pour moi de patiner, d’aller à toute vitesse, de me sentir libre et de sauter bien haut et de m’amuser », fait remarquer Megan. Mardi, elle a été ravie de patiner dans la grande patinoire du Centre Canadian Tire.

Sarah, d’autre part, avait un père qui aimait faire la course avec elle autour de la patinoire, ce qui lui a permis de développer de longues foulées. « J’aime son glissé », a signalé Joanne. « Elle a de magnifiques genoux. » Elle a réussi un triple Lutz pour la première fois en octobre dernier.

Sarah soutient qu’elle veut concourir aux événements du Grand Prix junior. Et, toutes deux ont de nobles buts. Kim veut gravir la plus haute marche du podium olympique. Sarah veut être une championne mondiale. Ensemble, elles tiendront Joanne occupée pendant quelque temps.

Plus tôt dans la journée, Valérie Taillefer et Jason Chan ont gagné le titre en danse novice, Jason ayant l’air élégant dans sa queue-de-pie marine, elle étant son petit fleuret.

Valérie et Jason ont grimpé de la deuxième place après la danse courte et dépassé Hannah Whitley et Elliott Graham, qui visaient un classement parmi les dix premiers, puis se sont retrouvés médaillés d’or.

Valérie, âgée de 14 ans, de Montréal et Jason, âgé de 17 ans, de Saint-Laurent, Qc, ont remporté le style libre avec 63,53 points et gagné le titre au classement général avec 90,54 points, plus de trois points devant Hannah et Elliott.

En troisième place se trouvaient Megan Koenig-Croft et Jake Richardson avec 80,54 points, exactement 10 points derrière les médaillés d’or.

Les nouveaux champions en sont à leur troisième saison ensemble et en sont au stade où ils souhaitent se distinguer des autres. Ils laissent aux entraîneurs Elise Hamel et Shawn Winters et au chorégraphe Shae Zukowsky le soin de trouver des idées. « Nous avons beaucoup travaillé des aspects principaux durant l’année », a signalé Valérie. « Nous y accordons une grande importance. »

Les deux patineurs sont de bons amis, Valérie parle français à Jason et Jason parle anglais à sa petite partenaire. Tous deux sont bilingues. Leurs buts sont de passer aisément aux rangs juniors l’an prochain et peut-être de participer à certains événements du Grand Prix junior.

Ils ne semblaient pas convenir comme équipe au début : Valérie n’aimait pas le style libre. Elle avait toujours préféré la danse et avait un partenaire antérieur. Jason était un patineur en simple qui n’avait jamais considéré la danse sur glace avant qu’il ne soit encouragé à l’essayer avec Valérie. À présent, il est un médaillé national.

Beverley Smith

Une équipe de danse du Centre de l’Ontario poursuit une transition en douceur aux rangs novices; Sarah Tamura en tête après le programme court des femmes novices

Hannah Whitley et Elliot Graham ont un jeu de pieds rapide.

Et, jusqu’à présent, aux Championnats nationaux de patinage Canadian Tire, la minuscule Hannah, âgée de 13 ans, de Barrie, Ont., et Graham, âgé de 15 ans, d’Angus, Ont., grimpent les rangs de la danse sur glace à toute vitesse. Après les danses sur tracé du Cha Cha Congelado et du Tango argentin, ils se trouvent en première place avec 27,18 points, devançant légèrement l’équipe québécoise formée de Valérie Taillefer et Jason Chan, qui ont obtenu 27,01 points.

Megan Koenig-Croft et Jake Richardson occupent la troisième place avec 25,45 points.

L’année dernière, seulement, Hannah et Elliot étaient les champions pré-novices. Passant au niveau novice, ils ont cru qu’ils finiraient probablement au milieu des classements. Ils dépassent leurs propres attentes.

« Ils ont patiné avec confiance », a déclaré l’entraîneure/chorégraphe Kelly Johnson. « Ils sont vraiment capables d’exécuter de bonnes transitions. Ils ont un jeu de pieds rapide. »

Ils ont tous deux commencé à patiner dans de petits clubs, Hannah à Creemore, Ont., Elliot tout près à Stayner, Ont. – dans le même club que les champions MiniBlades en titre de Battle of the Blades. Ils ont fait équipe lorsqu’elle n’était âgée que de sept ans et lui, de neuf ans. Il y a déjà six ans qu’ils patinent ensemble.

Hannah et Elliot étaient aussi tous deux des patineurs en simple, mais Hannah a abandonné le patinage en simple l’an dernier et Elliot, il y a deux ans, pour se concentrer sur la danse au Club Mariposa, à Barrie, Ont. « Je n’aime pas faire les sauts », a affirmé Whitley de manière résolue. Elliot aime avoir quelqu’un avec qui patiner, partager l’expérience et parler.

Ils sont venus à l’événement avec un peu plus d’enthousiasme : ils s’entraînent avec Alexandra Paul et Mitchell Islam, qui ont obtenu une place dans l’équipe olympique canadienne la fin de semaine dernière. Ils travaillent avec le père de Mitchell, David, qui dirige le programme de danse à Mariposa.

« Au début, la danse c’était plutôt amusant », a signalé Hannah. « Nous avons pris de la maturité et commencé à obtenir de meilleurs résultats. »

Lundi, ils ont préféré le tango au Cha Cha, durant lequel ils ont raté un pas. « C’est vraiment difficile de rester en mesure avec la musique [dans le Cha Cha] », a fait remarquer Hannah. « C’est une danse que les gens ne font pas habituellement », a ajouté Elliot.

Plus tard, la foule a assisté à un tour de force de la petite Sarah Tamura – âgée de 12 ans – dans le programme court des femmes novices. Tamura est en tête avec 42,48 points après avoir ravi les spectateurs avec ses mouvements des mains, sa combinaison triple Salchow-double saut de boucle piquée et son triple saut de boucle. Sa pirouette dos cambré était sensationnelle. Elle a fait montre d’une très grande flexibilité, se cambrant sur le côté tout d’abord, puis vers l’arrière, sa tête renversée comme une perle – puis tout s’est métamorphosé en une magnifique pirouette Biellman. La jeune fille vêtue du costume vert lime s’entraîne avec Joanne McLeod.

Kim Decelles, de Baie Comeau, Qc, était deuxième avec 41,38 points après avoir exécuté une combinaison triple saut de boucle – double saut de boucle et un triple Salchow, méritant un niveau quatre pour une combinaison de pirouettes.

Megan Yim, une autre patineuse de Joanne MacLeod, a impressionné durant l’échauffement, mais a fait une chute sur un triple Salchow et ajouté un pas entre le triple saut de boucle – double saut de boucle. Elle occupe la troisième place avec 39,72 points.

Beverley Smith

Meagan Duhamel et Eric Radford remportent leur troisième titre canadien consécutif de patinage en couple

Pour la deuxième année de suite, Meagan Duhamel et Eric Radford ont battu un record canadien établi durant la performance précédente et remporté un titre canadien.

Cette fois, beaucoup plus était en jeu : un troisième titre canadien menant aux Jeux olympiques à Sotchi.

Meagan et Eric ont relevé le défi et battu le record canadien. Kirsten Moore-Towers et Dylan Moscovitch venaient tout juste d’établir le record de 209,44 points pour leur style libre passionnant, mais Meagan et Eric, grâce à leur ambitieux contenu technique, ont dépassé la note de nouveau avec 213,62 points.

Meagan a rejeté sa tête en arrière avec grande joie tandis qu’Eric s’est enfoui la tête dans ses mains. « Je pense que je n’ai jamais été plus ému », a-t-il avoué par la suite. « Cette performance était encore meilleure que celle de l’an dernier et encore meilleure que notre première . »

Kirsten et Dylan ont gagné la médaille d’argent tandis que Paige Lawrence et Rudi Swiegers, d’une patience à toute épreuve, ont été médaillés de bronze et obtenu leur première chance de se tailler une place aux Jeux olympiques avec 176,31 points.

« Je ne peux exprimer ce que je ressens maintenant », a affirmé Paige. « Je suis tellement heureuse et tellement soulagée. C’est un rêve que je poursuis depuis très longtemps. »

« Nous y travaillons depuis plus de 10 ans. »

Paige a souffert de muscles froissés dans l’aine toute la saison et a patiné cette semaine avec un bandage sur la cuisse gauche.

Dans leur style libre, Dylan a fait une chute sur un triple saut de boucle piquée qui devait constituer la première partie d’une combinaison triple-triple. Cette chute leur a coûté cher. Ils ont non seulement perdu un point pour la chute, mais mérité uniquement 1,98 point pour le mouvement entier. Bien que Kirsten et

Dylan ont patiné avec puissance et vitesse, exécuté des levées incroyablement difficiles et toute une gamme d’éléments aussi difficiles dans la deuxième moitié de leur programme, Meagan et Eric ont gagné grâce à leur note technique. En effet, ils ont présenté l’un des contenus techniques les plus difficiles au monde, avec un triple Lutz et un triple Lutz lancé. (Kirsten et Dylan ont lutté avec une combinaison triple-triple, saut de boucle et Salchow lancés.).

L’équipe a obtenu des notes presque identiques pour les composantes (notes de performance) tandis que Meagan et Eric ont gagné avec leurs notes techniques de 69,02 points, en comparaison des 65,62 points de leurs adversaires.

Meagan et Eric n’ont pas non plus été parfaits : elle a fait une chute sur un triple Salchow pendant qu’il a continué à exécuter le saut en combinaison avec un double saut de boucle piquée.

La déception se lisait sur les visages de Kirsten et Dylan après avoir été battus par leurs adversaires. « Naturellement, nous voulions la médaille d’or », a signalé Kirsten. « Nous avons commis une légère erreur dans le programme long. Ce fut une erreur qui n’est pas caractéristique et nous ne comptons pas la commettre à nouveau. »

« Ceci nous a menés à la deuxième place. Meagan et Eric nous mettent toujours au défi. Chaque fois, ils sont de durs concurrents. Je crois que nous sommes tous d’accord que c’est bon pour le sport et c’est bon d’avoir une bonne rivalité. »

Toutefois, Kirsten a fait remarquer qu’elle aimerait bien garder le record canadien à un moment donné.

Dylan a signalé que leurs efforts, leur ardeur au travail et une place à Sotchi leur permettront de poursuivre dans le même sens.

Les jambes de Meagan tremblaient encore longtemps après la fin du programme. Ils s’étaient déjà faits à l’idée d’accepter la défaite, si c’est ce qui serait arrivé. Ils l’auraient accepté de bon cœur. Ils étaient allés sur la glace, après avoir entendu que Kirsten et Dylan avaient établi un record canadien. Ils l’ont bloqué de leur esprit et se sont concentrés sur eux-mêmes.

« Je crois que c’est le meilleur programme long que nous n’ayons jamais patiné », a-t-elle affirmé.

Beverley Smith

Patrick Chan de nouveau au haut du podium canadien

Ce n’était peut-être pas parfait, mais ce l’était suffisamment.

Patrick Chan a remporté son septième titre des Championnats canadiens avec une belle performance, meilleure que son programme court durant lequel il a perdu sa concentration.

Cette fois, il a été plutôt maître de la situation dans le cadre d’une saison durant laquelle il a enregistré ses performances les plus cohérentes. La foule a hurlé bruyamment lorsqu’il a réussi sa combinaison quadruple-triple d’ouverture, accumulant ainsi 17,07 points. Puis, il a trouvé l’énergie pour n’exécuter qu’un double saut de boucle piquée au lieu de son deuxième quadruple et sa main a battu l’air en descendant vers la glace sur un triple saut de boucle piquée, mais sinon le triple champion du monde a gardé sa concentration, axé sur un élément à la fois. Il a obtenu une ovation pour ses efforts et remporté le style libre avec 188,30 points et le titre au classement général avec 277,42 points.

La lutte de Kevin Reynolds a été beaucoup plus difficile. Il a dû surmonter un problème de chaussures de patin qui lui a fait rater son entière saison, faisant de cette épreuve de sélection olympique sa première et seule compétition avant Sotchi. Pendant quelques brefs moments, l’espoir olympique de Kevin semblait vulnérable, alors qu’il a fait sur deux pieds la réception de son quadruple Salchow d’ouverture, puis une chute sur un triple Axel.

Mais Kevin s’est débattu, a réussi deux quadruples sauts de boucle piquée, une en combinaison avec un triple saut de boucle piquée – double saut de boucle piquée et, plus tard, un triple flip – triple saut de boucle piquée a été très bien exécuté.

Il a terminé le style libre en troisième place avec 164,16 points, six points derrière Patrick – bien que ce n’était qu’il y a un an que Kevin avait battu Patrick pour la note technique.

Néanmoins, la note totale de 242,45 points de Kevin lui a valu la médaille d’argent.

« J’ai dû lutter tout au long du programme », a déclaré Kevin, qui a terminé cinquième aux Championnats du monde en mars dernier. « Rien n’a été facile sur la glace. Je suis juste content d’avoir été capable de concourir à cette compétition. J’en avais absolument besoin pour aller à Sotchi. »

Kevin a signalé que les deux dernières semaines ont été très angoissantes, croyant qu’une paire de chaussures de patin mal ajustées pourraient lui faire perdre sa chance de participer aux Jeux olympiques. Neuf paires en fait, depuis les championnats du monde. « Rien n’allait bien durant l’entraînement », a-t-il avoué. « Parvenir à ce résultat bien que ma performance était loin d’être parfaite me rend très satisfait de cette semaine. »

Kevin fait remarquer qu’au cours des trois prochaines semaines, il devra simplement s’atteler à la tâche, ne pas tenir compte de ce qui l’embête et faire tous les efforts possibles. « Ceci me donne confiance que je peux apporter des améliorations et présenter une performance respectable, même si tout ne marche pas sur des roulettes », a-t-il ajouté.

Il affirme qu’il aurait été content de se classer parmi les trois premiers. Tout ce qu’il voulait, c’était une place à Sotchi.

Chose étrange, Liam Firus, un patineur âgé de 21 ans qui avait été cinquième aux Championnats canadiens, où il a réussi son premier triple Axel en compétition, a battu Liam dans le style libre, malgré sa chute sur sa tentative de triple Axel. Kevin a néanmoins battu Liam au point de vue technique, mais Liam a obtenu d’excellentes notes pour la présentation, méritant des notes aussi impressionnantes qu’un 9,25 sur 10 pour son excellent parcours de la lame.

Des problèmes de dos ont considérablement retardé la saison de Liam, mais il n’a jamais douté de son rêve olympique. « J’ai pensé : oui, je ferai partie de l’équipe olympique », s’est-il dit, il y a peu de temps. « Je vais travailler aussi dur que possible. Ce sera difficile. Rien ne sera facile. C’est là mon but. Je me suis dit que j’étais pour être là. Et, je l’étais. »

Liam a poursuivi ses efforts jusqu’à la fin et s’est assuré d’avoir la meilleure chance possible. Durant une longue attente après la performance de Kevin, Liam a fait le tour de la patinoire avec ses écouteurs – quelque chose de nouveau à une compétition de patinage. Il a dit qu’il écoutait sa musique favorite : de la musique électronique de danse, pour se concentrer. Lorsque les notes de Liam ont été annoncées, il a couvert ses oreilles. « Je ne voulais pas entendre », a-t-il dit. « Je savais qu’il était en première place, mais je ne voulais pas connaître ses notes. »

Bref, le plan de Liam a fonctionné à merveille.

Beverley Smith