Keelee Gingrich et Davin Portz saisissent le titre novice de patinage en couple sous la direction de leurs entraîneurs olympiens

OTTAWA : Il semblait une excellente idée que les concurrents olympiques Anabelle Langlois et Cody Hay établissent une école de patinage en couple à Calgary, où ils habitent. Après tout, seulement sept équipes de patinage en couple ont concouru aux championnats seniors la semaine dernière. En fait, le patinage en couple dans le monde entier ne compte pas suffisamment d’équipes talentueuses.

Ce ne fut pas chose facile. En ce moment, après deux ans de cajoleries et de discussions, Anabelle et Cody n’entraînent que deux équipes de patinage en couple. Et, mardi, l’une d’entre elles, les charismatiques Keelee Gingrich, âgée de 15 ans, et Davin Portz, âgé de 17 ans, originaire de Yellowknife, sont devenus les champions novices de patinage en couple aux Championnats nationaux de patinage Canadian Tire.

Davin était leur première cible. « Il était un bon patineur, fort et solide », a affirmé Anabelle. « Il avait cette personnalité. Et, il était intéressé. »

Ensuite, ils devaient lui trouver une partenaire. Keelee n’était pas une forte patineuse en simple, mais elle avait beaucoup de cran pour une petite fille. Elle prenait la main de Davin et même le menait. Timide, pas elle.

Keelee et Davin ont concouru sur la musique de The Skaters’ Waltz, un charmant programme chorégraphié par Anabelle et Cody. Anabelle soutient qu’elle n’aime pas faire la chorégraphie et ne se considère pas comme une chorégraphe – plutôt comme une conteuse d’histoire. Mais, quoi qu’ils aient fait, ils ont réussi. Ils ont commis quelques erreurs, mais patiné sans hésitation.

Durant leur première année ensemble, Anabelle leur a donné une liste intimidante d’éléments à apprendre. Ils ont cru que ce serait impossible. Ils les ont appris. La saison dernière, elle leur a donné une autre liste encore plus formidable. Ils en ont aussi maîtrisé les éléments. Ni l’un ni l’autre n’avait patiné en couple auparavant.

« Ce fut intéressant », a dit Keelee. Leur amélioration par rapport à l’an dernier a été « énorme », a soutenu Davin. Ils ont eu leurs hauts et leurs bas et ont avancé, persévéré. Ils iront aux championnats juniors l’an prochain et Anabelle leur donnera une autre liste formidable. Pour l’instant, Davin est prêt à obtenir sa récompense : une queue de castor sur le canal Rideau.

L’équipe a connu quelques moments angoissants hier soir durant l’entraînement lorsqu’ils essayaient des triples vrilles. Keelee a subi un coup de fouet cervical. À la suite du traitement, leur vrille dans le style libre n’a pas été aussi bien exécutée – elle a semblé frapper le cou de Davin – mais ils ont poursuivi, patinant avec confiance. « Nous savions que c’était proche  et nous savions que nous aspirions à une médaille », a signalé Davin.

Anabelle et Cody espèrent toujours que le nombre de patineurs dans leur club augmentera. Ils rêvent de former cinq équipes de patinage en couple. Toutefois, ils ont rencontré un obstacle : les entraîneurs ne veulent pas laisser leurs patineurs en simple patiner en couple, a fait observer Anabelle.

Ils croient que s’ils commencent à patiner en couple, ils devront laisser tomber le patinage en simple, a déclaré Anabelle. Mais, a-t-elle ajouté, certains des meilleurs patineurs en couple ont pratiqué les deux disciplines au niveau national. Parfois, soutient Anabelle, les patineurs ou les entraîneurs promettront de se tourner vers le patinage en couple lorsqu’ils terminent leurs carrières en simple. Mais, à ce moment, ils auront quitté les rangs juniors et il sera trop tard.

Anabelle regrette avoir commencé le patinage en couple trop tard. Elle a débuté en tant que patineuse senior, puis a subi une commotion cérébrale durant une chute. Mieux vaut apprendre les habiletés plus tôt, dit-elle.

Elle voit beaucoup de potentiel pour le patinage en couple au pays – il y a beaucoup de forts patineurs, tant chez les hommes que chez les femmes et il pourrait être conseillé de leur donner plus d’options – dont le patinage en couple – qui pourrait leur permettre de gravir davantage les rangs. Dylan Moscovitch était un bon patineur en simple. Mais, il est un patineur en couple de classe mondiale.

L’avenir du patinage en couple est le suivant, affirme Anabelle : le Canada compte de forts patineurs dans les rangs les plus élevés. « Le Canada doit faire du repérage de patineurs en couple », a-t-elle dit. « Ceci n’a jamais été fait dans ce pays. Et, ce ne sont pas tous les meilleurs patineurs qui trouveront immédiatement le bon partenaire de patinage en couple. On ne peut pas tous être Tessa et Scott. Peu de personnes trouvent le bon partenaire tout de suite. » Mais, il est important d’amorcer la discipline et de commencer à perfectionner ses habiletés. Ça pourrait arriver.

Allison Eby et Brett Varley, de la section de l’Ouest de l’Ontario, ont terminé 2,06 points derrière Keelee et Portz, méritant la médaille d’argent, suivis de Naomie Boudreau et Cédric Savard, représentant la section du Québec.

Beverley Smith

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *