Patineur, olympien, artiste, chorégraphe, entraîneur, ambassadeur… qui est Shawn Sawyer?

Étant donné que Shawn Sawyer a été sélectionné à titre d’ambassadeur des athlètes en vue des Internationaux Patinage Canada 2013 du circuit Grand Prix, à Saint John, N.-B. (de manière tout à fait appropriée, dans sa province natale) qu’est-ce que cela veut dire?

Selon la définition du dictionnaire, l’artiste de 28 ans (sur glace et hors glace) est un agent diplomatique du rang le plus élevé, un plénipotentiaire (ce qui semble très important), un internuncio (ce qui semble toujours mieux en italien) ou un délégué apostolique, un chancelier à cette importante compétition préolympique.

Peu importe que Shawn n’a jamais été un champion canadien, n’a jamais remporté un événement du Grand Prix ISU et n’a pas participé aux Jeux olympiques de Vancouver. Il n’a jamais fait fonction de doublure avec son incomparable flair : l’incroyable étirement de ses jambes, sa flexibilité sans comparaison, sa capacité de caméléon de représenter quoi que ce soit sur la glace, ses pirouettes, ses spirales, son art. C’est ce que la légende canadienne, Toller Cranston, a remarqué lorsqu’il a choisi Shawn pour le représenter comme jeune patineur dans un spectacle rendant hommage à Toller en 1997, lorsque Shawn était un jeune patineur inconnu âgé de 12 ans, d’Edmundston, N.-B., une ville de pâtes et papiers.

« À l’époque, Toller ne faisait pas partie de mon passé, de mon présent ou de mon avenir », a signalé Shawn. « Il ne faisait partie de rien et ne me parlait pas vraiment. Mais, il faisait partie de moi. Il a compris qui j’étais et qui j’allais devenir. Il le savait tout simplement. Et je savais qu’il le savait. Il est un homme gentil qui a eu une énorme incidence sur ma vie, sans avoir à être là, sans avoir à constamment me tenir la main. »

Durant sa carrière de patinage, Shawn a été champion novice et junior au Canada, sixième aux Championnats du monde juniors, trois fois médaillé de bronze aux Championnats canadiens et, à ses derniers Championnats nationaux, il s’est classé deuxième, avec un style libre inspiré et prenant en tant que Chapelier fou sur la musique de la piste sonore d’Alice au pays des merveilles. Il a aussi terminé au troisième rang dans le programme court à la Coupe de Russie, derrière Evgeny Plushenko, et a mérité une médaille d’argent à la compétition Skate America 2009, derrière Evan Lysacek.

« La personne la plus surprise de ma carrière est moi-même », a ajouté Shawn. « Je ne peux vraiment croire que j’ai participé aux Jeux olympiques  et je ne peux croire qu’une pirouette a reçu mon nom [c’est celle pour laquelle il lève la jambe à côté de sa tête en ligne droite et position de grand écart.]. » Il a toujours été flexible, mais il est encore plus flexible que jamais. Il s’est exercé. « Disons que j’exécute à un championnat international une spirale de Michelle Kwan, je ne peux pas faire la prochaine année une spirale normale. Je dois passer à une spirale Sasha Cohen », dit-il. Peu d’hommes font des spirales.

Shawn a fait carrière de cette période incroyable, mais maintenant il poursuit sa carrière dans le spectacle Stars on Ice avec ses concepts. Les gens s’attendent à ce qu’il apparaisse sur la glace « avec quelque chose un peu hors de l’ordinaire », soutient-il et la tournée lui permet de faire montre de ses habiletés. « Chaque année, on me donne carte blanche », affirme-t-il. « On me dit qu’on a confiance en moi, seulement de ne pas aller trop loin. »
Ses programmes caractéristiques en tant que concurrent admissible aux Jeux olympiques étaient tous deux des chefs d’œuvre de chorégraphie de David Wilson, parfaits pour Shawn : son programme complexe d’Amadeus qu’il a présenté pendant deux saisons, puis Alice au pays des merveilles de Danny Elfman.

Le rôle du Chapelier fou occupe une place spéciale dans le cœur de Shawn et le folklore canadien. Shawn avait abandonné le patinage, ayant raté les Jeux olympiques de Vancouver. « Je ne voulais plus avoir affaire au patinage », a-t-il mentionné. Puis un jour, il a vu une photo de Johnny Depp vêtu du costume du Chapelier fou, cheveux rouges en bataille et les yeux encerclés, assez bizarres, vraiment. La photo a immédiatement eu un impact. « Oh non, non, je ne dois pas voir le film ou écouter la musique », s’est dit Shawn.

Le lendemain, il a regardé le film et acheté le CD. Puis, il a commencé le montage de la musique. Il a appelé son entraîneure Annie Barabé et lui a dit : « Devine? Je reviens! »

Son programme du Chapelier fou qu’il a exécuté aux Championnats canadiens 2011 a été mémorable. Il a patiné comme s’il était inspiré.

« Je ne peux le décrire, a-t-il fait remarquer, je ne sais pas d’où j’ai sorti ça. »

Il a reçu une ovation. Chose étrange, Shawn ne se rappelle pas avoir exécuté le programme. Il se souvient seulement qu’il avait l’impression qu’il allait perdre connaissance cinq minutes avant d’aller sur la glace. Il pouvait à peine marcher.

Cette performance l’a qualifié pour les Championnats du monde, malgré qu’il ait fini par céder sa place à la suite des délais qui ont découlé du séisme et du tsunami qui ont secoué le Japon. Il avait déjà des engagements avec Stars on Ice, qui commençait presque au même moment. Mais, en rétrospective, il estime que cette performance était supérieure à sa performance aux Jeux olympiques. « Ce n’était pas à propos de ce qu’allais en tirer », a-t-il expliqué. « C’était simplement moi, qui me donnais corps et âme. »

C’est quelque chose qu’il fait aussi d’autres façons. Hors glace, il est également un artiste. Depuis sa jeunesse, il a toujours dessiné. Il y a environ cinq ans, il a découvert quelque chose d’important. Il n’avait pas vraiment aimé suivre des cours d’art. « J’avais l’impression de peindre avec un balai », a-t-il affirmé. « C’était vraiment difficile pour moi de dessiner les détails. » Puis, il a commencé à voir que les détails n’étaient pas importants. Il se préoccupait déjà des détails au patinage tout au long de la journée. Son art devait être différent. Maintenant, il ressent un équilibre dans sa vie en répandant du vin rouge et du café sur des toiles.

« Ce sont deux de mes choses favorites au monde », fait-il observer. « De toute évidence, tout ce que je possède est taché ». Il est étonné de la diversité de couleurs qu’il peut produire avec ces deux substances; il a même extrait une couleur bleu paon-vert d’une bouteille de vin qu’il a acheté à Paris pour 0,30 $. Il peint principalement des têtes et des cous de femmes avec des cheveux en bataille. Pensez à Lady Gaga, avec plus d’explosion. Il est prêt à faire une exposition d’art, s’il avait seulement le temps. Actuellement, Shawn passe beaucoup de temps sur la route à faire des tournées, entraîner et mettre à contribution son don de la chorégraphie qu’il a appris des meilleurs chorégraphes.

« Je ne recommanderais pas le cheminement que j’ai choisi pour me rendre là où je suis à présent », a-t-il signalé. « Mais, en rétrospective, je ne changerais rien. C’est une question de faire preuve de persévérance et de surmonter les obstacles. Quoi qu’on veuille accomplir dans la vie, il y a toujours des obstacles. »

Beverley Smith

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *