Meagan Duhamel et Eric Radford prennent une légère avance après le programme court de patinage en couple aux Internationaux Patinage Canada

SAINT JOHN, N.-B. – Ce fut une journée difficile. Au milieu de la conférence de presse pour le programme court de patinage en couple, un boyau au-dessus de l’estrade a spontanément déversé une bonne quantité d’eau sur les gagnants, Meagan Duhamel et Eric Radford.

« Ce n’est pas une bonne journée », a avoué Meagan, après avoir trébuché à la sortie d’un triple Lutz côte à côte, puis avoir mis les deux mains sur la glace à la réception d’un triple Lutz lancé aux Internationaux Patinage Canada, le deuxième de six événements du Grand Prix. « Voilà ce qui arrive quand on rate son triple Lutz », a-t-elle ajouté.

Quel les Lutz soient maîtrisés ou non, Meagan et Eric se trouvent en tête, bien que seulement par 0,15 point de plus que l’équipe italienne compromise par des séances d’entraînement ratées hier et mercredi. Seulement 0,55 point sépare les trois premières places. Elles se trouvent essentiellement à égalité avant le programme long de dimanche.

Stefania Berton et Ondrej Hotarek d’Italie occupent la deuxième place avec 69,38 points, leur meilleure note personnelle, derrière Meagan et Eric avec 69,57 points. En troisième place se trouvent les patineurs chinois Sui Wenjing et Han Cong avec 69,02 points. Les Chinois avaient raté presque toute la saison dernière alors que Sui souffrait d’épiphysite, une blessure du cartilage de conjugaison. Sui est de retour, guérie et peut tout faire, affirme Han.

Les trois équipes ont été tenues de quitter l’estrade pour le reste de la conférence, avec Ondrej passant le microphone aux patineurs et journalistes dans la salle. « J’ai l’impression d’être un monologuiste comique », a-t-il dit. (Plus tard, les organisateurs ont bougé le podium plus vers l’avant de sorte que le boyau qui fuyait soit hors de portée.)

Meagan et Eric ont reconnu leurs erreurs, philosophiquement, et considéré les choses en perspective. « Si nous avions patiné sans erreur, nous aurions été effrayés », a signalé Meagan. « Nous ne commençons pas notre saison comme ça. »

Sur une note positive, Meagan et Eric ont atteint un niveau de trois pour leur triple vrille : un but atteint.

La saison dernière, les champions canadiens avaient appris une formule pour leur progression : aux championnats nationaux, les choses commençaient à bien aller. Jusqu’à présent, cette saison, ils se sentent prêts, leurs erreurs cette fois étaient inhabituelles et ils ne s’y étaient pas attendus. « Mais, je pense que l’évolution était meilleure et notre deuxième note (31,96 points) est semblable à celle avec laquelle nous avons fini la saison dernière », a affirmé Eric.

Par ailleurs, l’an dernier aux Internationaux Patinage Canada, avec un programme sans faute, ils ont obtenu 64 points. À la fin de la saison, aux Championnats du monde, où ils ont remporté la médaille de bronze, leur note du programme court est passée à 73 points. Avec une note de 69 points, ils sont convaincus que le travail fait cet été porte ses fruits et ils espèrent atteindre presque les 80 points d’ici les Championnats nationaux.

Ils sont habitués à des notes serrées après le programme court : aux Championnats nationaux de 2012, à Moncton, N.-B., trois équipes étaient essentiellement à égalité pour la première place et ils ont remporté la médaille d’or.

Ce qui est différent, c’est que Meagan et Eric patinaient sur une musique appelée Tribute, composée par Eric. Il admet que ce fut bizarre d’entendre sa propre musique. Il a senti un frisson lorsqu’il a commencé la section de jeu de pieds et que la musique a atteint un crescendo et un autre frisson au début de la spirale de la mort. Beaucoup ont senti un frisson lors des premières notes de la musique qu’Eric a composée en l’honneur de l’entraîneur qui lui avait tant enseigné à propos du patinage, Paul Wirtz, décédé il y a plusieurs années.

En ce qui concerne les sympathiques Italiens, Ondrej Hotarek a signalé qu’il s’est senti fatigué au début du programme sur la musique de Le Masque (ceci explique son pantalon jaune fluorescent, monté au-delà de sa ceinture avec des bretelles). « J’étais un peu fatigué, mais j’ai simplement tenu la main de Steffi, qui était tellement forte, et elle a dit allons-y, nous sommes capables », a-t-il fait observer. « Je pense que je dois la remercier aujourd’hui. Ce fut une excellente journée. »

La foule a retenu son souffle lorsque l’équipe a exécuté sa levée lasso inversée, durant laquelle Ondrej lève sa minuscule partenaire au-dessus de sa tête, puis la tient d’une main alors qu’elle glisse dans une position dans laquelle ses pieds sont plus élevés que sa tête – une manœuvre très risquée.

Ondrej dit qu’il n’aurait pas tenté un tel mouvement s’il n’avait pas été en mesure de récupérer ses patins, perdus dans ses bagages lorsqu’ils ont quitté Detroit pour le Canada. Ondrej est arrivé à Saint John et les sacs mal étiquetés sont allés Chicago, une ville où ni l’un ou l’autre n’était allé.

Ondrej a patiné à ses deux premières séances d’entraînement jeudi avec des patins de rechange appartenant au patineur de patinage en simple masculin, Ross Minor, mais Ondrej n’était pas à l’aise parce que la position de la lame était différente. Il était sur le point d’utiliser des patins de rechange de Patrick Chan, mais grâce à l’aide d’un officiel de l’ISU qui avait personnellement téléphoné et retracé les sacs, Ondrej a obtenu ses patins tard jeudi et était prêt à l’action.

L’ISU a permis aux Italiens d’avoir une séance d’entraînement après la fin de la journée d’entraînement de jeudi. Ce fut en effet spécial. Les Italiens ont patiné comme s’ils avaient des ailes. Ils ont exécuté leur folle levée deux fois.

Sui et Han, en troisième place, ont obtenu des notes très élevées pour leur triple flip lancé et n’avaient aucune déduction. Ils venaient de quitter leur entraîneur de longue date, Lo Buan pour l’entraîneur renommé de patinage en couple, Yao Bin, et son nouveau collègue d’entraînement, Zhao Hongbo, qui a remporté la médaille d’or en patinage en couple aux Jeux olympiques de Vancouver avec Shen Xue. « Nous apprenons de plus en plus à patiner », a déclaré Han. « Ceci nous fait prendre de la maturité. »

Paige Lawrence, de Kipling, Sask., et Rudi Swiegers, de Virden, Man., ont terminé en sixième place parmi les huit équipes après que Paige touche la glace de ses mains à la suite d’une rotation insuffisante d’un triple saut de boucle piquée et fasse une chute sur un triple Lutz lancé.

L’équipe a dû s’adapter à son calendrier d’entraînement en raison des blessures de Paige : elle s’est foulé le tendon d’Achille de son pied gauche de réception, pendant l’été. Ceci s’est amélioré, mais elle a compensé pour la blessure et s’est foulé les muscles de l’aine et du tendon du jarret. Elle portait un gros bandage sur la cuisse gauche hier soir. Ils ont passé quelques mois à se concentrer sur la chorégraphie et la performance, parce qu’ils devaient tirer parti le mieux possible de la situation.

Margaret Purdy, de Strathroy, Ont., et Michael Marinaro, de Sarnia, Ont., les médaillés d’argent des Championnats du monde juniors, qui ne participent qu’à leur deuxième événement international, ont eu une journée difficile, alors que Margaret a fait la réception d’un triple saut de boucle piquée sur deux pieds, et ils ont abandonné la levée. Ils ont eux aussi subi des blessures. Margaret s’est blessé une épaule durant l’été et n’a eu que deux semaines d’entraînement avant de concourir à Skate America la semaine dernière.

 

Beverley Smith

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *