Kaetlyn Osmond se retire des Internationaux Patinage Canada; Julia Lipnitskaia, de Russie, s’empare de la médaille d’or à Saint John

SAINT JOHN, N.-B. – La championne canadienne Kaetlyn Osmond avait une mine tranquille et sombre, samedi après‑midi, lorsqu’elle s’est retirée de l’épreuve féminine aux Internationaux Patinage Canada, après avoir été cinquième dans le programme court.

Elle avait lutté pour surmonter une blessure de « réaction au stress » et accomplir des miracles, simplement pour être ici, mais un nouveau problème s’est manifesté samedi matin. À son réveil, elle a ressenti une douleur dans le haut de sa jambe droite. C’était très douloureux, a‑t‑elle affirmé.

Elle espérait que les choses s’arrangent, pensant que ce n’était peut-être qu’une crampe et que le mouvement réglerait le problème. Elle est allée à l’entraînement commençant à 9 h 20, mais n’a passé que cinq minutes sur la glace, lorsqu’il est devenu clair qu’elle ne pouvait pas supporter son poids sur sa jambe et ne pouvait la lever très haute.

Kaetlyn soutient qu’il s’agit d’un problème lié au tendon du jarret et déjà tout est en branle pour amorcer son traitement lundi à Edmonton, où elle s’entraîne.

« Nous avons simplement décidé qu’il serait préférable que j’abandonne la compétition », a‑t‑elle signalé tristement. Elle soutient que c’est une blessure qu’elle a déjà subie, qui a guéri mais est revenue à quelques mois d’intervalle. La blessure ne lui nuisait que pendant deux heures environ, mais la douleur est beaucoup plus intense et, en fait, elle ignore de quoi il s’agit cette fois-ci.

« Je suis manifestement déçue de ne pouvoir présenter mon programme long pour lequel je me suis entraînée », a-t-elle fait remarquer. Pendant qu’elle souffrait de sa « réaction au stress », elle a travaillé la chorégraphie et s’est entraînée hors glace. « Lorsque je suis revenue, j’étais vraiment déterminée à participer à cet événement », signale-t-elle. « Mon programme long est mon favori. »

Elle espère se rétablir suffisamment pour s’entraîner en vue du prochain événement du Grand Prix, la Coupe de Russie, le dernier des six événements du Grand Prix. Ceci lui donne du temps. L’événement russe du Grand Prix n’a typiquement jamais été le dernier événement, donc elle est chanceuse.

L’épreuve féminine aux Internationaux Canada a plus tôt souffert du retrait de la championne olympique de 2010, Kim Yu-Na, de la Corée du Sud, en raison de blessures métatarsiennes. Et, elle a aussi perdu l’ancienne médaillée d’argent des Championnats du monde, Alena Leonova, de Russie.

Sans elles, l’événement a néanmoins fait preuve de vigueur, avec Julia Lipnitskaia, de Russie, une patineuse espiègle et flexible âgée de 15 ans, qui a été victorieuse avec 198,23 points. Julia n’a pratiquement pas commis d’erreurs, a ébloui la foule avec ses pirouettes comptant de grands coups de pied et mérité une ovation.

Elle a reçu des niveaux quatre pour tous ses éléments. Il n’y a toutefois aucune garantie qu’elle se rendra aux Jeux olympiques : la fédération russe se servira de ses propres championnats et des championnats européens pour sélectionner les athlètes qu’elle enverra à Sotchi.

La patineuse de longue date, Akiko Suzuki, du Japon, âgée de 28 ans, a remporté sa troisième médaille d’argent aux Internationaux Patinage Canada, passant de la troisième place après le programme court pour terminer avec 193,75 points, devançant de beaucoup Gracie Gold, qui était en tête durant le programme court, mais qui a fait une chute sur un triple Lutz et chancelé à la sortie d’un triple Salchow comportant une rotation insuffisante.

L’ancienne championne canadienne Amélie Lacoste a terminé en cinquième place avec un enthousiasme renouvelé pour son sport et la nouvelle venue au Grand Prix senior, Veronik Mallet, s’est retrouvée en huitième place.

Beverley Smith

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.