Les possibilités sont illimitées pour le champion du monde junior nouvellement couronné, Nam Nguyen

Ce ne fut que l’espace d’un instant, voilà à quel point la première et seule rencontre jusqu’à présent de Nam Nguyen avec le triple champion du monde Patrick Chan, a été brève.

Deux ans se sont écoulés depuis que Nam, alors un minuscule patineur âgé de 13 ans concourant pour la première fois comme senior aux Championnats nationaux à Moncton, N. B., a rencontré par hasard Patrick dans un couloir, après une séance d’entraînement.

« Il m’a demandé où se trouvait l’horloge », le champion du monde junior nouvellement couronné a raconté aux journalistes cette semaine, ce qui a provoqué des éclats de rire.
« Elle était juste en tournant le coin. »

Titulaire à présent du titre de champion du monde junior, grâce à deux programmes éblouissants à Sofia, en Bulgarie, le prodige du patinage – aussi le plus jeune Canadien à remporter des titres nationaux aux niveaux juvénile, pré-novice, novice et junior – fait lui-même les manchettes ces jours-ci. Inévitablement, on chuchote, bien que ceci puisse être prématuré, que Nam pourrait être un jour l’héritier présomptif de Patrick.

« Certaines personnes disent que je pourrais être le prochain Patrick Chan et je crois que c’est un immense honneur », a-t-il ajouté avec un grand sourire.

« Il est un triple champion du monde et médaillé d’argent olympique, ce qui est sensationnel. »

« Lorsque j’ai vu ma note, c’était incroyable, la plus haute note que je n’ai jamais enregistrée au niveau international », a signalé Nam, à propos de sa note totale de 217,06 points, obtenue la fin de semaine dernière. « Lorsque je me suis assis, tellement de choses me passaient par la tête. J’ai vu la note et j’ai pensé « Oh mon Dieu, je ne peux le croire. » »

Moins d’une semaine après avoir remporté le titre de champion du monde junior en Bulgarie, Nam reprendra l’avion samedi et traversera l’océan Pacifique pour se rendre à Tokyo en vue des Championnats du monde ISU de patinage artistique, la semaine prochaine. Il sera accompagné du médaillé d’or des Jeux olympiques de Sotchi, Yuzuru Hanyu, du Japon, et du médaillé de bronze des Championnats du monde, Javier Fernandez, d’Espagne. Nam s’entraîne avec Yuzuru et Javier, au Toronto Cricket Club sous la direction du double médaillé d’argent olympique et champion du monde de 1987, Brian Orser.

Si on se fie aux récents résultats, Brian est en train de devenir l’entraîneur qui a la touche magique. Non seulement compte-t-il Yuzuru, Javier et Nam sous sa tutelle, mais Brian a aussi entraîné Yuna Kim qui a remporté la médaille d’or chez les femmes aux Jeux olympiques d’hiver 2010, à Vancouver.

Brian possède suffisamment d’expérience pour savoir que les Jeux de Sotchi étant à présent terminés, une relève de la garde est susceptible de se produire en patinage masculin.

« Ceci sera la relève », a soutenu Brian, faisant référence aux patineurs les mieux classés la fin de semaine dernière, en Bulgarie. « Les quatre ou cinq meilleurs – voilà les patineurs que nous verrons à l’avenir. Un changement se produit actuellement, plus tôt qu’on ne l’aurait envisagé. »

À Sofia, Nam a exécuté un programme libre presque sans faute, ponctuée d’une paire de doubles Axel, mais lorsqu’il passera aux rangs seniors – peu importe le moment – Brian et Nam savent qu’ils devront y mettre le paquet. Au cours des prochains mois, ils comptent travailler au quadruple saut avant de commencer à l’exécuter la saison prochaine.

Mais, les gens qui s’occupent de Nam insistent sur le fait qu’il ne cherche pas à avancer rapidement.

« Remporter un titre de champion du monde junior n’est pas la fin – c’est le début, raisonne Mike Slipchuk, directeur, Haute performance, de Patinage Canada.
« Je crois que c’est un élément important pour Nam. »

Voler la vedette semble être dans sa nature. Quatre ans plus tard, les gens parlent encore de la brève apparition mémorable de Nam au gala, aux Jeux olympiques de Vancouver. Aux récents Championnats nationaux, Nam a gagné la faveur du public par son sourire radieux et son enthousiasme contagieux.

Mais, Brian a signalé que cette image devait être modifiée afin de présenter celle d’un jeune homme, non seulement parce que Nam a grandi de presque un pied, au cours de la dernière année et demie.

« Je lui ai dit « Bon, ça va faire d’être mignon » », raisonne Brian.

« C’était amusant et charmant et tout le monde s’exclamait « Oh mon Dieu, il est tellement mignon ». Mais maintenant, tu dois patiner comme un jeune homme et faire preuve de maturité. »

Nam signale que Brian lui aide à garder les pieds bien sur terre et ceci ne changera pas, malgré le titre de champion du monde junior.

Mais, les adolescents de 15 ans ont le droit de rêver et ce jeune n’y fait pas exception.
« J’aimerais être le champion olympique en 2018 », affirme-t-il, ses yeux s’illuminant. « Je veux être le premier champion masculin canadien aux Jeux olympiques. »

« Ce serait superbe. »

Marty Henwood

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *