Le patinage, c’est dans la famille pour Eric Liu

Très petit lorsqu’il a remporté la médaille de bronze chez les hommes juniors, aux Championnats nationaux de patinage Canadian Tire 2014, à Ottawa, il y a plusieurs mois, Eric se dresse à présent un peu plus haut. Le patineur âgé de 12 ans d’Edmonton/Vancouver a grandi d’environ quatre pouces depuis janvier. Il est actuellement une figure imposante, haute de cinq pieds. Il semble que seules ses jambes ont poussé.

Mais, n’oublions pas aussi les pieds. Eric signale que depuis sa poussée de croissance, il a dû quatre fois changer de chaussures de patin pour tenir compte de l’allongement de ses pieds. Il n’est même pas certain de sa pointure en ce moment. C’est difficile de ne pas s’y perdre.

Mais, Patinage Canada assure bien son suivi. Il a été l’un des plus jeunes patineurs invités au camp de développement qui a eu lieu à Markham, en Ontario, en avril. Il a du style et peut exécuter les sauts. Eric est un prodige, ayant réussi une combinaison triple Lutz – double boucle piquée et mérité une médaille pour son début JUNIOR en janvier. Il avait l’air de Nam Nguyen, il y a quelques années, éclipsé par ses concurrents sur le podium. Mais, Eric a plus le style d’un danseur de ballet sur la glace (au même âge). Tous deux sont des favoris des foules.

Eric a acquis ses habiletés honnêtement. Son père Louie (Wei) Lui, est un ressortissant chinois qui a concouru en tant que danseur sur glace en Chine, à un moment où la Chine ne comptait pas énormément de danseurs sur glace compétents. Mais, Louie connaît ces carres. Il est déménagé à Edmonton lorsqu’il était toujours un patineur, a essayé avec une partenaire canadienne au niveau de danse junior, s’est présenté à la compétition Thornhill Summer Skate avec elle, puis a dû faire face à la vie dans un nouveau pays. Il est tombé dans l’anonymat.

Louie a finalement épousé une dentiste d’Edmonton, Linda Xie, et ils ont eu deux fils, Eric et Aaron. Louie et les garçons sont déménagés à Vancouver pour étudier sous la direction de Joanne McLeod. Rien d’étonnant que le fils cadet, Aaron, soit un danseur sur glace et patine dans le puissant groupe de danse dirigé par Megan Wing et Aaron Lowe, à Vancouver. Le cheminement vers la gloire d’Eric (sur cette petite échelle) ne s’est pas déroulé de façon aussi prévisible.

Il était tout d’abord un joueur de hockey. Sa première médaille d’or a été remportée au hockey. Il aimait frapper avec son bâton. Mais, tout a changé lorsque la famille d’Eric s’est rendue au Japon pour assister aux Championnats du monde 2007. Ce fut énorme. Le meilleur ami de Louie, Hongbo Zhao et sa partenaire Xue Shen, avaient fait une remontée cette saison à la suite de la blessure que Hongbo avait subie au tendon d’Achille, qui avait sabordé leur carrière l’année précédente. Ils sont arrivés au Japon, invaincus durant la saison. Les Liu ont vu Xue et Hongbo remporter ce titre du monde au Japon par 15 points et lorsque Hongbo a terminé son style libre, il s’est agenouillé sur la glace et a demandé Xue en mariage. Qu’est-ce qui aurait pu être plus dramatique?

Les Liu occupaient les meilleures places et le petit Eric était fasciné par la scène, non moins parce que Hongbo est le parrain d’Eric. Le petit garçon a assisté à un grand spectacle avec une foule qui adorait le patinage. Il a rencontré Hongbo plusieurs fois depuis, aussi au Canada.

Ce fut un événement qui a changé le cours de la vie d’Eric. « J’ai remarqué qu’ils avaient reçu beaucoup de fleurs », a signalé Eric. « J’ai dit à mon père que c’est ce que je voulais faire aussi. » Il aimait l’atmosphère fastueuse. Il avait cinq ans et avait décidé d’adopter les dents de pointe.

Le père d’Eric lui a appris à patiner et à utiliser ses carres, de même que l’entraîneur d’Edmonton, Jan Ullmark, et ceci se dégage lorsqu’Eric se trouve sur la glace. On lui a appris à utiliser ses bras, assez bien en fait.

Jan Ullmark n’est pas surpris de son progrès. Il a passé une heure chaque jour à enseigner les figures et les virages à Eric. Mais, Jan a été étonné des connaissances du petit garçon, qui savait ce qu’il faisait et pourquoi il le faisait.

Jan lui a demandé de faire une carre arrière extérieure pour son premier test. « Est-ce que ce n’est pas comme l’entrée dans le Lutz? », lui a demandé Eric. Jan a été stupéfié.

Et, le double-trois arrière? « Est-ce que ceci ne mène pas à la boucle », lui a demandé Eric.

Lorsqu’Eric n’était âgé que de huit ans, il a réussi un double Axel sans faute, a fait observer Jan.

Joanne McLeod, qui a commencé à travailler avec Eric, il y a deux ans, affirme que le patineur glisse magnifiquement sur glace. Et, déjà, il travaille aux combinaisons triple‑triple et à un triple Axel. Il commence du bon pied, soutient Joanne. Maintenant, ils doivent travailler à la hauteur de ses sauts et augmenter la trajectoire. Chaque jour, il patine sur la même surface que les patineurs de longue date Kevin Reynolds et Jeremy Ten. Tout aide.

Il a aussi beaucoup de cran, affirme Joanne. Il est prêt à tout essayer. « Parlons-en tout d’abord », lui dit Joanne. Mais, déjà il peut avoir parcouru la moitié de la surface de la glace.

« Ce que j’aime le plus, ce sont les sauts », signale Eric. « J’aime la vitesse et j’aime me trouver dans les airs. » Pas de danse sur glace pour lui.

Eric a de grands buts, aussi grands qu’ils pourraient l’être. Son idole est Evgeny Plushenko. Il croit qu’il peut être aussi bon que le Russe. Il affirme avec confiance qu’il veut prendre part à deux Jeux olympiques et en remporter un.

Eric avait déjà assisté au camp de développement de Patinage Canada l’an dernier. Il n’est même pas nouveau sur la scène, malgré son jeune âge. « J’ai obtenu beaucoup de conseils de différents entraîneurs », ajoute-t-il, faisant référence à Christy Krall, l’ancienne entraîneure de Patrick Chan. À un moment donné, au camp le plus récent, il s’est précipité sur la glace avec Roman Sadovsky, deux ans son aîné, mais déjà un concurrent senior au niveau national. Il a rencontré Roman plusieurs fois.

Et, il a déjà été victorieux à l’échelon international. À la fin mars, Eric a remporté une médaille d’or au Gardenia Spring Trophy, dans ce qu’on a appelé la catégorie masculine novice avancée. Il s’est mesuré à des patineurs du Japon et de l’Italie et a gagné par presque sept points.

Il sait quelle direction il doit prendre.

Beverley Smith

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *