Articles

James et Radford décrochent l’argent lors de leurs débuts internationaux à l’Autumn Classic International

PIERREFONDS – Vanessa James et Eric Radford ont lancé leur nouveau partenariat pour le Canada avec une médaille d’argent en couple vendredi à la compétition internationale de patinage artistique Classique d’automne.

En avril dernier, Radford, un double champion du monde et triple médaillé olympique, a annoncé qu’il sortait de sa retraite pour patiner à nouveau pour le Canada, mais cette fois avec sa nouvelle partenaire Vanessa James, une championne d’Europe et médaillée des championnats du monde qui a déjà concouru pour la France.

Riku Miura et Ryuichi Kihara du Japon sont restés en première place pour la victoire avec 204,06 points suivis de la nouvelle paire canadienne avec 184,01 points. Ashley Cain-Gribble et Timothy Leduc, des États-Unis, se sont accrochés au troisième rang avec 170,64.

Patinant sur la musique de Harry Styles, James et Radford ont ouvert avec une solide triple vrille et ont exécuté un excellent lancer triple Salchow plus tard. Mais sur leurs sauts côte à côte, James a tombé une fois et sorti d’une autre.

« Nous espérions évidemment mieux, a dit Radford, 36 ans. Mais il y a tellement de choses pour nous que nous devons garder en perspective et nous cherchons comment faire cela. Nous savons que nous aurons un objectif plus clair lors de notre prochaine compétition. Nous avons une énorme opportunité ici et c’est ainsi que nous allons aborder cela. »

« Pour moi, c’est une leçon d’apprentissage sur la façon de contrôler mon stress », a déclaré James, 33 ans, né à Scarborough, en Ontario. « Je considère cela comme une étape dans notre carrière. »

Dans le programme libre féminin, Marilena Kitromillis, de Chypre, a remporté la médaille d’or devant deux Sud-Coréennes : Young You et Seoyeon Ji.

Emily Bausback, de Vancouver, C.-B. a été la meilleure Canadienne grimpant de la neuvième à la septième place. Gabrielle Daleman de Newmarket, Ont., a fini huitième et Alison Schumacher de Tecumseh, Ont., 10e.

« Il y a beaucoup de choses à retenir de cette compétition, a dit Bausback, dont le programme libre s’est classé sixième. « J’ai beaucoup appris sur moi-même et sur la façon de gérer mes nerfs. C’est quelque chose sur lequel je peux m’appuyer en route vers les Internationaux de Patinage Canada. »

En danse sur glace, les médaillés de bronze aux championnats du monde Piper Gilles et Paul Poirier, de Toronto, sont premiers après la danse rythmique avec 83,35. Olivia Smart et Adrian Diaz, d’Espagne, sont deuxièmes avec 75,20 et Caroline Green et Michael Parsons, des États-Unis, troisièmes avec 73,93.

« Nous étions très satisfaits de notre vitesse aujourd’hui parce qu’il est toujours difficile de sortir pour la première épreuve et de ne pas en faire trop, a dit Gilles. « Nous avons patiné très raisonnablement et nous sommes super heureux. »

Il y a trois autres équipes canadiennes : Marjorie Lajoie de Boucherville et Zachary Lagha de St-Hubert sont quatrièmes avec 71,27; Carolane Soucisse de Chateauguay et Shane Firus de North Vancouver sont cinquièmes avec 65,11 et Haley Sales de Kelowna, C.-B., et Nikolas Wamsteeker de Langley, C.-B. sont sixièmes avec 59,91.

Les trois inscriptions dans la compétition masculine sont canadiennes. Après le programme court, Conrad Orzel de Woodbridge, en Ontario, est premier avec 80,82 points, Bennet Toman de Brampton, en Ontario, deuxième avec 63,30 et Beres Clements de Gibson, en C.-B., troisième avec 55,48.

« J’étais vraiment nerveux et je me retenais sur certains des sauts, a dit Orzel, âgé de 21 ans, à sa troisième saison au niveau senior.

La série Challenger de l’ISU offre aux patineurs seniors l’occasion de concourir à un niveau international et de gagner des points au classement mondial.

La compétition se termine samedi au Sportplexe de Pierrefonds avec le programme libre masculin et la danse libre.

Résultats complets : https://results.skatecanada.ca/2021ACI/    

L’athlète canadien Paul Poirier souhaite siéger à la commission des athlètes de l’ISU

La semaine prochaine, l’étoile canadienne de danse sur glace, Paul Poirier, fera concurrence dans une arène différente.

Charismatique quintuple médaillé aux Championnats canadiens, avec sa partenaire Piper Gilles, Paul cherchera à se tailler une place à la commission des athlètes de l’ISU, lorsqu’un vote au scrutin secret aura lieu aux Championnats du monde ISU de patinage artistique, à Helsinki.

Annoncée à l’automne dernier, la commission sera composée de cinq athlètes – chacun provenant des disciplines du patinage en simple et en couple, de la danse sur glace, du patinage synchronisé ainsi que du patinage de vitesse sur courte piste et sur longue piste.

Le nom de Paul sera l’un des trois figurant sur le bulletin de vote pour la danse sur glace.

« C’est quelque chose qui me passionne extrêmement », a déclaré Paul. « Je veux promouvoir le dialogue et écouter mes collègues athlètes du monde entier, afin de favoriser l’avancement de notre sport. Nous avons besoin de ce dialogue pour être plus ouverts et cohérents durant toute l’année. »

S’il est élu, Paul soutient qu’il discutera régulièrement avec les autres membres de la commission à propos de questions liées à la danse sur glace et au sport en général. Il servira aussi d’agent de liaison entre les athlètes et le comité technique au sujet de questions concernant les règlements et les competitions.

« Je crois que nous devons faire plus pour mettre à profit notre sport », a‑t‑il ajouté. « Nous devons nous engager davantage auprès des intervenants – les athlètes, les entraîneurs, les chorégraphes – et leur permettre de faire de leur mieux. À l’heure actuelle, tout le monde s’efforce de maximiser ses points et voilà pourquoi tellement de programmes se ressemblent. »

« Nous, à Patinage Canada, ne pourrions être plus honorés d’approuver la candidature de Paul pour siéger à la commission des athlètes de l’ISU », a affirmé Debra Armstrong, chef de la direction générale de Patinage Canada.

« Paul est un athlète de classe mondiale et un extraordinaire ambassadeur de notre sport, ici au Canada et dans le monde entier. Nous n’avons aucun doute que Paul excellera dans ce rôle, s’il est élu, et fera tout son possible pour promouvoir nos athlètes et notre sport. »

Le sens artistique et l’exceptionnelle capacité de Piper et Paul d’établir un lien avec le public ont fait d’eux d’indéniables favoris des foules ces dernières années. D’autres dans le sport les ont aussi remarqués : la séquence de pas de leur danse courte de 2015-2016 sera ajoutée au répertoire de l’ISU comme nouvelle danse imposée, après les Jeux olympiques d’hiver 2018.

S’il est élu à son nouveau poste, Paul veut immédiatement se mettre au boulot.

« Je veux encourager une prise de décision qui permettra aux athlètes de faire de leur mieux », a ajouté Paul. « J’ai toujours essayé de me faire entendre en ce qui concerne les décisions publiques du sport. J’espère que mes collègues athlètes verront que je veux faire partie de ce dialogue. »

« Qu’est-ce que nous voulons que soit la danse sur glace? Nous avons besoin de conversations pour répondre à cette question. »

« Ce n’est pas une question de ce qui, d’après moi, améliorera le sport. C’est une question de ce que nous croyons, en tant qu’athlètes, qui permettra d’améliorer le sport. »

Derrière la lame – Paul Poirier : Trophée Nebelhorn 2016

Chère ville d’Oberstdorf, où commencer?

C’était ma première semaine de retour dans la charmante ville alpine depuis près de 10 ans (j’y ai séjourné la dernière fois pour les Championnats du monde juniors en 2007), et je n’étais pas déçu. Après de nombreuses heures de vol, quelques heures dans une fourgonnette, elle est apparue, aussi pittoresque que dans mes souvenirs. Nous étions hébergés à l’hôtel Mohren, en face de l’église. On peut facilement trouver son chemin à Oberstdorf à l’aide de points de repère : « tournez à droite au bar laitier » ou peut-être même « dirigez-vous vers le tremplin de ski et vous finirez par vous retrouver à la patinoire. »

poirier-pic1Nous étions une équipe canadienne composée en tout de six patineurs, prêts à monter les rues pleines de déjections animales jusqu’à l’Eissportzentrum, où nous avons amorcé nos saisons internationales. Deux séances d’entraînement nous étaient offertes mercredi et suffisamment de temps pour nous orienter. Notre entraîneure Carol, Piper et moi avons terminé notre journée en rencontrant les membres du comité de l’ISU afin de clarifier les détails de notre danse sur tracé (qui se concrétise lentement, titre encore à déterminer).

Les jours de compétition sont plutôt ennuyeux. Sauf un peu de patinage, nous passons la plupart de notre temps enfermés dans une pièce à être nerveux ou bien faisons la sieste ou allons faire une marche pour combattre l’ennui.

La compétition a été couronnée de succès pour Piper et moi et l’équipe canadienne, dans son ensemble. Nous avons remporté le Trophée Nebelhorn pour la meilleure équipe au classement général. Heureusement, étant donné que nous étions les premiers à terminer, Piper et moi avons eu l’occasion de regarder, sans stress, les performances de nos coéquipiers.

poirier-pic2Pour célébrer, vendredi soir, Carol et notre chère amie Ingeborg nous ont emmenés à un restaurant au-dessus de la patinoire, pour des käsespätzle bavarois (nouilles aux œufs avec fromage piquant et oignons frits). Piper et moi avons aussi gravi le mont Nebelhorn (corne de brume) par téléphérique, samedi, pour profiter du panorama avant de retourner rapidement pour patiner durant le gala.

Après une pleine semaine de riches souvenirs, il était déjà temps de rentrer à la maison. Pour terminer, permettez-moi de partager avec vous quelques faits que j’ai appris à propos d’Oberstdorf, durant mon séjour :

  1. Oberstdorf compte environ 19 vaches. Mercredi, une grande fête a eu lieu lorsqu’on a fait descendre les vaches des montagnes pour les ramener en ville – hélas, je dormais!;
  2. le téléphérique traverse en Autriche et revient ensuite en Allemagne;
  3. Oberstdorf est toujours en tête pour le meilleur petit déjeuner (je dois absolument parler de la nourriture);
  4. Oberstdorf est le seul endroit que j’ai visité où je peux porter la culotte lederhosen en public sans qu’on me regarde d’un air ébahi (oui, j’ai essayé!)./li>

La suite est à venir!

Paul

Weaver et Poje gagnent la médaille de bronze aux championnats des Quatre Continents de l’ISU

TAIPEI CITY – Kaitlyn Weaver et Andrew Poje, de Waterloo, en Ontario, ont gagné la médaille de bronze, vendredi, en danse, aux championnats des Quatre Continents de l’ISU tandis que Patrick Chan, de Toronto, se classe cinquième après le programme court chez les hommes.

Kaitlyn Weaver/Andrew Poje
En danse, les Américains ont réussi un doublé. Maia Shibutani et Alex Shibutani ont obtenu la médaille d’or avec 181,62 points et Madison Chock et Evan Bates, les médaillés d’argent des championnats du monde, ont suivi avec 174,64.

Weaver and Poje, les champions en titre, ont suivi avec 173,85.

« Nous n’avons pas exécuté note meilleur patinage, a dit Weaver. Nous nous sommes battus d’un bout à l’autre. Nous ne nous sommes pas découragés. La majorité des jours, tout tombe en place pour nous, mais certains jours non. Aujourd’hui était l’un d’eux. Nous sommes malgré tout heureux de repartir avec une médaille de bronze et nous savons que nous pouvons être les meilleurs. »

Poje dit que le résultat les stimule encore plus pour les championnats du monde du mois prochain à Boston.

« Nous allons utiliser cette expérience d’apprentissage, a-t-il dit. Nous allons nous assurer de corriger les petits accrocs dans le programme. Nous planifions aller à Boston pleins de confiance et d’énergie. »

Piper Gilles et Paul Poirier, de Toronto, ont terminé cinquièmes et Elisabeth Paradis, de Loretteville, au Québec, et François Xavier-Ouellette, de Laval, au Québec, sixièmes.

Dans le programme court masculin, Boyang Jin, de Chine est en tête avec 98,45. Shoma Uno, du Japon, est deuxième avec 92,99 et Han Yan, de Chin, troisième avec 89,57. Takahito Mura, du Japon, est quatrième avec 89,08 suivi par Chan avec 86,22, son meilleur résultat en compétition internationale cette saison.

« Je ne me suis pas senti à l’aise à l’entraînement toute la semaine, a dit Chan, qui a pris une année sabbatique la saison dernière. En tenant compte de cela, je suis vraiment heureux de mon patinage, d’être demeuré debout, d’avoir patiné intelligemment et de ne pas avoir fait d’erreurs majeures. Demeurer dans le groupe final pour le programme libre est aussi important.»

Chan, triple champion du monde, dit qu’il a suivi son plan de match.

« Cette saison je veux prendre mon temps, être méthodique. Jusqu’à maintenant à chaque compétition cela s’est amélioré », a-t-il dit.
Liam Firus, de North Vancouver, est 14e et Kevin Reynolds, de Coquitlam, en C.-B., 20e.

La compétition se poursuivra samedi avec les programmes libres en couples et féminins.

Résultats complets: Championnats des Quatre Continents de l’ISU de patinage artistique 2016

Équipe canadienne en route pour les Championnats des quatre continents ISU de patinage artistique 2016 dans le Taipei chinois

OTTAWA (ONT.) – Le Canada comptera 12 inscriptions, ce qui représente un total de 18 patineurs, aux Championnats des quatre continents ISU de patinage artistique 2016 qui auront lieu à Taipei, dans le Taipei chinois. L’événement aura lieu du 16 au 21 février 2016, à la patinoire de Taipei. L’équipe canadienne aura trois inscriptions par catégorie, en simple masculin et féminin, en patinage en couple et en danse sur glace.

Le triple champion du monde et double médaillé d’argent olympique (simple masculin et équipe) Patrick Chan, 25 ans, de Toronto, Ont., est le premier des trois inscriptions canadiennes chez les hommes. Cette saison, Patrick a été médaillé d’or aux Internationaux Patinage Canada et s’est classé en cinquième place dans le programme court au Trophée Éric Bompard, ce qui lui a mérité une place à la finale du Grand Prix ISU, où il a terminé au quatrième rang. Le représentant du Granite Club a concouru à deux reprises à cet événement dans le passé, triomphant à ces deux occasions (2009 et 2012). Il s’entraîne avec Kathy Johnson, au Detroit Skating Club.

Le médaillé d’argent des Championnats canadiens Liam Firus, 23 ans, de North Vancouver, C.-B., est la deuxième inscription canadienne en simple masculin. L’an dernier, il s’est classé en 15e place à l’événement. Cette saison, le représentant du CP Vancouver a obtenu une septième place au Trophée Finlandia et une huitième place au Golden Spin of Zagreb. Liam s’entraîne avec Christy Krall et Damon Allen, à Colorado Springs, CO, É.-U.

Le médaillé d’argent olympique (équipe) Kevin Reynolds, 25 ans, de Coquitlam, C.-B., est la dernière inscription canadienne dans la discipline masculine. Représentant aussi le CP Vancouver, Kevin a concouru quatre fois à cet événement dans le passé, remportant la médaille de bronze en 2010 et la médaille d’or en 2013. Cette saison, il est retourné à la compétition après une année sabbatique et a été médaillé de bronze aux Championnats nationaux de patinage Canadian Tire 2016. Joanne McLeod entraîne Kevin au Champs International Skating Centre, à Burnaby, C.-B.

La nouvelle championne canadienne Alaine Chartrand, 19 ans, de Prescott, Ont., est l’une des trois inscriptions canadiennes dans la catégorie féminine. Elle s’est classée au 10e rang à cet événement l’an dernier et en septième place en 2014. Cette saison, elle a terminé quatrième au Trophée Nebelhorn, douzième à Skate America et sixième à la Coupe Rostelecom. La représentante du Club de patinage Nepean s’entraîne avec Michelle Leigh et Brian Orser.

La deuxième inscription canadienne chez les femmes est la double championne canadienne et médaillée d’argent olympique (équipe) Kaetlyn Osmond, 20 ans, de Marystown, T.-N./Edmonton, Alb. Elle a concouru à cet événement en 2013, se classant septième. Cette saison, elle a remporté la médaille d’or au Trophée Nebelhorn, obtenant une 11e place aux Internationaux Patinage Canada et une 6e place au Trophée NHK. Elle s’entraîne avec Ravi Walia et représente le Club de patinage artistique Ice Palace.

Véronik Mallet, 21 ans, de Sept-Îles, Qc, est la dernière inscription canadienne dans la division féminine. Il s’agira de sa troisième participation à cet événement, s’étant classée en 13e place en 2014 et en 14e place en 2015. Plus tôt cette saison, la représentante du CPA Sept-Îles a terminé neuvième à la U.S. International Figure Skating Classic, dixième aux Internationaux Patinage Canada et quatrième aux Championnats nationaux de patinage Canadian Tire 2016. Annie Barabé entraîne Véronik au CTC Varennes.

En patinage en couple, les champions du monde et médaillés d’argent olympique (équipe) Meagan Duhamel, 30 ans, de Lively, Ont., et Eric Radford, 31 ans, de Balmertown, Ont., sont en tête des inscriptions canadiennes. Les représentants du CPA Saint-Léonard ont antérieurement concouru à cet événement quatre fois, remportant la médaille d’or l’an dernier et en 2013. Cette saison, ils ont été médaillés d’or aux Internationaux Patinage Canada et au Trophée NHK et ont remporté la médaille d’argent à la finale du Grand Prix ISU, ainsi que leur cinquième titre canadien consécutif. Meagan et Eric s’entraînent avec Richard Gauthier, Bruno Marcotte et Sylvie Fullum.

Lubov Ilyushechkina, 24 ans, de Moscou, Russie, et Dylan Moscovitch, 31 ans, de Toronto, Ont., seront la deuxième inscription canadienne en patinage en couple à la compétition. L’an dernier, ils ont obtenu la sixième place à cet événement. Plus tôt cette saison, les représentants du Toronto Cricket, Skating and Curling Club se sont classés en quatrième place au Trophée Ondrej Nepela, septième place à la Coupe de Chine et cinquième place au Trophée NHK. Les doubles médaillés des Championnats canadiens s’entraînent avec Lee Barkell, Bryce Davison et Tracy Wilson.

Vanessa Grenier, 23 ans, de Johnville, Qc, et Maxime Deschamps, 24 ans, de Vaudreuil‑Dorion, Qc, représenteront aussi le Canada en patinage en couple. Vanessa et Maxime concourront à cet événement pour la première fois. Cette saison, les représentants du CPA Sherbrooke et du CPAR Vaudreuil ont terminé en quatrième place à la U.S. International Figure Skating Classic, en septième place aux Internationaux Patinage Canada et en huitième place à la Coupe de Chine. Plus récemment, ils se sont classés cinquièmes aux Championnats nationaux de patinage Canadian Tire 2016. Richard Gauthier et Bruno Marcotte entraînent Vanessa et Maxime au CPA Saint‑Léonard.

Les doubles médaillés des Championnats du monde Kaitlyn Weaver, 26 ans, de Toronto, Ont., et Andrew Poje, 28 ans, de Waterloo, Ont., sont la première des trois inscriptions canadiennes en danse sur glace. Champions de 2015 et 2010 à cette compétition, ils y participeront pour une septième fois. Cette saison, les représentants du CPA Sault et du CP Kitchener-Waterloo ont été médaillés d’or à chacun de leurs événements : Trophée Finlandia, Internationaux Patinage Canada, Coupe Rostelecom et finale du Grand Prix ISU. Plus récemment, ils ont remporté leurs deuxièmes Championnats canadiens consécutifs. Kaitlyn et Andrew s’entraînent avec Angelika Krylova, Pasquale Camerlengo et Shae-Lynn Bourne, à Bloomfield Hills, Michigan.

Les médaillés d’argent des Championnats canadiens Piper Gilles, 24 ans, de Toronto, Ont., et Paul Poirier, 24 ans, d’Unionville, Ont., seront la deuxième inscription canadienne en danse. Il s’agira de leur quatrième participation à cet événement, où ils ont gagné une médaille d’argent en 2014. Cette saison, ils ont remporté des médailles à chacune de leurs compétitions : or au Trophée Ondrej Nepela, bronze à Skate America et argent dans le programme court au Trophée Éric Bompard. Les représentants du CPA Scarboro ont aussi remporté leur deuxième médaille d’argent consécutive aux Championnats canadiens. Piper et Paul s’entraînent avec Carol Lane et Juris Razgulajevs, à Ice Dance Elite, à Scarborough, Ont.

Les médaillés de bronze des Championnats canadiens Élisabeth Paradis, 23 ans, de Loretteville, Qc, et François-Xavier Ouellette, 23 ans, de Laval, Qc, sont la troisième inscription canadienne en danse sur glace. Ce sera leur première participation à cet événement. Plus tôt cette saison, ils ont été médaillés de bronze à la U.S. International Figure Skating Classic et se sont classés huitièmes aux Internationaux Patinage Canada. Les représentants du CPA Loretteville et du CPA Les Lames d’Argent de Laval Inc., s’entraînent avec Marie-France Dubreuil, Patrice Lauzon et Romain Haguenauer.

Mike Slipchuk, directeur de Haute performance, de Patinage Canada, sera sur place avec l’équipe canadienne. Carolyn Allwright, de Kitchener, Ont., et Bev Viger, d’Abbotsford, C.‑B., seront les chefs de l’équipe canadienne à cet événement. Le Dr Lee Schofield, de Toronto, Ont., sera le médecin de l’équipe canadienne et Josiane Roberge, de Sillery, Qc, sera la physiothérapeute de l’équipe.

Les officielles canadiennes à l’événement seront Sally Rehorick, de Vancouver, C.-B., Nicole Leblanc-Richard, de Dieppe, N.-B., Cynthia Benson, de Quispamsis, N.-B., et Leslie Keen, de Vancouver, C.-B.

Pour les résultats et les inscriptions complètes, veuillez visiter www.isu.org.

INSCRIPTIONS CANADIENNES AUX CHAMPIONNATS DES QUATRE CONTINENTS ISU DE PATINAGE ARTISTIQUE 2016

Discipline Nom Âge Ville Club Entraîneur
Hommes Patrick Chan 25 ans Toronto, Ont. Granite Club Kathy Johnson
Hommes Liam Firus 23 ans North Vancouver, C.-B. CP Vancouver Christy Krall / Damon Allen
Hommes Kevin Reynolds 25 ans Coquitlam, C.-B. CP Vancouver Joanne McLeod
Femmes Alaine Chartrand 19 ans Prescott, Ont. Club de patinage Nepean Michelle Leigh / Brian Orser
Femmes Kaetlyn Osmond 20 ans Marystown, T.-N. et Edmonton, Alb. CPA Ice Palace Ravi Walia
Femmes Véronik Mallet 21 ans Sept-Îles, Qc CPA Sept-Îles Annie Barabé / Maximin Coïa
Patinage en couple Meagan Duhamel / Eric Radford 30 ans / 31 ans Lively, Ont. / Balmertown, Ont. CPA Saint-Léonard / CPA Saint-Léonard Richard Gauthier / Bruno Marcotte / Sylvie Fullum
Patinage en couple Lubov Ilyushechkina / Dylan Moscovitch 24 ans / 31 ans Moscou, Russie / Toronto, Ont. Toronto Cricket, Skating and Curling Club / Toronto Cricket, Skating and Curling Club Lee Barkell / Bryce Davison / Tracy Wilson
Patinage en couple Vanessa Grenier / Maxime Deschamps 23 ans / 24 ans Johnville, Qc / Vaudreuil-Dorion, Qc CPA Sherbrooke / CPA Vaudreuil Richard Gauthier / Bruno Marcotte
Danse sur glace Kaitlyn Weaver / Andrew Poje 26 ans / 28 ans Toronto, Ont. / Waterloo, Ont. CPA Sault / CP Kitchener-Waterloo Angelika Krylova / Pasquale Camerlengo / Shae-Lynn Bourne
Danse sur glace Piper Gilles / Paul Poirier 24 ans / 24 ans Toronto, Ont. / Unionville, Ont. CPA Scarboro / CPA Scarboro Carol Lane / Juris Razgulajevs
Danse sur glace Élisabeth Paradis / François-Xavier Ouellette 23 ans / 23 ans Loretteville, Qc / Laval, Qc CPA Loretteville / CPA Les Lames d’Argent de Laval Inc. Marie-France Dubreuil / Patrice Lauzon / Romain Haguenauer

Rencontrez les équipes de danse sur glace senior

KAITLYN WEAVER / ANDREW POJE

Kaitlyn et Andrew connaissaient une saison parfaite, l’an dernier, avant d’avoir à se contenter de la médaille de bronze aux Championnats du monde ISU. Les doubles médaillés des Championnats du monde et champions canadiens en titre sont membres de l’équipe nationale depuis une décennie. En fait, Halifax occupe une place particulière dans leurs cœurs : ils ont fait leurs débuts, au Canada, aux Championnats canadiens 2007 dans la ville maritime, terminant en troisième place derrière Marie-France Dubreuil et Patrice Lauzon (or) et Tessa Virtue et Scott Moir (argent).

SAVIEZ-VOUS : Kaitlyn et Andrew suivent tous deux des cours à l’Université de Waterloo – Kaitlyn étudie les relations publiques et les médias et Andrew se concentre sur les sciences biomédicales.

PIPER GILLES / PAUL POIRIER

Depuis qu’ils ont fait équipe en 2011, Piper et Paul se sont établis comme l’une des meilleures équipes de danse sur glace du Canada. Les triples médaillés des Championnats canadiens font preuve d’un grand talent artistique dans leurs programmes et malgré avoir fait face à des blessures ces dernières saisons, ils sont toujours des patineurs énergiques et favoris des foules, grâce à leurs levées créatives et leur extraordinaire capacité de se produire. En dehors de la patinoire, Piper s’immerge dans le monde de la mode et se charge dans une large mesure de la conception des costumes de leurs programmes. Un jour, elle espère lancer sa propre collection de vêtements de sport.

SAVIEZ-VOUS : Piper était une figurante dans un vidéoclip de Simple Plan tandis que Paul admet être « pratiquement nul » lorsqu’il s’agit de stationner une voiture.

ALEXANDRA PAUL / MITCH ISLAM

Les triples médaillés de bronze des Championnats canadiens ont de nouveaux entraîneurs, qui sont en fait leurs idoles de patinage : les olympiens et doubles médaillés d’argent des Championnats du monde, Marie-France Dubreuil et Patrice Lauzon. Plus tôt cette année, Alexandra et Mitch ont représenté le Canada aux Jeux olympiques d’hiver de 2014 à Sotchi, se sont classés deuxièmes au Trophée Nebelhorn et chercheront à obtenir leur quatrième classement digne du podium, depuis 2011, aux Championnats nationaux de patinage Canadian Tire 2016.

SAVIEZ-VOUS : Alexandra aime beaucoup l’émission Gilmore Girls et elle a regardé l’entière série au moins cinq fois. Lorsque Mitch regarde la télévision, il est généralement à l’écoute de Mad Men.

ÉLISABETH PARADIS / FRANÇOIS-XAVIER OUELLETTE

Ayant fait équipe en 2010, ces deux patineurs sympathiques grimpent les rangs de la danse sur glace canadienne et ont remporté une médaille de bronze à la U.S. International Figure Skating Classic 2015. Et, ils continueront probablement à s’améliorer alors qu’ils poursuivent leur entraînement avec les anciens athlètes olympiques et doubles médaillés d’argent des Championnats du monde en danse sur glace, Marie-France Dubreuil et Patrice Lauzon.

SAVIEZ-VOUS : Élisabeth joue le saxophone ténor dans ses temps libres, tandis que François aime déployer de grands efforts en rénovant des maisons.

Performance médaillée d’or à Kelowna pour Kaitlyn Weaver et Andrew Poje

KELOWNA, C.-B. – Difficile à croire, mais Kaitlyn Weaver et Andrew Poje n’avaient jamais gagné auparavant une médaille d’or du Grand Prix.

Ils se sont trouvés à des fractions de points de tant d’importants accomplissements : faire partie de l’équipe olympique, remporter un titre national et plus récemment, remporter un titre mondial au printemps dernier (raté par 0,02 point). Ces dernières années, ils ont eu une longue série de classements en deuxième et troisième places aux événements du Grand Prix.

Cette fois, ils n’ont rien laissé au hasard, atteignant la victoire aux Internationaux Patinage Canada par presque 20 points, avec une touche légère et patinant sur une interprétation de Max Richter des Quatre Saisons de Vivaldi. La performance a été suivie d’une ovation.

« Entre cette compétition et le Trophée Nebelhorn, nous n’avons jamais gagné tant de médailles d’or », a déclaré Kaitlyn. « C’est absolument fantastique. »

Andrew souhaite poursuive leur compte de médailles.

« Je pense que ce fut maintenant notre but, nous sentons que nous pouvons l’atteindre et il ne faut pas un miracle pour y arriver », a ajouté Kaitlyn.

Ce ne fut pas aussi facile que ceci aurait semblé. Il y avait la pression d’être l’équipe la mieux classée avant l’événement, sans Tessa Virtue et Scott Moir dans le vestiaire. Et, la pression d’apporter tant de changements, plus qu’ils ne le pensaient, à leur danse libre, à une levée, à une pirouette, aux transitions, aux nombreuses petites nuances qui sont tellement importantes depuis le Trophée Nebelhorn. C’était comme s’ils présentaient un nouveau programme, mais il valait mieux apporter les changements maintenant que plus tard.

« Leur absence nous a permis de nous rendre compte que nous devons sortir de l’ombre avec confiance et présenter nos programmes et les fruits de notre entraînement hors saison », a signalé Andrew. Conquérir la pression cette semaine augmentera notre confiance à l’avenir, a soutenu Kaitlyn.

« Il semble maintenant que nous puissions parvenir au succès », a-t-elle ajouté. « Pas besoin de miracle pour y arriver. »

Kaitlyn et Andrew sont en tête d’une puissante équipe de danse canadienne. La preuve : Piper Gilles et Paul Poirier ont monté de deux places après une erreur dans le programme court et remporté une médaille d’argent aux Internationaux Patinage Canada.

Élisabeth Paradis et François-Xavier Ouellette sont venus d’on ne sait où et ont semblé représenter aussi une menace. Bien qu’ils aient terminé septièmes parmi les huit équipes aux Internationaux Patinage Canada, Tessa Virtue et Scott Moir sont impressionnés par leur travail à l’école de Marie-France Dubreuil et Patrice Lauzon. (Tessa et Scott veulent aussi essayer leur chorégraphie.)

« C’est incroyable », a affirmé Kaitlyn. « Le succès engendre le succès. »

La médaille de bronze a été remportée par les Américains Madison Hubbell et Zachary Donohue, qui avaient été deuxièmes après le programme court.

Il y a eu d’autres ovations. La petite Satoko Miyahara, âgée de 16 ans, a patiné sur la musique de Miss Saigon, ce qui a fait lever la foule. Elle a gagné la médaille de bronze dans l’épreuve féminine avec 181,75 points malgré deux rotations insuffisantes.

L’Américaine Ashley Wagner a aussi obtenu une ovation pour son programme Moulin Rouge (malgré quelques rotations insuffisantes) et a terminé avec la médaille d’argent et 186,00 points.

La médaillée d’or a été la Russe Anna Pogorilaya, âgée de 16 ans, qui n’a eu aucune rotation insuffisante et a accumulé 191,81 points. Elle avait l’air abasourdie. L’an dernier, elle a surpris tout le monde lorsqu’elle a remporté la Coupe de Chine.

Piper Gilles et Paul Poirier font appel au champion olympique Christopher Dean pour attaquer le Paso Doble

Les sinistres notes de leur danse libre inspirée d’Hitchcock étant dans leurs rétroviseurs, Piper Gilles et Paul Poirier voulaient un thème plus traditionnel pour leur danse courte cette saison.

Thème traditionnel, oui. Chorégraphe traditionnel, non.

Imaginez la sensation d’avoir le champion olympique de 1984, Christopher Dean, qui conçoit votre danse courte – sur le rythme du Paso Doble. Piper et Paul, qui se rendront en Colorado Springs en mai, ont ressenti exactement cette sensation.

Il va peut-être sans dire, mais Jayne Torvill et Christopher Dean ont exécuté la danse emblématique du Paso Doble au cours de la saison 1984, et bien qu’on semble plutôt se rappeler d’eux pour leur danse libre sur la musique Bolero, certains ont eu comme beaucoup – sinon plus – la chair de poule en regardant leur Paso Doble. Ils ont obtenu six points sur 6,0 pour cette danse aux championnats européens, où ils ont probablement présenté leur meilleure performance. Pas certain de ce que signifiait ce 6,0? La perfection.

Sur la couverture de leur biographie de 1984, rédigée par John Hennessy, un journaliste de The Times, se trouve une photographie de Jayne et Christopher vêtus de leurs costumes de Paso Doble et quel costume! Il n’était pas rouge, comme on s’y attendrait pour un Paso. Leurs costumes étaient blancs, noirs et or. Et, la robe de Jayne comptait une cape flottante, avec des plis blancs qui pendaient de façon charmante de ses bras tendus – ne verrait-on jamais quelque chose de semblable?

Tout d’abord, Christopher n’était pas sûr qu’il veule tenter de chorégraphier une danse courte, ce qu’il n’avait jamais fait auparavant. La danse courte n’existait pas à son époque. Son Paso Doble, sur la musique Capriccio Espanol de Nikolaï Rimski-Korsakov, était une danse sur tracé prescrit, avec leur nouveau tracé répété trois fois. Ce nouveau programme court combine l’ancienne danse courte avec la danse imposée, compte tenu de quelques nouveaux changements apportés aux règlements cette année.

« Essayons diverses choses », a-t-il dit.

« Nous sommes allés sur la glace et avons commencé à exécuter des éléments », a-t-il signalé. « Oui, connectons-les », a déclaré Paul. « Et, nous sommes partis avec un programme ».

Chose étrange, Christopher tenait « catégoriquement » à ce qu’ils utilisent son vieux Paso de Capriccio Espanol, a dit Piper.

« C’était un peu un honneur pour lui que nous voulions utiliser ce morceau », a soutenu Piper. « Nous avons examiné d’autres morceaux, mais celui-ci semblait convenir. »

La musique de Capriccio Espanol représente la seconde moitié de leur programme. « Nous devons vraiment y faire justice », a affirmé Piper.

Et les costumes? Ils font bien penser aux merveilleuses tenues de Jayne et Christopher en 1984. Mais, Piper porte une cape noire, plutôt que blanche, et elle tombe plus bas, en dessous des bras. « Il voulait initialement une cape exactement comme celle de Jayne », a dit Piper. « Mais, nous voulions faire quelque chose d’un peu différent, tout simplement parce que nous sommes une différente équipe. »

Ils aimaient le concept du noir et blanc, mais ont ajouté des touches de rose.

En portant une telle cape, même si elle était différente de celle de Jayne, Piper a vraiment suivi ses traces. Au début de leur entraînement pour le Paso Doble, Jayne portait une tenue d’entraînement semblable à son costume de compétition, afin de s’habituer à l’ondoiement du tissu et aux difficultés de faire les prises avec le costume. Toutefois, dans une patinoire publique, Jayne a enlevé le prototype et enfilé une robe de patinage traditionnelle pour créer un élément de surprise au moment de la compétition.

Ceci a gravement perturbé leur performance. De toute évidence, ses bras tendus n’avaient pas le même effet. Nerveux, Christopher a tenté de modifier la chorégraphie jusqu’à ce que la championne du monde britannique Courtney Jones (qui avait conçu leurs costumes) intervienne et les aide à revenir au programme original.

Comme Jayne, Piper a dû apprendre à patiner avec du tissu virevoltant. « Il a fallu un peu d’adaptation [pour patiner avec le costume] », a déclaré Piper. « Je porte la cape tous les jours quand j’exécute le programme, donc je m’y suis habituée après un certain temps. Maintenant, elle ne m’embête plus. Même quand elle passe par-dessus ma tête, je ne suis pas décontenancée. Il y a toujours quelque chose qui virevolte. »

Piper a avoué qu’ils avaient joué avec le costume quelques fois, le mettant même autour de son cou « lorsque nous nous amusons. Je me sens plus comme Dracula. C’est la cape noire. » Paul blague qu’ils jouent les super héros.

Travailler avec Christopher n’a pas été une expérience nouvelle pour ni l’un ni l’autre. Ils ont tous deux travaillé avec lui avec d’anciens partenaires. « Il nous connaissait assez bien pour travailler avec nous deux, ensemble », a déclaré Paul.

Christopher a chorégraphié une danse libre pour eux durant leur première saison comme équipe, ce qui les a aidés à gagner la médaille de bronze nationale. Il a également conçu un programme d’exhibition pour eux. (On pourrait deviner que ce n’était pas celui dans lequel Paul patinait vêtu d’un caleçon boxeur de couleur or brillant.)

Piper admet que ce fut amusant de travailler avec Christopher, mais c’était aussi épuisant. « Il est perfectionniste », soutient-elle. « Parce que je suis la patineuse, je me fais souvent lancer, j’ai donc mal partout. Mais, Paul était aussi endolori. Il nous fait travailler vraiment, vraiment fort, ce qui est bon. »

« Nous devons exiger beaucoup de nous-mêmes », a déclaré Paul. « Maintenant est le temps de vraiment nous épanouir et d’exiger beaucoup de nous-mêmes, de sortir un peu de notre zone de confort, ce dont nous avons réellement besoin. »

Piper et Paul présenteront leurs nouveaux programmes aux Internationaux classiques d’automne 2014, en octobre, à Barrie, en Ontario. Ils ont aussi été affectés aux Internationaux Patinage Canada, qui auront lieu à Kelowna, en Colombie-Britannique, et au Trophée Éric Bompard, à Bordeaux, en France. « Nous serons dans deux pays viticoles », a ajouté Paul, avec un sourire.

Médaille d’argent pour Gilles et Poirier aux championnats des Quatre Continents de l’UIP

TAIPEI – Les danseurs Piper Gilles et Paul Poirier, de Toronto, ont obtenu leur meilleur résultat de la saison avec une médaille d’argent, jeudi, aux championnats des Quatre Continents de patinage artistique de l’UIP.

Madison Hubbell et Zachary Donohue, des É.-U., ont remporté la médaille d’or avec 158,25 points. Gilles et Poirier, les meneurs après la danse courte, ont suivi avec 153,71 et Alexandra Aldridge et Daniel Eaton, des É.-U., ont terminé troisièmes avec 144,95.

Gilles et Poirier ont impressionné avec une portée stationnaire et deux portées rotatives, mais ont perdu quelques points sur une portée en ligne droite et les pas en diagonale qui ont obtenu un niveau deux. Les Canadiens ont obtenu leur meilleure note de la saison avec 91,33 points pour la danse libre.

«Nous avons eu nos deux meilleurs programmes de la saison. C’est définitivement plus que ce que nous demandions, a dit Poirier. Je pense que la performance d’aujourd’hui a été un peu juste en comparaison des fois que nous l’avons faite dans le passé, mais il y a des choses positives à en retirer. Nous allons prendre cette compétition avec nous parce qu’elle nous a enseigné beaucoup à propos de la résistance et de pouvoir revenir aussi vite après les championnats nationaux.»

Poirier a subi une grave blessure à une cheville qui a nécessité une opération le printemps dernier à l’entraînement. Ils se sont classés cinquièmes et sixièmes dans le circuit du Grand Prix cette saison et ont terminé quatrièmes aux championnats canadiens il y a deux semaines, ratant de justesse une place dans l’équipe olympique.

Kharis Ralph, de Toronto, et Asher Hill, de Pickering, en Ontario, ont terminé quatrièmes avec 137,03 et Nicole Orford, de Burnaby, en C.-B., et Thomas Williams, d’Okotoks, en Alberta, cinquièmes avec 133,42.

Dans le programme court féminin, Amélie Lacoste, de Delson, au Québec, s’est classée 10e, Veronik Mallet, de Sept-Îles, au Québec, 11e et Alaine Chartrand, de Prescott, en Ontario, 15e. Le programme libre aura lieu dimanche.

La compétition se poursuivra samedi avec les programmes libre en couples et masculins.

Résultats complets: http://www.isuresults.com/results/fc2014/index.htm

Gilles et Poirier sont en tête à la compétition des Quatre Continents

TAIPEI – Piper Gilles et Paul Poirier, de Toronto, sont au premier rang à la suite de la danse courte, mercredi, à la compétition de patinage artistique des Quatre Continents de l’UIP.

Gilles et Poirier ont obtenu leur meilleure note de la saison avec 62,38 points. Madison Hubbel et Zachary Donohue, des É.-U., sont deuxièmes avec 61,05 et leurs compatriotes Alexandra Aldridge et DanielEaton sont troisièmes avec 57,65.

Les deux autres duos du Canada sont aussi dans la course aux médailles. Kharis Ralph, de Toronto, etAsher Hill, de Pickering, en Ontario, sont quatrièmes avec 53,97 et Nicole Orford, de Burnaby, en C.-B., etThomas Williams, d’Okotoks, en Alberta, cinquièmes avec 53,73.

En couples à la suite du programme court, Margaret Purdy, de Strathroy, en Ontario, et Michael Marinaro, de Sarnia, en Ontario, sont cinquièmes et NatashaPurich, de Sherwood Park, en Alberta, et Mervin Tran, de Regina, sont septièmes.

Chez les hommes après le programme court, JeremyTen, de Vancouver, est sixième, Nam Nguyen, deBurnaby, en C.-B., 10e et Elladj Baldé, de Pierrefonds,au Québec, 13e.

La danse libre et le programme court féminin auront lieu jeudi et les finales chez les hommes et en couples vendredi.

Résultats complets : http://www.isuresults.com/results/fc2014/index.htm

Piper Gilles et Paul Poirier reprennent des forces sur la glace

Paul PoirierUne chose est parfaitement claire : la danse sur glace est un sport dangereux et pénible.

Cet énoncé pourrait avoir semblé absurde à un moment donné, mais ne l’est plus à cause d’un système de notation qui exige tellement des danseurs adeptes de la danse de salon. Dans l’intervalle de quelques courtes années, Tessa Virtue a souffert du syndrome chronique des loges musculaires des jambes, Kaitlyn Weaver s’est fracturé un os près de l’articulation de la cheville, durant une collision à grande vitesse avec la bande, pendant une séance d’entraînement la saison dernière et, à nouveau, une autre équipe canadienne de danse sur glace s’est heurtée à un obstacle à un moment inopportun.

Il y a environ quatre mois, Paul Poirier s’entraînait à exécuter une séquence de voltes avec sa partenaire Piper Gilles lorsqu’il s’est légèrement élevé dans les airs et a atterri sur son pied droit – de côté.

Cette brève erreur a eu des effets à long terme. Paul a souffert d’une fracture-luxation de sa cheville droite, obligeant l’omniprésent Dr Bob Brock, de Toronto, à insérer quatre plaques et 15 vis dans le pied du patineur. Le Dr Johnny Lau a  opéré Kaitlyn Weaver, la saison dernière.

Si vous le demandez gentiment à Paul, il vous montrera la radiographie sur son téléphone intelligent, avec une série de petites structures en forme de barres tout le long de son os, puis une vis étonnamment grosse à la cheville, retenant le tout. Paul s’attend à ce qu’une seule de ces vis soit enlevée à l’avenir. À moins que ces vis ne l’embêtent pendant qu’il patine, elles resteront dans son corps pour le reste de sa vie, un rappel des périls de la danse sur glace. Pour l’instant, il a une longue et vilaine cicatrice, allant de sa cheville jusqu’au-dessous de son genou droit.

« Jusqu’à présent, tout va bien », affirme Paul, sans aucune trace de négativité ou mine de « pauvre de moi ». « Mon corps y a réagi aussi bien que possible. »

Il n’est pas exactement idéal d’avoir à surmonter une blessure aussi grave durant la saison olympique, lorsque les patineurs veulent exiger plus d’eux-mêmes. « Je crois que ce qui a été le plus difficile est de faire peu », avoue Paul. « Il est plus avantageux de faire un peu moins en ce moment. Ce qui est important pour nous, ce sont les Championnats nationaux. »

Heureusement pour eux, leurs deux événements du Grand Prix auront lieu vers la fin de la série : la Coupe de Russie et le Trophée NHK.

Paul soutient que sa guérison suit un scénario de réussite – plus tôt que prévu. Deux semaines après la chirurgie, il était de retour au gymnase. « Je ne me soucie pas du tout de ma force ou de mon endurance cardiopulmonaire », ajoute-t-il. « Mes habiletés sont assez bonnes grosso modo. » Ils ne peuvent pas faire de séances d’une durée de deux heures. Ils doivent s’entraîner efficacement et tirer le meilleur parti de leur temps sur la glace. Mais, ils ont fait beaucoup de chemin. Lorsque Paul est tout d’abord retourné sur la glace, il ne pouvait patiner que cinq minutes à la fois.

« Chaque jour, ma cheville se renforcit », dit-il. « Je peux le sentir ».

Piper a dû apprendre à patiner sans Paul et garder une attitude positive. « J’ai ressenti tellement d’émotions lorsque l’accident s’est produit », a-t-elle déclaré. « Mais nous devons envisager la situation de façon positive au lieu de négative. Plus nos pensées sont négatives, plus on se sent submergé et on ne veut pas aller à la patinoire. »

Sans Paul sur la glace, Piper a travaillé beaucoup de tracés de Finnstep, beaucoup de jeux de pieds et beaucoup de voltes.

Pendant six semaines, Paul a eu la jambe dans le plâtre, de la cheville jusqu’en dessous du genou, et dès qu’il s’en est débarrassé, le duo a commencé à répéter ses programmes hors glace, sur le sol, chaque jour.

« Étant donné que nous ne pouvions nous soucier du patinage et que nous ne faisions pas de levées et autres choses du genre, nous avons eu vraiment beaucoup de temps pour travailler l’évolution des personnages, les détails et les expressions », a fait remarquer Paul. « Nous travaillons normalement à ces choses, mais pendant un temps, c’est tout ce que nous pouvions faire. »

Heureusement, ils avaient chorégraphié leur danse libre en avril, avant la blessure. « Nous avons été en mesure d’exécuter le programme sur la glace avant l’accident, de sorte que nous avons été capables de continuer à le visualiser dans notre esprit. »

Et, quelle visualisation! Ils patinent au son de la piste sonore du film Hitchcock, une comédie dramatique de 2012 qui retrace la relation d’Alfred Hitchcock avec sa femme et l’actrice principale de Psychose.

Chose étrange, Piper et Paul avaient imaginé exécuter un programme dramatique cette année, ce qu’ils n’avaient jamais fait auparavant, afin de montrer un côté différent d’eux-mêmes. (Mary Poppins était le véhicule l’an dernier.) Ils ne cessaient de tomber sur de la musique composée par Danny Elfman. Lorsque l’entraîneure Carol Lane est retournée des Championnats du monde juniors la saison dernière, elle leur a dit qu’elle avait vu le film durant son vol et les a exhortés à écouter la piste sonore. Chose étrange, ils ont constaté que la musique était composée par Elfman.

« C’était tellement bizarre », a fait observer Piper. Le programme a été conçu très rapidement, contrairement à leur danse libre de l’an dernier.

Leur danse courte a été chorégraphiée après l’accident. Paul en a regardé la conception à partir des gradins. « Ce fut vraiment un gros effort de groupe pour concevoir le programme et une fois que Paul a été capable de l’exécuter hors glace, il l’a appris sur le sol », a soutenu Piper.

Pour leur danse courte, ils ont utilisé de la musique de Caro Emerald, une chanteuse de jazz néerlandaise dont la musique a été propulsée au sommet du palmarès au Royaume-Uni. Le programme fait très « danse de salon », signale Paul.

Le style, affirme Piper, convient à leurs personnalités extraverties et exubérantes. La danse est difficile. Elle est exécutée en majeure partie en position fermée, ce qui est délicat, surtout si on danse près l’un de l’autre et rapidement.

En raison de la blessure, ils ont dû travailler à reculons cette saison : maîtrisant le caractère, puis la technique. Peut-être se rendront-ils compte que c’est le cheminement idéal à l’avenir. « Nous pourrions constater que ce processus fonctionne mieux pour nous », proclame Paul. « Ce sera une année de découverte. Je pense que nous nous en sortirons plus forts. »

Beverley Smith