Articles

Tessa Virtue et Scott Moir aiment leurs nouveaux rôles aux Internationaux Patinage Canada

KELOWNA, C.-B. – Ils nous ont manqué, tous les deux.

Nous nous sommes demandés où ils étaient, ce qu’ils faisaient et ce qu’ils allaient faire.

Tessa Virtue et Scott Moir ne le savent toujours pas.

Ils ont parcouru le Prospera Centre, cette semaine, travaillant pour TSN à quelques télédiffusions, découvrant ce qu’ils ne connaissent pas de l’autre côté des tableaux d’affichage, inspectant les nouveaux cheminements de carrière possibles. Ils prennent plaisir à ces nouvelles fonctions. On a entendu dire qu’ils étaient des communicateurs nés.

Mais, ils ne savent toujours pas quelle voie prendre et ils ne s’en soucient pas.

Presque au même moment, des communiqués de presse ont été diffusés cet automne à propos de Patrick Chan ainsi que Tessa et Scott prenant l’année de congé pour réfléchir à leur avenir. Mais, les réactions aux communiqués de presse ont été différentes. Patrick pourrait très bien revenir. Tessa et Scott? Beaucoup semblent penser qu’il est trop tard.

« Honnêtement, je crois qu’après Sotchi, nous pensions sûrement que nous en avions fini avec le patinage », a déclaré Scott, à Kelowna, cette semaine. « Mais, nous savions que c’était probablement une décision guidée par les sentiments, après nous être entraînés pendant 17 années consécutives. Nous devions nous assurer de prendre un temps suffisant. »

Au milieu de l’été, Scott a admis qu’il y avait une « lueur d’espoir » quant à leur retour. Mais, ils ne savent pas si cette lueur est assez forte et ce qu’elle signifie pour eux. Ils savent toutefois qu’ils prennent le temps de songer à cette lueur d’espoir et à autre chose.

« Nous ne voulons pas mettre cette pression sur nous-mêmes en ce moment », a déclaré Tessa. « Nous avons fait face à ce genre de stress pendant 10 à 12 ans maintenant. C’est bien de ne pas y faire face pour l’instant. »

Il est vrai que certains moments sont nostalgiques, alors qu’ils se trouvent dans la patinoire et entendent la musique d’ouverture qui leur touche l’âme. Tessa affirme que ces moments-là, elle ne peut s’empêcher de se demander ce qu’elle et Scott auraient fait comme programmes, chorégraphie, ce que ce serait d’une fois de plus se trouver devant la foule canadienne qu’ils aiment.

Puis, ils se rappellent quel plaisir ils ont à aller faire l’épicerie et des courses au milieu de la semaine et visiter leurs parents et frères et sœurs lorsque cela leur plaît. Pendant ces moments, Scott sent l’attraction de la vie ordinaire. Maintenant qu’ils y ont goûté, comment l’abandonner pour un entraînement irréductible?

Tessa signale qu’elle partage son temps entre deux mondes. Elle achève son diplôme en psychologie à l’Université de Western Ontario dans sa ville natale de London, Ont. Néanmoins, elle et son partenaire font des allocutions et des apparitions. Ils ont participé à une petite tournée de patinage en Chine. Mais, essentiellement, ils sont restés hors glace au cours de l’été et à l’automne, bien que Scott ait un peu joué au hockey.

S’ils retournaient, ils savent qu’ils feraient les choses différemment. Ils s’entraîneraient différemment. Avec leurs antécédents de blessures, ils prendraient une approche plus intellectuelle et plus scientifique envers leur entraînement. Et, ils aimeraient essayer de nouveaux chorégraphes. Ils prévoient déjà travailler avec Marie-France Dubreuil et Patrice Lauzon – qui avaient été leurs idoles et mentors durant leur enfance – et avec l’immensément talentueux Jeffrey Buttle, avec qui ils ont déjà travaillé dans le cadre de Stars on Ice.

Tessa et Scott prendront part au gala sur glace Holiday Festival, en décembre. Ceci signifie qu’ils planifient des programmes et doivent aussi reprendre leur entraînement, ce qu’ils attendent avec impatience.

Aux Internationaux Patinage Canada, ils ont été impressionnés par les programmes des trois équipes canadiennes de danse. En fait, Tessa a été très impressionnée par les nouveaux venus « Liz » Paradis et « Frankie » Ouellette, qui ont terminé septièmes ici, mais ont évoqué des réactions émotives avec leur danse libre sur la musique Un peu plus haut. Des larmes ont été versées.

Ils peuvent constater que la danse sur glace au Canada est entre bonnes mains en ce moment. « Et, aussi, y a-t-il de la place pour que nous puissions revenir? », ajoute Scott. « Bon sang. »

Les Internationaux Patinage Canada : une fin de semaine de premières médaillées d’or

KELOWNA, C.-B. – L’aura des Internationaux Patinage Canada n’est pas un secret. Les patineurs de Russie, de Chine et d’ailleurs aiment les foules. Ils aiment comment on les aime, quel que soit le drapeau.

Les exhibitions? Meilleures que jamais. Des patineurs chinois portant des casseroles décorées sur leurs têtes et vêtus de salopettes de denim. Les hommes arborant des perruques cuivrées. Des duels de quadruples Salchows étant observés. Une musique exquise entendue, un jour où la lueur d’un chaud soleil d’automne a illuminé l’eau.

Pour les patineurs canadiens, ce fut le moment de se présenter sur une patinoire locale, à un important Grand Prix, durant la période quadriennale menant aux Jeux olympiques de 2018. Déjà, un énorme succès : Meagan Duhamel et Eric Radford ont remporté la première médaille d’or d’une équipe canadienne de patinage en couple au Grand Prix, depuis Jessica Dubé et Bryce Davison, à Skate America, en 2007.

Chose étrange, malgré la force historique des équipes canadiennes de patinage en couple, les équipes canadiennes ont rarement remporté des épreuves de patinage en couple aux compétitions du Grand Prix. Elles n’ont jamais gagné la Coupe de Russie ou le Grand Prix en France ou la Coupe de Chine (qui remonte à seulement 2003). Aucune équipe canadienne de patinage en couple n’a remporté les Internationaux Patinage Canada depuis Jamie Salé et David Pelletier, en 2001. Au Trophée NHK, Barbara Underhill et Paul Martini ont été médaillés d’or en 1980 et 1982. Et, Isabelle Brasseur et Lloyd Eisler ont été victorieux en 1993, la même année qu’ils ont gagné leur titre mondial.

Ainsi, la victoire de Meagan et Eric est d’autant plus brillante. Ils ont fait une percée et prévoient beaucoup plus.

La première médaille d’or au Grand Prix de Kaitlyn Weaver et Andrew Poje, ici au pays, cette semaine, est un autre jalon sur le long parcours de victoires canadiennes en danse sur glace. Les victoires du Canada en danse à des événements du Grand Prix sont presque trop nombreuses pour les énumérer. En ce qui concerne les Internationaux Patinage Canada, Tessa Virtue et Scott Moir ont remporté cinq titres, Marie-France Dubreuil et Patrice Lauzon en ont gagné deux, Shae-Lynn Bourne et Victor Kraatz en ont mérité six et Tracy Wilson et Rob McCall en ont remporté deux, sans oublier de mentionner les victoires uniques de Jacqueline Petr et Mark Janoschak et de Vanessa Crone et Paul Poirier.

L’exquis programme sur la musique Quatre Saisons de Kaitlyn et Andrew a créé de bons souvenirs pour certains, ce qu’a révélé un sondage informel des moments préférés aux Internationaux Patinage Canada, cette semaine. On a dit qu’ils n’avaient fait qu’un. Ils s’étaient améliorés, même par rapport à leur médaille d’argent aux Championnats du monde, en mars dernier. Ils étaient sur leur trente et ont mis l’accent sur les détails.

Des blessures ont privé le Canada de meilleurs résultats en patinage en simple masculin et féminin. Kaetlyn Osmond s’est cassé le péroné à l’automne et a dû se retirer de tous les événements du Grand Prix. Les Canadiennes ont bien réussi dans le programme court, mais éprouvé des difficultés dans le programme long. Alaine Chartrand a terminé septième, Myriam Mallet était onzième (elle était sixième dans le programme court) et Julianne Seguin a obtenu une douzième place.

En l’absence de Patrick Chan ainsi que de Kevin Reynolds, qui a éprouvé des problèmes de chaussures de patin et subi des blessures, le Canada a dû prendre ses victoires autrement. Andrei Rogozine a dévoilé son programme « supérieur, plus rapide et plus fort », terminant dixième, tandis que Liam Firus a lutté après un difficile programme court, passant à l’action dans le programme libre et terminant 11e au classement général.

D’autres moments se sont dégagés qui ne concernaient pas toujours des médailles, bien que les médailles étaient parfois des récompenses : un Takahito Mura transformé a remporté l’épreuve masculine et s’est mis à pleurer dans le lieu réservé aux étreintes et aux larmes, la petite Satoko Miyahara, âgée de 16 ans, a remporté la médaille de bronze avec une ovation et enfin, la danse libre d’une équipe méconnue composée d’Élisabeth Paradis et François-Xavier Ouellette. Ils ont terminé septièmes des huit équipes, obtenu une ovation partielle, fait verser des larmes et Tessa Virtue a soutenu que leur programme Un peu plus haut était son favori de la soirée. Parfois, ce n’est pas uniquement une question de médailles, bien qu’elles aident.

Performance médaillée d’or à Kelowna pour Kaitlyn Weaver et Andrew Poje

KELOWNA, C.-B. – Difficile à croire, mais Kaitlyn Weaver et Andrew Poje n’avaient jamais gagné auparavant une médaille d’or du Grand Prix.

Ils se sont trouvés à des fractions de points de tant d’importants accomplissements : faire partie de l’équipe olympique, remporter un titre national et plus récemment, remporter un titre mondial au printemps dernier (raté par 0,02 point). Ces dernières années, ils ont eu une longue série de classements en deuxième et troisième places aux événements du Grand Prix.

Cette fois, ils n’ont rien laissé au hasard, atteignant la victoire aux Internationaux Patinage Canada par presque 20 points, avec une touche légère et patinant sur une interprétation de Max Richter des Quatre Saisons de Vivaldi. La performance a été suivie d’une ovation.

« Entre cette compétition et le Trophée Nebelhorn, nous n’avons jamais gagné tant de médailles d’or », a déclaré Kaitlyn. « C’est absolument fantastique. »

Andrew souhaite poursuive leur compte de médailles.

« Je pense que ce fut maintenant notre but, nous sentons que nous pouvons l’atteindre et il ne faut pas un miracle pour y arriver », a ajouté Kaitlyn.

Ce ne fut pas aussi facile que ceci aurait semblé. Il y avait la pression d’être l’équipe la mieux classée avant l’événement, sans Tessa Virtue et Scott Moir dans le vestiaire. Et, la pression d’apporter tant de changements, plus qu’ils ne le pensaient, à leur danse libre, à une levée, à une pirouette, aux transitions, aux nombreuses petites nuances qui sont tellement importantes depuis le Trophée Nebelhorn. C’était comme s’ils présentaient un nouveau programme, mais il valait mieux apporter les changements maintenant que plus tard.

« Leur absence nous a permis de nous rendre compte que nous devons sortir de l’ombre avec confiance et présenter nos programmes et les fruits de notre entraînement hors saison », a signalé Andrew. Conquérir la pression cette semaine augmentera notre confiance à l’avenir, a soutenu Kaitlyn.

« Il semble maintenant que nous puissions parvenir au succès », a-t-elle ajouté. « Pas besoin de miracle pour y arriver. »

Kaitlyn et Andrew sont en tête d’une puissante équipe de danse canadienne. La preuve : Piper Gilles et Paul Poirier ont monté de deux places après une erreur dans le programme court et remporté une médaille d’argent aux Internationaux Patinage Canada.

Élisabeth Paradis et François-Xavier Ouellette sont venus d’on ne sait où et ont semblé représenter aussi une menace. Bien qu’ils aient terminé septièmes parmi les huit équipes aux Internationaux Patinage Canada, Tessa Virtue et Scott Moir sont impressionnés par leur travail à l’école de Marie-France Dubreuil et Patrice Lauzon. (Tessa et Scott veulent aussi essayer leur chorégraphie.)

« C’est incroyable », a affirmé Kaitlyn. « Le succès engendre le succès. »

La médaille de bronze a été remportée par les Américains Madison Hubbell et Zachary Donohue, qui avaient été deuxièmes après le programme court.

Il y a eu d’autres ovations. La petite Satoko Miyahara, âgée de 16 ans, a patiné sur la musique de Miss Saigon, ce qui a fait lever la foule. Elle a gagné la médaille de bronze dans l’épreuve féminine avec 181,75 points malgré deux rotations insuffisantes.

L’Américaine Ashley Wagner a aussi obtenu une ovation pour son programme Moulin Rouge (malgré quelques rotations insuffisantes) et a terminé avec la médaille d’argent et 186,00 points.

La médaillée d’or a été la Russe Anna Pogorilaya, âgée de 16 ans, qui n’a eu aucune rotation insuffisante et a accumulé 191,81 points. Elle avait l’air abasourdie. L’an dernier, elle a surpris tout le monde lorsqu’elle a remporté la Coupe de Chine.

Takahito Mura remporte l’or chez les hommes; Meagan Duhamel et Eric Radford gagnent leur tout premier événement du Grand Prix

KELOWNA, C.-B. – Un changement radical s’est produit dans le patinage artistique masculin, hier, aux Internationaux Patinage Canada, un événement du Grand Prix.

Un Takahito Mura transformé, du Japon, est arrivé dans la finale masculine et a lancé un défi si puissant que sûrement le champion olympique Yuzuru Hanyu doit le surveiller.

Takahito a fondu en larmes dans le lieu réservé aux étreintes et aux larmes (c’est la raison d’être de cet endroit) après qu’il a appris ses notes : 173,24 points pour le programme libre – une note qu’il ne pensait jamais atteindre – et 255,81 points au classement général. Puis, il a dû attendre que le double champion européen Javier Fernandez, d’Espagne, patine, mais Javier a laissé des points derrière, comme il tentait de se rattraper.

Et Takahito a gagné, de presque 11 points.

Daisuke Takahashi ayant pris sa retraite, le Japon compte encore ses Hanyus et ses puissants Tatsuki Machidas, mais compte désormais Takahito Mura dans ce nombre. Les championnats nationaux japonais seront aussi chaudement disputés que jamais.

Takahito avait toujours eu un peu l’air d’un lanceur de marteau dans le passé, exécutant ses sauts avec puissance et bruit sourd. Mais, il est apparu pour le style libre, vêtu avec élégance, comme Fantôme de l’Opéra – un air complètement différent pour lui. Et, il avait travaillé l’été dernier avec Ilia Kulik, qui l’avait aidé avec la technique de ses sauts et, aussi, ses habiletés de base du patinage. Et, qui avait une meilleure technique qu’Ilia, qui exécutait la réception de ses sauts avec une douceur inégalée du genou? Takahito termine ses sauts avec une nouvelle douceur du genou.

Son père et entraîneur, Takashi Mura (qui a patiné en simple et en couple au niveau des championnats du monde, au début des années 1980) a déclaré que son fils fait actuellement une rotation plus complète de ses sauts, ce qui lui permet de faire une réception plus correcte avec le genou.

« Je pensais vraiment qu’il me faudrait plus de temps pour atteindre 170 points », a signalé Takahito, après sa performance. « J’ai été vraiment très surpris. C’est le résultat de beaucoup de travail acharné. J’ai appris que l’ardeur au travail se traduira par des notes élevées. »

Maintenant, il sait que des gens attendront plus de lui. « Il y aura beaucoup de pression pour la prochaine compétition », a-t-il révélé. Takashi Mura soutient qu’il ne peut se reposer sur ses lauriers, il n’y a plus de travail à faire et les championnats nationaux japonais permettront de trier les hommes japonais.

Et, ce n’est pas seulement à propos des sauts pour Takahito. « Il m’a fallu beaucoup de temps pour arriver à ce stade », a-t-il dit. « Il m’a fallu beaucoup de temps pour comprendre comment m’exprimer et en quoi consiste Takahito Mura. » Il a admis que le Fantôme de l’Opéra peut avoir été interprété trop souvent dans le passé, mais bien qu’il ait été difficile de trouver son propre fantôme, il a réussi.

Javier Fernandez a eu une mauvaise journée, ayant perdu des points pour les trois quadruples sauts qu’il avait prévus (il est tombé à la sortie d’un quadruple Salchow) et a terminé deuxième avec 158,51 points pour le programme libre et 244,87 points au classement général. Max Aaron, un ancien champion américain, a fait un pas pour regagner sa confiance et son titre américain en terminant troisième.

Andrei Rogozine a terminé au neuvième rang au classement général après une réception sur deux pieds et une sous-rotation de son quadruple saut, tandis que le médaillé de bronze canadien Liam Firus, qui était furieux contre lui-même pour son programme court la veille, a présenté un programme assez fort pour obtenir une ovation partielle. Il a devancé Andrei Rogozine dans le programme libre, mais a terminé onzième au classement général.

Remportant la médaille d’or en patinage en couple, Meagan Duhamel et Eric Radford ont gagné leur premier titre du Grand Prix (après trois médailles d’argent) et sont la première équipe canadienne de patinage en couple à remporter un Grand Prix depuis 2007. Ils ont obtenu la meilleure note de la saison, soit 210,74 points, mais estiment qu’ils ont encore beaucoup d’autres chances de s’améliorer.

Meagan a réussi le quadruple Salchow, mais n’a pu maintenir la carre de réception et a dû changer de pied. Ils s’en sont toutefois tenus à leur objectif de l’exécuter à chaque événement cette saison. L’équipe chinoise composée de Wenjing Sui et Cong Han – utilisant la chorégraphie du Canadien David Wilson – a réussi une habile quadruple vrille et terminé deuxième avec 184,64 points, environ 26 points derrière les Canadiens.

Les Russes Evgenia Tarasova et Vladimir Morozov ont été médaillés de bronze à leur premier événement senior du Grand Prix, la première fois qu’ils patinaient au Canada.

Les Canadiens Kirsten Moore-Towers et Michael Marinaro ont fini en sixième place avec 158,82 points. Brittany Jones et Joshua Reagan ont battu un record personnel dans le programme libre, obtenant une note au classement global de 146,77 points et terminant en septième place.

Meagan Duhamel et Eric Radford remportent le programme court à Kelowna

KELOWNA, C.-B. – Il n’a pas fallu longtemps. Dès que Meagan Duhamel et Eric Radford ont pris leur pose finale, la foule s’est levée, applaudissant et agitant des drapeaux canadiens.

Meagan et Eric ont remporté le programme court aux Internationaux Patinage Canada avec un record personnel de la saison de 72,70 points, environ 7,5 points de plus que les patineurs chinois Sui Wenjing et Han (Monsieur Personnalité) Cong.

(Une note pour mettre les choses en perspective : certains éléments cette année – la levée et la spirale de la mort – valent moins que l’an dernier. La meilleure note précédente de Meagan et Eric, l’an dernier, était d’environ 76 points, donc leur effort ici les place près de leur excellente note à la fin de la saison dernière.)

Les Canadiens ont patiné sur la musique Un peu plus haut et le sentiment qu’ils ont créé dans la patinoire a été le vrai triomphe. Leur but, avaient-ils affirmé, était d’être contents de la façon dont ils patineraient et d’obtenir une bonne note. Mission accomplie.

En troisième place se trouve la jeune équipe russe composée d’Evgenia Tarasova et de Vladimir Morozov avec 64,14 points et une triple vrille qui a défié la gravité.

Eric a admis qu’il ne s’était jamais senti aussi calme au début d’une compétition. L’an dernier, leur première compétition de l’année était les Internationaux Patinage Canada. L’atmosphère était incroyablement tendue. « L’an dernier, c’était pour nous toute une affaire », dit-il. « Nous savions que nous devions bien faire. Nous savions que nous devions faire sensation avec notre première épreuve. Mais cette fois, c’était plus que nous voulions présenter une bonne performance, comme Stars on Ice. « Lorsque nous nous concentrons sur la performance, nous mettons plus l’accent sur nous-mêmes et non sur ce que cela signifie. »

Et, ceci fonctionne.

Toutefois, ils n’ont pas tenu leurs concurrents pour acquis. L’équipe chinoise avait terminé devant eux l’année dernière. « Ils sont là pour nous inciter à nous assurer que nous faisons de notre mieux », a affirmé Meagan. « Du même coup, nous devions mettre l’accent surtout sur nous-mêmes. »

À la réception du triple Lutz, Meagan a presque heurté le mur, mais ceci ne l’a pas décontenancée. Étant donné que l’accent n’est pas mis principalement sur Patrick Chan et Tessa Virtue et Scott Moir, qui sont absents des Internationaux Patinage Canada, Meagan et Eric occupent maintenant une position importante. Ils assument pleinement la responsabilité de cette position.

« Au cours des quatre dernières années, nous étions toujours ceux qui avaient une petite chance de remporter une médaille de bronze quelque part », a soutenu Eric. « Et, maintenant, je pense que nous avons bien réussi à sortir de l’ombre, surtout avec ce quadruple saut. C’est excitant pour nous que l’accent soit mis un peu plus sur nous et surtout sur le patinage en couple au Canada. »

En ce qui concerne les autres équipes de patinage en couple, deux autres équipes canadiennes se sont efforcées de montrer leurs nouveaux partenariats, avec plus ou moins de succès. Kirsten Moore-Towers et Michael Marinaro sont apparus pour la première fois dans une compétition et ont terminé sixièmes parmi les huit équipes, n’ayant reçu aucun point pour une spirale de la mort. Michael a signalé avoir cafouillé lorsqu’il a enfoncé ses dents de pointe pour la rotation. C’est dommage, parce qu’ils affirment que c’est leur élément le plus fort.

Ils font équipe depuis environ cinq mois. Kirsten s’est assombrie quand elle a vu leur note : 53,79 points.

Brittany Jones et Josh Reagan, avec qui Kirsten et Michael s’entraînent, occupent la septième place avec 49,80 points et soutiennent qu’ils sont satisfaits de ce qu’ils ont accompli.

Dans l’épreuve masculine, Javier Fernandez de l’Espagne est en tête avec 86,18 points après qu’il ait doublé un triple Axel, mais son programme Black Betty a été bien accueilli par la foule. Takahito Mura, du Japon, prévoyait exécuter une combinaison quadruple-triple, mais n’a pas assez bien réussi le quadruple saut pour exécuter ensuite le triple saut. Il a eu la présence d’esprit d’ajouter la triple boucle piquée à la fin d’un triple Lutz et a terminé avec 82,57 points en deuxième place.

En troisième place se trouve Konstantin Menshov, le concurrent le plus âgé, ayant 31 ans. Il a réussi deux quadruples sauts, mais a doublé son triple Axel et obtenu 81,70 points.

Andrei Rogozine a appris seulement lundi dernier qu’il était affecté aux Internationaux Patinage Canada. Ceci l’a motivé. Il a tenté un quadruple saut, accompagné de ses éléments, a tout réussi et terminé en neuvième place avec 70,95 points. Le médaillé de bronze canadien, Liam Firus, a fait une chute sur un triple Axel et a fini dixième parmi les 11 patineurs avec 64,94 points.

Kaitlyn Weaver et Andrew Poje en tête après la danse courte, aux Internationaux Patinage Canada

KELOWNA, C.-B. – C’était la soirée de l’Halloween aux Internationaux Patinage Canada. Kaitlyn Weaver et Andrew Poje, sur leur trente-et-un, étaient vêtus de splendides costumes, et ont gagné la danse courte par presque neuf points.

Ils n’avaient pas de tours dans leur sac. Pour presque tous les éléments, ils ont reçu des points en prime de + 2, mais ont malheureusement perdu un point pour une levée prolongée. Cependant, leur Paso Doble a autrement bien été exécuté, avec quelques bonnes notes de composantes, alors que Kaitlyn personnifiait une cape vermillon et Andrew, le toréador décoré, portait des épaulettes avec bijoux incrustés et nombreuses broderies colorées. Une œuvre d’art, ces costumes.

Ils se sont présentés avec des éléments presque tous nouveaux. « C’est le moment de repousser les limites et de nous inciter à trouver de nouvelles choses », a affirmé Andrew. « Et, c’est ce que nous avons fait. »

Ils ont rénové leurs levées. Comme dit Andrew : « Nous les avons renforcées. »

Ils ont amorcé cette saison, prêts à tout. « Il semble que nous avons tout subi », a déclaré Kaitlyn. « Mais, ceci nous donne encore plus confiance dans notre partenariat, du fait que nous pouvons compter l’un sur l’autre, au besoin. Ce qui importe vraiment, c’est que la blessure nous a appris tellement sur l’efficacité et à vraiment prendre plaisir à ce que nous faisons. »

Le meilleur : Kaitlyn et Andrew peuvent toujours maximiser leurs niveaux. Ils ont raté un titre mondial en mars dernier par seulement 0,02 point.

Les champions du monde juniors de 2011, Ksenia Monko et Kirill Khaliavin, de Russie, sont en deuxième place tandis que les Américains Madison Hubbell et Zachary Donohue occupent la troisième place, avec seulement six semaines complètes d’entraînement. Madison a été opérée pour une déchirure du labrum, qui lui a nui la saison dernière, mais des complications ont suivi. Ils n’ont pas présenté les programmes vendredi qu’ils avaient espéré, mais c’est un début.

Piper Gilles et Paul Poirier, huitièmes au classement mondial l’an dernier, ont laissé s’échapper la chance de terminer parmi les trois meilleurs lorsque Paul a maladroitement exécuté une volte avec une jambe tendue. Près de la bande, il n’a pu étendre la jambe devant lui, ce qui a mal tourné. Ils n’ont obtenu qu’un niveau un à cet égard.

La charmante équipe composée d’Élisabeth Paradis et de François-Xavier Ouellette, quatrièmes à leur premier Grand Prix, Skate America, la semaine dernière, occupent la huitième place, ayant commis une erreur sur une volte.

Les femmes russes ont terminé première et troisième au programme court féminin, Anna Pogorilaya, âgée de 16 ans, remportant l’épreuve (avec fautes commises) et une Alena Leonova revigorée, âgée de 23 ans, a terminé troisième avec une version engageante de Charlie Chaplin. Elle voulait le faire, a-t-elle dit, parce que les hommes et les patineurs en couple avaient fait de telles choses – mais pas de femmes. Ce fut un plaisir.

Ashley Wagner, double championne américaine, se trouve en deuxième place, ayant patiné sur la musique de Spartacus.

Anna Pogorilaya a accumulé de nombreux points techniques avec sa combinaison triple Lutz-triple boucle piquée, mais elle a trébuché en terminant un double Axel. Ashley Wagner a obtenu des notes de composantes plus élevées, environ 3,5 points de plus et, avec 63,86 points, se trouvait à seulement 1,42 point derrière Anna.

Alena Leonova figure en troisième place avec 62,54 points. Elle aussi a obtenu des notes de composantes plus élevées que celles d’Anna Pogorilaya. Alena affirme qu’elle ne prête aucune attention aux multitudes de talentueuses patineuses russes beaucoup plus jeunes qu’elle. Elle continue à patiner, dit-elle, parce que c’est ce qu’elle aime faire. Il a été difficile pour elle de rater les Jeux olympiques de Sotchi, mais elle jure de continuer jusqu’aux Jeux de 2018, en Corée du Sud.

SCI 2014 NOTRE AMBASSADEUR DES ATHLÈTES : CRAIG BUNTIN

Par Debbi Wilkes

Craig Buntin, l’ambassadeur des athlètes des Internationaux Patinage Canada, était âgé de 10 ans quand il a chaussé pour la première fois des patins, à l’époque où sa famille a quitté Vancouver pour s’établir à Kelowna.

Il s’est vite rendu compte que le patinage était LA CHOSE à Kelowna. Toute la collectivité, plus particulièrement ses compagnons de classe, ne semblait vivre que pour le hockey. Bien entendu, comme tout enfant, il voulait faire partie du groupe et l’apprentissage du patinage est subitement devenu sa priorité. Il n’avait jamais mis les pieds sur la glace, mais il était impatient de découvrir en quoi le patinage était si fantastique pour ses nouveaux amis.

Sa mère l’a accompagné à la patinoire locale Memorial Arena où le Kelowna Figure Skating Club était installé.

Et puis, il lui fallait des patins de hockey. En route vers Canadian Tire.

Au cours de la toute première leçon de Patinage Plus, Craig a compris qu’il était différent des autres participants. En plus d’être de plusieurs années plus âgé que les autres, plus âgé et plus grand, il était également plus enthousiaste et motivé. S’il devait apprendre à patiner, il n’avait pas de temps à perdre. À la fin de la première semaine, il patinait déjà à reculons et exécutait des sauts simples pour se mettre à l’épreuve, bien qu’il portait des patins de hockey.

Il se rend compte aujourd’hui qu’il est tombé en amour avec le patinage dès qu’il a posé les patins sur la glace.

Sa passion pour le patinage est attribuable en partie à l’attitude de son entraîneure, Karen Bond, une enseignante patiente et bienveillante dont l’amour pour le patinage était contagieux. (Encore aujourd’hui, lorsque Craig se rend à Kelowna, il en profite pour rendre visite à Karen à la patinoire.)

Il s’en est suivi que Craig a vite reconnu que c’était le patinage artistique, et non le hockey, qui l’enthousiasmait. Un autre voyage au Canadian Tire s’imposait donc pour choisir des patins de patinage artistique… mais ils étaient tous blancs! Il a dû faire la tournée de tous les cordonniers de la ville pour en trouver un qui pourrait teindre les patins blancs en noir. Ils ont tous répondu « Non! » probablement parce que ses patins étaient en plastique plutôt qu’en cuir. Aucune teinture ne tiendrait. Finalement, un cordonnier a dit qu’il verrait ce qu’il pouvait faire.

« Je crois qu’il a utilisé une peinture noire en aérosol, raconte Craig, mais peu m’importait, mes patins étaient superbes. »

Chaussé de ses nouveaux patins noirs de patinage artistique, Craig était sur la bonne voie. Mais l’adaptation aux nouveaux patins était plus difficile que prévu, car il accrochait souvent les dents de patins dans la glace, ce qui, selon lui, lui a appris rapidement à garder l’équilibre et à maîtriser la vitesse et les carres. Il devait, ou apprendre à garder l’équilibre ou risquer de tomber en pleine face sur la glace.

Avec l’arrivée rapide de la première facture de patinage, Craig et sa mère ont réalisé que le patinage était un sport dispendieux. En tant que famille monoparentale, la mère de Craig savait que ce pourrait être un moment décevant pour son fils enthousiaste. Elle a discuté avec Craig de ce que cela voulait dire pour lui la participation future au sport.

Dans son for intérieur, elle désirait qu’il continue à patiner, consciente que le sport enseigne des habiletés qui vont bien au-delà des seules habiletés physiques, car il contribue à forger le caractère et à enseigner la détermination.

À 10 ans, seulement après une semaine de leçons, Craig savait déjà ce qu’il voulait et a immédiatement dit à sa mère « Je vais me rendre aux Jeux olympiques ».

Si les Jeux olympiques étaient vraiment le but qu’il se fixait, sa mère accepterait de le soutenir… mais à une condition. Il devrait travailler fort. Ce fut un moment décisif dans la vie du jeune Craig.

Le reste, c’est de l’histoire. La mère de Craig n’a jamais eu à lui rappeler leur entente.

Le dur travail qu’elle décrit l’a bel et bien mené aux Jeux olympiques de 2006, à Turin, en Italie, puis au sommet du podium national où lui et sa partenaire, Valérie Marcoux, ont gagné trois fois d’affilée le titre de champions canadiens de patinage en couple de 2004 à 2006, puis à quatre Championnats du monde avec Valérie et à deux autres avec sa partenaire Meagan Duhamel.

Fier de ses racines de Kelowna, Craig a continué à représenter le Kelowna Skating Club jusqu’aux championnats nationaux. Même après le changement de club d’appartenance, son ancien club a continué à le soutenir par des mots d’encouragement inspirants.

Quand il repense à sa carrière, Craig dit que le sport a été un phare dans sa vie. C’est le patinage qui lui a enseigné toutes les leçons de vie importantes, l’a aidé à développer les différents aspects de sa personnalité, lui a enseigné à gagner et à perdre avec grâce, et à soutenir tous les participants, y compris ses concurrents. Le patinage lui a aussi permis d’exploiter sa créativité, au point où il croit maintenant qu’il y a un aspect artistique à toute chose.

Craig était âgé de 18 ans au moment de la tenue des Internationaux Patinage Canada à Kamloops in 1998. Il se rappelle qu’il regardait la compétition, assis dans les gradins, désirant être sur la glace tant il était inspiré par la compétition. Il se rappelle aussi ses débuts à 10 ans, âge que l’on considère comme trop avancé en patinage artistique pour croire réellement qu’il est possible de se rendre aux Jeux olympiques.

Mais comme tous les grands champions, il a refusé de laisser les autres lui dicter son parcours, convaincu que peu importe à quelle compétition il prenait part, il se rapprochait plus de ses rêves qu’il ne semblait.

Kelowna s’anime avec la tenue des Internationaux Patinage Canada à Prospera Place

KELOWNA (C.-B.) – À Kelowna où se déroule cette semaine le Grand Prix des Internationaux Patinage Canada, la ville et ses collines vivent au rythme de la musique.

Le décor des collines teintées de violet et des arbres couleur citrine est saisissant. Ça donne envie de chanter, non?

Eh bien, pour la première fois à Patinage Canada, les spectateurs à Prospera Place entendront de la musique vocale, bien que le jury s’interroge encore sur son efficacité. Mais pour Meagan Duhamel et Eric Radford, qui visent leur première médaille d’or du Grand Prix, la musique vocale de leur programme est appropriée et, selon eux, inspirante.

« Je pense que nous tirons vraiment profit des paroles dans nos programmes plutôt que de la musique seule, commente Eric Radford, qui sait ce dont il parle, car il est compositeur de musique. Les paroles deviennent parfois la pièce centrale. Nous patinons donc au son des paroles, alors que les paroles devraient soutenir notre patinage. Ça peut être risqué. De nombreux couples s’y essaient dans le monde, mais l’accueil n’est pas toujours favorable. »

Toutefois, quand lui et Meagan Duhamel patinent sur les paroles « Un peu plus haut » de Ginette Reno, et du groupe rock Muse, Eric Radford se dit transporté par la musique. « Je n’ai jamais l’impression que Ginette Reno étouffe notre patinage, ajoute-t-il. » Et Mme Reno a une voix puissante.

Meagan Duhamel, qui admet ne pas être la patineuse la plus douée du monde sur le plan musical, ressent également la même chose. « J’adore la musique, dit-elle. Quand la musique commence, je me sens très émue parce que nous sommes plus détendus. Je ressens nos deux morceaux de musique au plus profond de mon être. Cette année, je me sens très en contact avec nos programmes. »

Il y a des moments amusants, des moments qui provoquent le sourire. Quand Meagan Duhamel s’élance pour le quadruple Salchow lancé, Ginette Reno chante à tue-tête : « Sans tomber »!

« J’y pense parfois, dit Meagan Duhamel. Il m’arrive d’être distraite en l’exécutant. J’aurais l’air vraiment ridicule si je tombais à ce moment précis. » Mais le couple réussit à tout coup le quadruple Salchow.

Et pendant la vrille? Ginette Reno chante : « Un peu plus haut ». Et cette année, la vrille du couple est effectivement un peu plus haute.

Et non, ils ne chantent pas pendant qu’ils s’entraînent. Mais Meagan Duhamel dit que la chanson lui reste parfois en tête. Elle est chantée en français qui n’est pas leur langue maternelle. « Je ne comprends pas la moitié des paroles », avoue la patineuse. Il y a même un mot qui sonne pour les deux comme tiramisu.

Quand il patine, Eric Radford entend les gens chanter au son de la musique : « C’est bon, c’est bon! »

Meagan Duhamel et Eric Radford seront en tête de l’équipe canadienne cette semaine, de même que le merveilleux couple de danse formé de Kaitlyn Weaver et Andrew Poje, qui a apporté quelques changements à sa danse libre (à une pirouette et à une levée) à la suite du Trophée Nebelhorn en Allemagne, mais qui est conforté par les commentaires positifs. Après avoir raté la médaille d’or par seulement 0,02 point en mars dernier, le couple vise haut cette saison. Les deux patineurs sont prêts à continuer sur la lancée des champions olympiques de 2010 Tessa Virtue et Scott Moir.

L’épreuve de patinage en couple mettra aussi en vedette le nouveau couple canadien Kirsten Moore-Towers et Michael Molinaro, qui a manqué le classique d’automne parce que Kirsten Moore-Towers souffrait d’une fracture de stress au pied.

Le champion canadien de patinage en simple masculin Kevin Reynolds s’est retiré de la compétition en raison de problèmes de pied et de bottes tandis que le populaire Elladj Balde a déclaré forfait à la suite d’une commotion cérébrale. Il sera intéressant de voir à l’œuvre le double champion européen Javier Fernandez, médaillé d’argent aux Championnats du monde de 2011, le médaillé de bronze européen Konstantin Menshov et les Américains Max Aaron et Adam Rippon.

Les programmes courts seront tous présentés le vendredi et les programmes longs le samedi. Au total, 55 patineurs en provenance de 12 pays participent à la compétition et rivalisent pour des prix en argent totalisant 180 000 $ U.S.

La ville de Kelowna, C.-B., prête à accueillir les Internationaux Patinage Canada 2014

OTTAWA (ONT.) – Un grand nombre des meilleurs patineurs artistiques au monde se joindront aux meilleurs patineurs canadiens à l’occasion des Internationaux Patinage Canada 2014, qui se dérouleront cette semaine à Kelowna, C.-B. L’événement se tiendra du 30 octobre au 2 novembre 2014, à Prospera Place. Le Canada comptera une équipe composée de 18 membres, menée par les médaillés des Championnats du monde, Kaitlyn Weaver et Andrew Poje, en danse sur glace, et Meagan Duhamel et Eric Radford, en patinage en couple.

Les Internationaux Patinage Canada sont la deuxième de six compétitions du circuit Grand Prix de patinage artistique de l’Union internationale de patinage (ISU), qualifiant les patineurs en vue de la finale du Grand Prix ISU, qui aura lieu du 11 au 14 décembre, à Barcelone, en Espagne.

« Les partisans, les bénévoles, les entreprises de la région ainsi que la ville de Kelowna ont offert un fantastique soutien pour présenter l’événement ici. L’organisation de cet événement partout au pays donne aux partisans de différentes villes l’occasion de voir autant de nos meilleurs patineurs que possible concourir contre de forts concurrents internationaux », a déclaré Dan Thompson, chef de la Direction générale, Patinage Canada. « Nous sommes très heureux que tous ceux qui aiment patiner, surtout les jeunes qui pourraient juste commencer à apprendre, seront inspirés à patiner parce que cet événement a lieu dans leur communauté. »

« Félicitations à tout l’effectif de Patinage Canada pour la tenue de cette prestigieuse et excitante compétition en Colombie-Britannique », a déclaré la première ministre Christy Clark, députée provinciale pour Westside-Kelowna. « Au cœur de la magnifique vallée de l’Okanagan de C.-B., la ville de Kelowna sera un excellent hôte, accueillant un grand nombre des meilleurs patineurs artistiques au monde et encourageant les meilleurs du Canada. Le gouvernement de la Colombie-Britannique est fier d’offrir 100 000 $ en vue du soutien des Internationaux Patinage Canada 2014. »

Les médaillés d’argent olympiques (épreuve par équipe) et doubles médaillés de bronze des Championnats du monde, Meagan Duhamel, 28 ans, de Lively, Ont., et Eric Radford, 29 ans, de Balmertown, Ont., se trouvent en tête du patinage en couple pour le Canada. Les représentants du CPA Walden et du CPA Saint-Léonard ont antérieurement remporté la médaille d’argent à cet événement en 2012 et la médaille de bronze en 2011 et 2013. Plus tôt cette saison, les triples champions canadiens ont été médaillés d’or à l’événement inaugural des Internationaux classiques d’automne de Patinage Canada. Meagan et Eric s’entraînent avec Richard Gauthier et Bruno Marcotte, au CPA Saint-Léonard.

Kirsten Moore-Towers, 22 ans, de St. Catharines, Ont., et Michael Marinaro, 22 ans, de Sarnia, Ont., représenteront aussi le Canada en patinage en couple. Il s’agira de la première affectation internationale des représentants du CP Kitchener-Waterloo et du CP Point Edward depuis qu’ils ont fait équipe durant la période hors-saison. Kirsten et Michael s’entraînent sous la direction de Kristy Wirtz et Kris Wirtz au Club de patinage Kitchener-Waterloo.

Brittany Jones, 18 ans, de Toronto, Ont., et Joshua Reagan, 24 ans, de Dallas, TX, É.‑U., – Toronto, Ont., seront la troisième inscription canadienne en patinage en couple. Ce sera leur premier événement ensemble sur le circuit du Grand Prix ISU. Brittany et Joshua se sont classés quatrièmes à la U.S. International Figure Skating Classic 2014 et septièmes aux Internationaux classiques d’automne de Patinage Canada, cette saison, dans la série Challenger de l’ISU. Kristy Wirtz et Kris Wirtz entraînent Brittany et Joshua, au Club de patinage Kitchener-Waterloo.

Les médaillés d’argent des Championnats du monde Kaitlyn Weaver, 25 ans, de Waterloo, Ont., et Andrew Poje, 27 ans, de Waterloo, Ont., seront en tête des inscriptions canadiennes en danse sur glace. Ils ont antérieurement remporté la médaille d’argent à cet événement en 2013 et 2011 et la médaille de bronze en 2009. Plus tôt cette saison, les médaillés des Championnats canadiens à sept reprises ont été médaillés d’or au Trophée Nebelhorn. Représentant le CPA Sault et le CP Kitchener-Waterloo, Kaitlyn et Andrew s’entraînent à Bloomfield Hills, Michigan, avec Pasquale Camerlengo et Angelika Krylova.

Piper Gilles, 22 ans, de Toronto, Ont., et Paul Poirier, 22 ans, d’Unionville, Ont., sont la deuxième inscription canadienne en danse sur glace. Ils se sont antérieurement classés en quatrième place à cet événement en 2012. Cette saison, les représentants du CPA Scarboro ont remporté la médaille d’argent aux Internationaux classiques d’automne de Patinage Canada. Piper et Paul s’entraînent avec Carol Lane et Juris Razgulajevs à Ice Dance Elite, à Scarborough, Ont.

Élisabeth Paradis, 22 ans, de Loretteville, Qc, et François-Xavier Ouellette, 22 ans, de Laval, Qc, représenteront aussi le Canada en danse sur glace. Il s’agira de leur troisième affectation internationale de la saison, s’étant classés cinquièmes au Trophée Nebelhorn et quatrièmes à Skate America. Les représentants du CPA Loretteville et du CPA Les Lames d’argent de Laval Inc. s’entraînent avec Marie-France Dubreuil et Patrice Lauzon, à Montréal, Qc.

Liam Firus, 22 ans, de North Vancouver, B.C., est l’une des trois inscriptions canadiennes chez les hommes. Le représentant du CP Vancouver s’est classé 10e à cet événement en 2012. Plus tôt cette saison, l’olympien de 2014 a obtenu la neuvième place au Trophée Nebelhorn. Christy Krall entraîne Liam à Colorado Springs, CO, É.-U.

Elladj Baldé, 23 ans, de Pierrefonds, Qc, est la deuxième inscription canadienne dans la catégorie masculine. Elladj a concouru à cet événement et obtenu une 10e place en 2011, se classant septième en 2012 et 2013. Plus tôt cette saison, il a terminé au cinquième rang au Trophée Nebelhorn. Représentant le CPA Anjou Kinsmen, Elladj s’entraîne au Detroit Skating Club avec ses entraîneurs Yuka Sato et Jason Dungjen.

Andrei Rogozine, 21 ans, de Newmarket, Ont., est la dernière inscription canadienne de la discipline masculine. Andrei a antérieurement concouru à cet événement, terminant en septième place en 2011 et en huitième place en 2013. Il s’agira de la troisième affectation internationale de la saison pour le représentant du CPA Richmond Hill, s’étant classé sixième à la U.S. International Figure Skating Classic 2014 et neuvième aux Internationaux classiques d’automne de Patinage Canada. Il s’entraîne avec Tom Zakrajsek à Colorado Springs, CO, É.-U.

Véronik Mallet, 20 ans, de Sept-Îles, Qc, est l’une des trois inscriptions canadiennes chez les femmes. La saison dernière, la représentante du CPA Sept-Îles a obtenu une huitième place à cet événement. Plus tôt cette saison, elle a fini au septième rang au Trophée Nebelhorn. Elle s’entraîne avec Annie Barabé et Maximin Coïa, au CTC Contrecœur.

Alaine Chartrand, 18 ans, de Prescott, Ont., représentera aussi le Canada dans la catégorie féminine. Ce sera sa première affectation dans le circuit du Grand Prix senior de l’ISU. Alaine s’est classée quatrième plus tôt cette saison à la U.S. International Figure Skating Classic. Elle s’entraîne avec Michelle Leigh et Leonid Birinberg, au Club de patinage Nepean.

Julianne Séguin, 17 ans, de Longueuil, Qc, est la troisième inscription canadienne chez les femmes. Il s’agira aussi de sa première affectation dans le circuit Grand Prix senior de l’ISU. Représentant le CPA Longueuil, Julianne a remporté la médaille de bronze à son premier événement de la saison, les Internationaux classiques d’automne de Patinage Canada. Elle s’entraîne avec Josée Picard et Marc-André Craig, à Chambly, Qc.

Cynthia Ullmark, de Canmore, Alb., et Manon Perron, de Boucherville, Qc, seront les chefs de l’équipe canadienne à l’événement. Le Dr Marni Wesner, d’Edmonton, Alb., et la physiothérapeute Agnes Makowski, de Toronto, Ont., formeront le personnel médical canadien. Jodi Abbott, d’Edmonton, Alb., Karen Howard, de Regina, Sask., Karen Butcher, de Greely, Ont., et Jeff Lukasik, de Calgary, Alb., seront les officiels canadiens à l’événement.

Pour les résultats veuillez visiter Internationaux Patinage Canada 2014.

INSCRIPTIONS CANADIENNES AUX INTERNATIONAUX PATINAGE CANADA 2014

Discipline Nom Âge Ville Club Entraîneur
Patinage en couple Meagan Duhamel / Eric Radford 28 ans / 29 ans Lively, Ont. / Balmertown, Ont. CPA Walden / CPA Saint-Léonard Richard Gauthier / Bruno Marcotte
Patinage en couple Kirsten Moore-Towers / Michael Marinaro 21 ans / 22 ans St. Catharines, Ont. / Sarnia, Ont. CP Kitchener-Waterloo / CP Kitchener-Waterloo Kris Wirtz / Kristy Wirtz
Patinage en couple Brittany Jones / Joshua Reagan 18 ans / 24 ans Toronto, Ont. / Dallas, TX, É.-U., USA – Toronto, Ont. CP Kitchener-Waterloo / CP Kitchener-Waterloo Kris Wirtz / Kristy Wirtz
Danse sur glace Kaitlyn Weaver / Andrew Poje 25 ans / 27 ans Waterloo, Ont. – Houston, TX / Waterloo, Ont. CPA Sault / CP Kitchener-Waterloo Pasquale Camerlengo / Angelika Krylova
Danse sur glace Piper Gilles / Paul Poirier 22 ans / 22 ans Toronto, Ont. – Colorado Springs, CO, É.-U. / Unionville, Ont. CPA Scarboro / CPA Scarboro Carol Lane / Juris Razgulajevs
Danse sur glace Élisabeth Paradis / François-Xavier Ouellette 22 ans / 22 ans Loretteville, Qc / Laval, Qc CPA Loretteville / CPA Les Lames D’Argent de Laval Inc. Marie-France Dubreuil / Patrice Lauzon
Hommes Liam Firus 22 ans North Vancouver, C.-B. CP Vancouver Christy Krall
Hommes Elladj Baldé 23 ans Pierrefonds, Qc CPA Anjou Kinsmen Yuka Sato / Jason Dungjen
Hommes Andrei Rogozine 21 ans Newmarket, Ont. CPA Richmond Hill Tom Zakrajsek
Femmes Véronik Mallet 20 ans Sept-Îles, Qc CPA Sept-Îles Annie Barabé / Maximin Coïa
Femmes Alaine Chartrand 18 ans Prescott, Ont. Nepean Skating Club Michelle Leigh / Leonid Birinberg
Femmes Julianne Séguin 17 ans Longueuil, Qc CPA Longueil Josée Picard / Marc-André Craig

Kevin Reynolds se retire des Internationaux Patinage Canada

OTTAWA (ONT.) – En raison de blessures, Kevin Reynolds, âgé de 24 ans et originaire de Coquitlam, C.-B., a été tenu de se retirer des Internationaux Patinage Canada qui auront lieu dans sa propre province. L’événement se déroule du 30 octobre au 2 novembre, à Prospera Place, à Kelowna, C.-B.

Depuis plusieurs mois, Kevin lutte contre des blessures et des problèmes d’équipement et il a pris aujourd’hui la difficile décision de se retirer. « À titre d’athlète, fier de représenter le Canada sur la scène mondiale, je veux être capable de faire de mon mieux et de concourir au niveau le plus élevé. Ma décision de me retirer n’a été prise qu’après avoir tout donné durant l’entraînement pour me préparer en vue de cet événement – poursuivant mes efforts malgré la douleur et les blessures. »

Ces problèmes obligeront aussi Kevin à se retirer de son autre affectation du Grand Prix ISU de patinage artistique, le Trophée NHK, qui aura lieu au Japon, à la fin novembre. Kevin espère être prêt en vue des Championnats nationaux de patinage Canadian Tire qui se tiendront à Kingston, en janvier. « J’ai l’intention de me rétablir et de trouver une solution qui me permettra de patiner sans douleur et de concourir aux Championnats nationaux, à Kingston. Je tiens à remercier tout le monde de leur soutien durant ce chapitre difficile de ma carrière. »

Andrei Rogozine, 21 ans, de Newmarket, Ont., a été nommé pour remplacer Kevin Reynolds à l’événement.

Prenez une #Autophoto à l’aéroport YLW (Kelowna) et gagnez des billets pour les Internationaux Patinage Canada 2014

SCI-article-3Les Internationaux Patinage Canada auront lieu à Kelowna et tout passager qui a traversé l’Aéroport international de Kelowna (YLW), ces quelques dernières années, pourrait avoir remarqué une géante peinture murale vouée à la compétition. Plus de 60 patineurs internationaux concourront à Prospera Place, du 30 octobre au 2 novembre 2014.

Afin d’avoir la chance de gagner une paire de billets pour les Internationaux Patinage Canada, l’aéroport YLW et Patinage Canada vous invitent à prendre une photo de vous-même (#autophoto) avec la peinture murale des Internationaux Patinage Canada, située dans la zone de récupération des bagages.

Il vous suffit de l’afficher sur Instagram ou twitter en vous servant du mot-clic #YLWIPC14. Les photos doivent être affichées avant 22 h (heure du Pacifique), le 28 octobre, et la photo du gagnant ou de la gagnante sera tirée au sort le 29 octobre. Nous tirerons au sort deux ensembles des billets pour chacune des plateformes sociales : Instagram et twitter!

Nous ne pouvons attendre de voir toutes vos #autophotos souriantes et n’oubliez pas d’utiliser le mot‑clic #YLWIPC14! Le stationnement est gratuit pour les 15 premières minutes lorsque vous stationnez dans le parc de stationnement à court terme de l’aéroport YLW.

skate_canada – Instragam

PatinageCanada – twitter

BILLETS

Les billets sont maintenant en vente! Ils peuvent être achetés en ligne sur le site Web www.selectyourtickets.com, par téléphone au 250.762.5050 ou en personne à la billetterie de Prospera Place.

SCI-article-2

ÉVÉNEMENT

Les Internationaux Patinage Canada sont la deuxième compétition de la série annuelle du Grand Prix ISU de patinage artistique. Les autres événements ont lieu aux États‑Unis (Skate America), en Chine (Coupe de Chine), en France (Trophée Éric Bompard), en Russie (Coupe Rostelecom) et au Japon (Trophée NHK). Les patineurs accumulent des points en fonction de leurs classements dans les événements de la série.

Au terme de tous les événements, les six meilleurs patineurs et patineuses et les six meilleures équipes de patinage en couple et de danse sur glace se qualifieront en vue de la finale du Grand Prix ISU de patinage artistique, qui aura lieu à Barcelone, en Espagne, du 11 au 13 décembre 2014.

Sélection d’enfants de la région pour récupérer les fleurs aux Internationaux Patinage Canada, à Kelowna

OTTAWA (ONT.) – En septembre, Patinage Canada a tenu des auditions pour les patineurs chargés de récupérer les fleurs aux Internationaux Patinage Canada 2014, qui se tiendront du 30 octobre au 2 novembre 2014, à Prospera Place, à Kelowna, C.-B.

Vingt-quatre enfants âgés de 9 à 13 ans ont participé à une audition sur place et des juges invités de Patinage Canada ont évalué leurs habiletés de patinage sur glace et leurs aptitudes au moyen d’une série d’activités sur glace.

Le rôle des responsables de la récupération des fleurs est extrêmement important durant l’événement. Ces patineurs doivent rapidement recueillir tous les objets lancés sur la glace après une performance et les livrer aux patineurs. Leur rôle a une incidence sur le chronométrage de l’événement, qui est essentiel pour la télédiffusion en direct.

Toutes les patineuses sélectionnées ont appris à patiner dans leurs clubs locaux et sont membres de la section de la Colombie-Britannique et du Yukon.

Patinage Canada a le plaisir d’annoncer les 12 jeunes patineuses de la région de Kelowna qui ont été sélectionnées pour la récupération des fleurs à l’événement, qui aura lieu à la fin du mois.

Patineuses récupérant les fleurs aux Internationaux Patinage Canada 2014
Daria Carr, 10 ans, Kelowna, C.-B. (CPA Kelowna)
Mckenna Colthorp, 13 ans, Kelowna, C.-B. (CPA Kelowna)
Kaitlin Crerar, 13 ans, Vernon, C.-B. (CP Armstrong/Enderby)
Alyssa Dobbs, 12 ans, Kelowna, C.-B. (CPA Kelowna)
Taylor Fleming, 11 ans, West Kelowna, C.-B. (CP Mt. Boucherie)
Madeline Foley, 11 ans, Kelowna, C.-B. (CPA Kelowna)
Olivia Gran, 11 ans, Kelowna, C.-B. (CPA Kelowna)
Shaya Jeffery, 13 ans, Fort St. John, C.-B. (CPA Fort St. John)
Jordana McEachern, 11 ans, Penticton, C.-B. (CPA Glengarry)
Summer Peitsch, 11 ans, Kelowna, C.-B. (CPA Kelowna)
Tianna Potts, 11 ans, West Kelowna, C.-B. (CP Mt. Boucherie)
Ashley Sales, 10 ans, Kelowna, C.-B. (CPA Kelowna)

BILLETS

Les billets sont actuellement en vente. On peut acheter des billets en ligne sur le site Web www.selectyourtickets.com, par téléphone au 250.762.5050 ou en personne à la billetterie de Prospera Place.

ÉVÉNEMENT

Les Internationaux Patinage Canada sont la deuxième compétition de la série annuelle du Grand Prix ISU de patinage artistique. Les autres événements ont lieu aux États‑Unis (Skate America), en Chine (Coupe de Chine), en France (Trophée Éric Bompard), en Russie (Coupe Rostelecom) et au Japon (Trophée NHK). Les patineurs accumulent des points en fonction de leurs classements dans les événements de la série.

Au terme de tous les événements, les six meilleurs patineurs et patineuses et les six meilleures équipes de patinage en couple et de danse sur glace se qualifieront en vue de la finale du Grand Prix ISU de patinage artistique, qui aura lieu à Barcelone, en Espagne, du 11 au 13 décembre 2014.