En 1999, Megan Maxwell et son amie Ashley Renard, toutes deux étudiantes à l’Université du Manitoba, ont décidé de former une équipe de patinage synchronisé dans le but de permettre aux gens de s’adonner ensemble au patinage.

Les débuts ont été difficiles. Comment attire-t-on des membres? Qui sera l’entraîneur? Quels sont les buts… les coûts? Quel sera le nom de l’équipe?

Les deux femmes comprenant que la formation d’une équipe exigerait beaucoup de travail et d’audace, Ashley a créé le nom Ice Intrepid, caractérisé par le « courage intrépide » qui serait nécessaire, d’après elles, pour assurer le succès de l’équipe.

Quant à la personne qui remplirait les fonctions d’entraîneur, tout semblait indiquer que ce serait Megan, qui avait été entraîneure de patinage synchronisé récréatif pendant deux ans dans sa ville natale d’Oakbank, au Manitoba, à l’est de Winnipeg. Au début, l’idée d’entraîner la nouvelle équipe universitaire était atterrante… jusqu’à ce que son ancienne entraîneure Krista Hanson intervienne pour l’aider, acceptant de partager les responsabilités en matière de chorégraphie, ce qui a aidé Megan à prendre de l’assurance et lui a permis d’établir quelques buts ambitieux.

Megan Maxwell

Megan Maxwell

Au cours des 16 années d’existence d’Ice Intrepid, Megan a été sa pierre angulaire, entraînant l’équipe, planifiant ses progrès et ouvrant la voie à son développement continu. En même temps, elle a également obtenu un baccalauréat en éducation physique tout en continuant à se dévouer au patinage synchronisé. Elle est une entraîneure certifiée de patinage synchronisé de niveau 3 du PNCE, une spécialiste technique de patinage synchronisé et elle fait partie du Comité de patinage synchronisé de Patinage Canada Manitoba. Dans ses « temps libres », elle travaille à plein temps pour Parcs Canada.

Après trois ans comme membre de l’équipe et une fois son diplôme obtenu en science des exercices et du sport, Ashley s’est installée aux États-Unis où elle est aussi devenue une chef de file et maître-entraîneure. Elle a créé la première équipe de patinage synchronisé formée de jeunes à Philadelphie et maintenant, à titre de directrice de patinage synchronisé au Wissahickon SC, elle supervise 100 patineuses membres de 8 équipes.

Ces deux femmes dynamiques partageaient une vision.

Grâce à elles, environ 125 patineuses ont passé par l’organisation d’Ice Intrepid, la plupart en poursuivant un diplôme universitaire, chacune partageant l’enthousiasme de leurs fondatrices et apprenant de la formation et de la philosophie d’entraîneure en constante évolution de Megan.

« Je crois que l’intégrité est importante », explique Megan. « Je veux être honnête, juste et agir avec cohérence dans le but d’offrir un endroit dans lequel mes patineuses peuvent avoir confiance et savoir ce que l’on attend d’elles. Du point de vue de l’équipe, l’intégrité est la clé de notre unité, de notre solidarité et de notre force. »

Bien que Megan se concentre sur le développement d’un excellent patinage, l’entraînement de son équipe comprend également la possibilité d’apprendre beaucoup de leçons importantes de la vie… et elle est le modèle de rôle parfait.

« Je crois qu’il faut se conduire de façon professionnelle. À titre d’entraîneure, j’arrive prête, avec un plan, à chaque séance d’entraînement et événement. Mon but est d’identifier les erreurs avec compétence et de fournir des corrections constructives. En ce qui concerne l’équipe, je m’attends à ce que les membres deviennent des patineuses habiles et accomplies. Je vise aussi à créer un environnement d’équipe inclusif, où toutes les membres de l’équipe sont respectées et appréciées. »

L’organisation a pris de l’essor, l’équipe a adopté de nouvelles idées et élargi ses objectifs. Ce qui a commencé comme une activité récréative pour la plupart des participantes a maintenant évolué pour devenir un engagement sérieux pour lequel les membres sont motivées à concourir aux niveaux les plus élevés.

Pour y parvenir, Megan savait que quelques décisions difficiles devaient être prises, malgré les obstacles que représentaient la distance géographique et les coûts associés à l’accès aux meilleures équipes et meilleurs entraîneurs de l’Ontario et du Québec.

« Au cours des quatre dernières saisons, quelques patineurs de Nexxice, en particulier Lee Chandler et Jennifer Critchton (Beauchamp), sont venus nous aider pour l’agencement du programme. Leur patinage de niveau mondial nous a enseigné et inspiré à améliorer notre flexion des genoux, l’évolution de nos mouvements et notre talent artistique. Ajoutant à ces habiletés, Wendy Coates, qui vivait à Winnipeg en 2007-2008, nous a aidés à comprendre l’importance de la conception de programmes qui créent à la fois dynamique et vitesse. »

En ce qui concerne le talent artistique, Kayleigh Nichol, de London, Ontario, s’est jointe à l’équipe à l’automne 2010, patinant pendant un an, puis a été entraîneure bénévole pendant 3 ans.

« Compte tenu de son expérience en patinage synchronisé et de ses antécédents en théâtre, Kayleigh a été un excellent ajout », a soutenu Megan. « Elle a vraiment développé l’aspect d’interprétation et d’expression de notre équipe et nous a aidés à croire que nous pouvions aller plus loin. »

Megan n’a ménagé aucun effort dans la recherche d’outils pour améliorer l’équipe, encourageant chaque membre à prendre en charge ses propres progrès. Elle demande à des spécialistes techniques d’assurer le suivi des rétroactions en Alberta par l’intermédiaire de séquences sur vidéo, demande aux membres de l’équipe d’évaluer les vidéos hebdomadaires des séances d’entraînement qui sont affichées en ligne et fait participer l’équipe à des programmes réguliers d’étirement et de yoga.

Remarquablement, à mesure que l’équipe a commencé à croire en elle-même et à adopter l’idée qu’il était vraiment possible d’exécuter des programmes difficiles avec des habiletés de patinage de qualité, elle n’a cessé de gravir régulièrement les rangs du patinage synchronisé à titre de l’une des meilleures équipes au pays.

Au cours des années, son amour du patinage synchronisé a continué à grandir aussi. Quand des événements mondiaux de patinage synchronisé ont lieu en Amérique du Nord, de nombreux membres de l’équipe profitent de l’occasion pour regarder le patinage synchronisé à son meilleur… et apprendre. Cette année aux Championnats du monde, à Hamilton, dix-sept membres anciennes et actuelles d’Ice Intrepid étaient sur place pour célébrer le sport.

« C’était fantastique de regarder autour et de voir combien de patineuses actuelles et anciennes de l’équipe étaient présentes », a affirmé Megan. « Après tant d’années, nous étions toutes ravies d’être ensemble et de voir les nouvelles idées se concrétiser… et avec le Canada qui a remporté la médaille d’or, je me sentais comme un fier parent! »

Non seulement est-ce que leurs expériences personnelles dans Ice Intrepid ont été positives, toutes les membres estiment que le patinage synchronisé a ajouté à leurs vies. Des 17 patineuses photographiées à Hamilton (voir la photo : de gauche à droite, les membres alignées dans l’ordre du temps passé dans l’équipe Ice Intrepid), au moins 12 sont toujours activement impliquées dans le patinage synchronisé, soit en compétition, entraînement ou direction de programmes.

Ice Intrepid

Pourquoi le sport lie-t-il les gens à vie?

La délégation de Hamilton a été prompte à répondre. Certains des thèmes communs étaient de se faire de meilleures amies, de voyager, de prendre de l’assurance, d’acquérir des compétences organisationnelles, de travailler en équipe, de collaborer, d’établir des buts et de faire preuve de leadership.

Heather Baron qui a concouru avec Ice Intrepid pendant 4 ans tout en obtenant un baccalauréat en agriculture a ajouté ce qui suit : « J’ai aimé les rires quotidiens… et les copines secrètes, les actes généreux d’une membre pour l’autre afin de rendre leur journée un peu plus joyeuse. »

Meghan Sprung, membre pendant 5 ans alors qu’elle obtenait un diplôme en écologie humaine, a déclaré : « À mon premier voyage aux championnats nationaux, j’ai pris connaissance de la grande communauté du patinage synchronisé et constaté toutes les possibilités qu’offre l’entraînement et le dur travail. »

Au cours de ses 6 années passées avec Ice Intrepid, Jessica Watson a travaillé à son diplôme avec une majeure en informatique et une mineure en mathématiques. Pour elle, ce sont les souvenirs qui lui sont chers. « Beaucoup de voyages, beaucoup de blagues à caractère privé ici et là, toutes les traditions, les exercices de respiration, les « étampes » sur les mains, les câlins et les exclamations woot, woot… »

Diplômée en sciences de la nutrition humaine, la participante actuelle au patinage synchronisé et entraîneure de patinage, Joelle Enns, résume le tout parfaitement. « En plus des habiletés, j’ai également noué des amitiés de toute une vie et créé des souvenirs que je garderai pour toujours. Tout cela a attisé ma passion pour le sport du patinage synchronisé et m’a amenée là où je suis aujourd’hui. Sans Intrepid, je n’aurais pas été aussi loin dans ma carrière de patinage. »

L’héritage d’Ice Intrepid, de l’Université du Manitoba, survit…