Les patineurs de patinage en couple Meagan Duhamel et Eric Radford et les danseurs sur glace Kaitlyn Weaver et Andrew Poje concourront sur une base solide aux Championnats nationaux de patinage Canadian Tire, cette semaine, à Kingston, en Ontario.

Kevin Reynolds concourra à la grâce de Dieu.

Tout le monde connaît les stupéfiants résultats internationaux obtenus par les deux meilleures équipes du Canada, leurs réussites aux événements du Grand Prix et leurs victoires à la finale du Grand Prix, par de vastes marges, ainsi que leurs énormes records personnels. Et, ces deux équipes se trouvent à mi‑chemin de la saison à titre de favoris pour remporter la médaille d’or aux Championnats du monde.

Kevin Reynolds a été tenu de suivre un parcours différent, disparaissant après s’être retiré de ses deux événements du Grand Prix, en raison de chaussures de patins et de blessures.

Mais, attendez un instant! Selon une conférence téléphonique tenue vendredi, Kevin est vraiment de retour et se concentre sur la victoire de ce titre canadien insaisissable après 10 ans au niveau senior. Il semble avoir finalement trouvé la chaussure magique et s’entraîne plus solidement depuis les quatre ou cinq dernières semaines qu’il ne l’a fait au cours de la dernière année et demie. Ces nouvelles créent heureusement une intéressante bataille décisive avec Nam Nguyen, âgé de 16 ans, qui n’a cessé de prendre de la force cette saison et cherche clairement aussi à obtenir le titre abdiqué par Patrick Chan.

La saison dernière, Kevin a essayé neuf paires de chaussures, s’efforçant de trouver la paire parfaite, ce qui était presque impossible compte tenu de ses chevilles exceptionnellement étroites et de la largeur du devant de ses pieds. Il a lutté avec quatre paires de chaussures plus tôt cette saison et a finalement trouvé une paire faite sur mesure – seulement pour découvrir qu’elle se briserait en une semaine et demie, face aux rigueurs de la séance d’entraînement de Kevin.

Les problèmes se sont empirés après que Kevin termine en sixième place aux Internationaux classiques d’automne de Patinage Canada, à Barrie, en Ontario, clairement victime d’un manque d’entraînement. Puis, un jour, durant l’entraînement, il a fait une chute sur un quadruple saut et s’est foulé la cheville gauche, celle qu’il utilise pour l’appel de son triple Axel et de ses deux quadruples sauts. « Après m’être foulé cette cheville, j’étais simplement incapable de pouvoir concourir durant la saison du Grand Prix », a-t-il déclaré. Il a été tenu de se retirer du Grand Prix, une décision qui a été difficile à prendre.

Il savait qu’il devait changer de tactique pour aller de l’avant après la guérison de sa cheville. Il a décidé d’essayer les meilleures et les plus chères chaussures de confection offertes par chaque fabricant, pour voir lesquelles lui conviendraient le mieux. Il ne se souvient plus du nombre de chaussures qu’il a essayé cette saison. Il croit que c’était douze. Mais, l’une de ces paires lui convient juste assez bien.

Kevin estime qu’il s’agit « d’une solution amiable ». Après tout ce qu’il a subi, c’est suffisant pour lui donner plus de confiance qu’il n’en a eue depuis plus d’un an, en route vers Kingston.

« Au cours du dernier mois environ, j’ai été en mesure de bien m’entraîner », soutient Kevin. « Aux Championnats nationaux, je veux être capable de profiter des occasions qui se présentent cette année, surtout du fait que Patrick Chan a décidé de ne pas concourir cette saison, de sorte que le titre national est prêt à être remporté. »

Le plus grand obstacle de Kevin en ce moment est le manque de compétitions avant les Championnats nationaux et, idéalement, il aimerait aussi un peu plus de temps d’entraînement. Mais, « j’ai prouvé que je peux y faire face compte tenu de mes performances aux Championnats du monde et aux Jeux olympiques », affirme-t-il. « Je sais que c’est possible de relever le défi et de remporter, je l’espère, ce titre national. Je sais toutefois que d’autres personnes y aspirent aussi. »

Aspirer aux titres? D’autres patineurs les visent aussi. Aussi élevée que fût leur note gagnante à la finale du Grand Prix ISU, à Barcelone, le mois dernier, Kaitlyn Weaver et Andrew Poje croient que leurs programmes se sont améliorés encore plus au cours du dernier mois. « Nous avons amélioré beaucoup d’aspects de notre programme et, ainsi, nous attendons vraiment avec impatience de non seulement avoir d’excellentes performances aux Championnats nationaux, mais aussi d’obtenir beaucoup de rétroactions qui nous stimuleront durant la deuxième moitié de la saison », a fait remarquer Kaitlyn.

La majorité du travail accompli pour leur exquise danse libre sur la musique Les Quatre Saisons est subtile, « quelques éléments de chorégraphie », finitions, détails, expression, interprétation. Ils ne commencent qu’à sentir le rythme et la sensation du programme. « Il y a encore tellement place à l’amélioration », a soutenu Kaitlyn.

Leurs buts? Ils s’efforcent de maximiser tous leurs niveaux de difficulté aux Championnats nationaux. « Nous voulons rendre nos programmes à l’épreuve des balles au point de vue de la technique », a-t-elle ajouté. Ils sont maintenant habitués d’être les favoris à un événement et sont prêts à assumer cette responsabilité.

Il s’agira de leurs huitièmes Championnats canadiens et ils espèrent tous deux finalement remporter leur premier titre canadien, après avoir gagné une médaille d’argent aux Championnats du monde de l’an dernier et une médaille d’or à la finale du Grand Prix.

Meagan Duhamel et Eric Radford amorceront ces Championnats nationaux en se sentant beaucoup plus détendus, surtout du fait qu’ils ne seront plus talonnés par Kirsten Moore-Towers et Dylan Moscovitch. Cette équipe s’est séparée et chacun fait équipe avec un nouveau partenaire, ce qui ajoutera encore plus d’intrigue à l’événement.

Meagan et Eric, gagnants de la médaille d’or de la finale du Grand Prix ISU par sept points, considèrent que cette saison est une importante percée pour eux. « L’an dernier, à la fin de la saison, nous avons constaté un grand changement dans le patinage en couple dans le monde : tellement d’équipes se sont séparées, ont obtenu de nouveaux partenaires, ont pris leur retraite, ont pris congé pour la saison, ont subi des blessures ou autres », a fait observer Meagan. « Lorsque nous avons décidé de continuer à patiner après Sotchi l’an dernier, cette décision a été dans une large mesure fondée sur le fait que nous avons vu une occasion de devenir les meilleurs au monde. Et, en patinage, c’est souvent une question de moment opportun. Il faut attendre son tour, faire encore équipe et patiner de son mieux, au bon moment.

« Je crois que nous avons une excellente occasion cette année de révolutionner le monde », a-t-elle affirmé. « Et, maintenant, il nous incombe de saisir l’occasion. Je dirais que jusqu’à présent, nous excellons à cet égard. »

BILLETS

On peut acheter les billets en ligne sur le site Web www.ticketmaster.ca, par téléphone au 1.855.985.5000 ou en personne à la billetterie du Rogers K-Rock Centre.

ÉVÉNEMENT

L’événement comptera environ 250 patineurs dans les disciplines masculine, féminine, de patinage en couple et de danse sur glace, concourant à trois niveaux : senior, junior et novice.

Les athlètes se qualifient pour les championnats par l’intermédiaire de leurs événements de section, puis passent au Défi Patinage Canada, l’événement de qualification national, à l’issue duquel 18 hommes, 18 femmes, 12 équipes de patinage en couple et 15 équipes de danse sur glace avancent aux Championnats nationaux de patinage Canadian Tire.

Les athlètes s’efforceront de se tailler une place dans l’équipe nationale de Patinage Canada et dans les équipes canadiennes qui concourront aux Championnats du monde ISU de patinage artistique 2015, aux Championnats des quatre continents ISU de patinage artistique 2015 et aux Championnats du monde juniors ISU de patinage artistique 2015.