Danseur, chanteur, acteur, directeur et musicien de Toronto, Geoffrey Tyler a fait carrière sur scène et à l’écran.

Danseur, chanteur, acteur, directeur et musicien de Toronto, Geoffrey Tyler a fait carrière sur scène et à l’écran. On l’a entendu à la radio. Il était un petit roublard à l’âge de 10 ans. Mais, à présent, ce danseur professionnel sociable peut aussi se donner le titre d’entraîneur de performance et de chorégraphe pour les patineurs de patinage artistique.

Cette saison, pour la première fois de sa carrière diversifiée, Tyler a chorégraphié un programme de patinage artistique de compétition. Rien n’allait arrêter Tyler de tenter cette nouvelle expérience, lorsque les danseurs sur glace Kaitlyn Weaver et Andrew Poje l’ont abordé avec leur plus récente intéressante requête : ils avaient besoin d’un numéro de danse courte sur la musique de 42e Rue. Kaitlyn l’a proposée; elle avait patiné au son de cette musique à l’âge de six ans.

« C’était dans mon domaine d’expertise », a déclaré Geoffrey. Après tout, l’an dernier, il a joué un rôle dans la production de Stratford de cette comédie musicale à propos d’une comédie musicale. Andrew croyait connaître parfaitement la production. L’équipe de danse recherchait l’authenticité.

« Nous voulions présenter quelque chose qui diffère de ce que nous faisions cette année », a signalé Andrew. « Nous voulions exécuter quelque chose qui soit un peu amusant. Geoffrey était ravi dès que nous lui avons demandé de participer. »

Ce n’est pas comme si Geoffrey ne connaissait pas Kaitlyn et Andrew. Ils se sont tournés vers lui à titre d’entraîneur de performance pour leur émouvant numéro Je suis malade, de la saison 2011-2012, et ont écouté sa philosophie en matière de performance : regardez-vous l’un l’autre, engagez-vous envers une communication authentique et honnête parce que les spectateurs reconnaîtront la sincérité.

Et cette saison, ils ont écouté et appris. Kaitlyn et Andrew ont beaucoup concouru cette saison, exécutant leur programme Je suis malade dans le but de gagner une médaille à chaque compétition à laquelle ils s’inscrivaient, un défi de taille. Ils sont passés près. Ils ont concouru à trois événements du Grand Prix, remportant une médaille d’argent à chacun, et se sont rendus à la finale du Grand Prix, où ils ont terminé en quatrième place. Leur programme Je suis malade leur a permis de se classer au quatrième rang aux championnats du monde 2012 à Nice, en France. Notamment, Kaitlyn et Andrew ont été salués par des ovations à chacune de ces performances, même à Nice. L’entraîneure Anjelika Krylova a aussi été émue. Elle a essuyé des larmes près de la bande, en France.

« Sur la glace, nous établissons vraiment un rapport avec les gens, essayant de communiquer l’un avec l’autre », affirme Geoffrey. « Je commence par demander

[aux patineurs] : « Sur quoi porte votre numéro? Qu’est-ce que vous faites? Qu’est-ce que vous aimez à propos du numéro? Qu’est-ce qu’il dit au sujet de l’amour non partagé? C’était comme s’ils l’avaient connu pendant toute leur vie. « C’est ce que nous devrions faire », a soutenu Kaitlyn.

Les juges voient les choses d’une façon, les spectateurs d’une autre. « Les gens viennent pour s’abandonner à leurs émotions », a fait remarquer Geoffrey. « L’aspect technique est exceptionnellement important, mais la performance est ce qui le rend magique. J’essaie de prendre ce qui est technique et le rendre magique. »

Si vous le faites comme il faut, a dit Geoffrey d’un ton songeur, les gens penseront qu’il n’y a aucun élément technique. Il sait qu’il a bien fait son travail lorsque les entraîneurs font remarquer qu’ils ont oublié de regarder les pieds de leurs patineurs.

« Nous avons remporté du succès [avec Geoffrey] dans le passé », a signalé Andrew. « Nous savions que ce serait une bonne initiative. »

Rien de ceci n’est vraiment nouveau pour Geoffrey. Il a rencontré Kurt Browning par hasard, à un moment où Kurt allait au-delà du patinage artistique, jouant le rôle d’un Peter Pan qui volait bien haut au-dessus d’une estrade à Toronto. Leurs esprits se sont rencontrés, deux artistes mettant en commun leurs aires d’expertise. Geoffrey a appris au patineur à jouer la guitare et Kurt a appris au danseur à patiner. Finalement, Geoffrey a aidé Kurt à concevoir un programme qu’il avait dans l’esprit. Chose curieuse, Geoffrey a traduit ses idées sur la glace, avec la glissée fantaisiste de Kurt. Et, une année, à l’arrêt de Toronto de la tournée Stars On Ice, Geoffrey est apparu sur la glace avec Kurt – et a chanté sa musique pour lui pendant qu’il patinait.

La danse à claquettes est une autre histoire. Il n’y a aucune glissée dans cette danse, à moins d’être un des frères Nicholas dans les années 1940. Ils défiaient les lois de la gravité et de la friction. Dans la comédie musicale de Broadway 42e Rue, le rideau se lève sur le tapement de 40 paires de pieds. L’exécuter sur la glace « est un énorme problème », soutient Geoffrey. « Mais, je sais comment faciliter les choses ». Il fait une transition en douceur, une autre de ses habitudes.

Pendant que Kaitlyn se rétablissait de sa chirurgie au printemps dernier, Geoffrey a enseigné la danse à claquettes à l’équipe. « Je n’ai pas mis pied sur la glace pendant un mois », a déclaré Kaitlyn. « Je faisais de la physio toute la journée. Mais, avant que nous soyons autorisés à retourner sur la glace, nous avons commencé à faire un peu de danse à claquettes parce que nous savions que nous allions prendre la voie de la 42e Rue. Elle ne pouvait patiner avec une incision dans la cheville. Les leçons étaient dures.

« Les danseurs à claquettes donnent l’impression que c’est beaucoup plus facile que ce ne l’est », a déclaré Kaitlyn. « C’est vraiment très difficile, mais nous avons cru que ce serait quelque chose d’intéressant. Je pense que ce programme nous convient très bien. La danse à claquettes était très nécessaire pour la bonne exécution du programme. »

Geoffrey leur a enseigné des pas hors glace, puis ils les ont développés ensemble sur la glace et ont pris ce qui semblait le mieux fonctionner. Deux mois plus tard, Geoffrey dansait lui-même sur une estrade à Barrie, Ont. « Je danse comme un déchaîné… pendant que nous chantons et dansons tous », a-t-il écrit sur son site Web.

« C’est vraiment difficile de faire bouger les chevilles si vite », a avoué Andrew. « Nous essayons de reculer nos limites chaque année. »

Geoffrey a voyagé loin pour exercer son métier : partout au Canada et aux États-Unis, en Europe, y compris dans la partie ouest de la ville de Londres. Mais, le patinage l’a emmené encore plus loin. Au printemps dernier, Geoffrey a passé un mois en Asie avec Kurt Browning pour les spectacles Artistry on Ice, en Chine, et All That Skate de Yuna Kim, en Corée.

Artiste né à Georgetown, Geoffrey reste rarement en place. Il suffit de jeter un coup d’œil à son pseudonyme Twitter : @mypantsronfire. Tous les éléments s’articulent d’une façon quelconque. 

Beverley Smith