Les Internationaux Patinage Canada : une fin de semaine de premières médaillées d’or

KELOWNA, C.-B. – L’aura des Internationaux Patinage Canada n’est pas un secret. Les patineurs de Russie, de Chine et d’ailleurs aiment les foules. Ils aiment comment on les aime, quel que soit le drapeau.

Les exhibitions? Meilleures que jamais. Des patineurs chinois portant des casseroles décorées sur leurs têtes et vêtus de salopettes de denim. Les hommes arborant des perruques cuivrées. Des duels de quadruples Salchows étant observés. Une musique exquise entendue, un jour où la lueur d’un chaud soleil d’automne a illuminé l’eau.

Pour les patineurs canadiens, ce fut le moment de se présenter sur une patinoire locale, à un important Grand Prix, durant la période quadriennale menant aux Jeux olympiques de 2018. Déjà, un énorme succès : Meagan Duhamel et Eric Radford ont remporté la première médaille d’or d’une équipe canadienne de patinage en couple au Grand Prix, depuis Jessica Dubé et Bryce Davison, à Skate America, en 2007.

Chose étrange, malgré la force historique des équipes canadiennes de patinage en couple, les équipes canadiennes ont rarement remporté des épreuves de patinage en couple aux compétitions du Grand Prix. Elles n’ont jamais gagné la Coupe de Russie ou le Grand Prix en France ou la Coupe de Chine (qui remonte à seulement 2003). Aucune équipe canadienne de patinage en couple n’a remporté les Internationaux Patinage Canada depuis Jamie Salé et David Pelletier, en 2001. Au Trophée NHK, Barbara Underhill et Paul Martini ont été médaillés d’or en 1980 et 1982. Et, Isabelle Brasseur et Lloyd Eisler ont été victorieux en 1993, la même année qu’ils ont gagné leur titre mondial.

Ainsi, la victoire de Meagan et Eric est d’autant plus brillante. Ils ont fait une percée et prévoient beaucoup plus.

La première médaille d’or au Grand Prix de Kaitlyn Weaver et Andrew Poje, ici au pays, cette semaine, est un autre jalon sur le long parcours de victoires canadiennes en danse sur glace. Les victoires du Canada en danse à des événements du Grand Prix sont presque trop nombreuses pour les énumérer. En ce qui concerne les Internationaux Patinage Canada, Tessa Virtue et Scott Moir ont remporté cinq titres, Marie-France Dubreuil et Patrice Lauzon en ont gagné deux, Shae-Lynn Bourne et Victor Kraatz en ont mérité six et Tracy Wilson et Rob McCall en ont remporté deux, sans oublier de mentionner les victoires uniques de Jacqueline Petr et Mark Janoschak et de Vanessa Crone et Paul Poirier.

L’exquis programme sur la musique Quatre Saisons de Kaitlyn et Andrew a créé de bons souvenirs pour certains, ce qu’a révélé un sondage informel des moments préférés aux Internationaux Patinage Canada, cette semaine. On a dit qu’ils n’avaient fait qu’un. Ils s’étaient améliorés, même par rapport à leur médaille d’argent aux Championnats du monde, en mars dernier. Ils étaient sur leur trente et ont mis l’accent sur les détails.

Des blessures ont privé le Canada de meilleurs résultats en patinage en simple masculin et féminin. Kaetlyn Osmond s’est cassé le péroné à l’automne et a dû se retirer de tous les événements du Grand Prix. Les Canadiennes ont bien réussi dans le programme court, mais éprouvé des difficultés dans le programme long. Alaine Chartrand a terminé septième, Myriam Mallet était onzième (elle était sixième dans le programme court) et Julianne Seguin a obtenu une douzième place.

En l’absence de Patrick Chan ainsi que de Kevin Reynolds, qui a éprouvé des problèmes de chaussures de patin et subi des blessures, le Canada a dû prendre ses victoires autrement. Andrei Rogozine a dévoilé son programme « supérieur, plus rapide et plus fort », terminant dixième, tandis que Liam Firus a lutté après un difficile programme court, passant à l’action dans le programme libre et terminant 11e au classement général.

D’autres moments se sont dégagés qui ne concernaient pas toujours des médailles, bien que les médailles étaient parfois des récompenses : un Takahito Mura transformé a remporté l’épreuve masculine et s’est mis à pleurer dans le lieu réservé aux étreintes et aux larmes, la petite Satoko Miyahara, âgée de 16 ans, a remporté la médaille de bronze avec une ovation et enfin, la danse libre d’une équipe méconnue composée d’Élisabeth Paradis et François-Xavier Ouellette. Ils ont terminé septièmes des huit équipes, obtenu une ovation partielle, fait verser des larmes et Tessa Virtue a soutenu que leur programme Un peu plus haut était son favori de la soirée. Parfois, ce n’est pas uniquement une question de médailles, bien qu’elles aident.

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.