La nouvelle équipe de Natasha Purich et Drew Wolfe prête pour la Coupe de Chine

Juste au moment où vous pensiez que le patinage en couple semblait (hélas, partout) en mauvais état, en lambeaux et déchiré, criblé de défections, voilà qu’est venu un petit groupe de preneurs de risques intrépides.

Comme Natasha Purich et Drew Wolfe.

À l’instar d’autres équipes nouvelles et relativement nouvelles, ils vont faire de l’épreuve de patinage en couple une lutte acharnée aux Championnats nationaux de patinage Canadian Tire, qui auront lieu en janvier à Kingston, en Ontario.

Le partenariat de Natasha et Drew semble convenir parfaitement. Ils sont des copains de l’Alberta, (elle d’Edmonton, lui de Calgary), s’entraînant tous deux à présent, à Montréal. (Comme par chance, tous deux sont allés à des écoles d’immersion en français.) Ils se sont rencontrés durant des Championnats de section en Alberta, vers l’âge de 10 ou 11 ans.

Ils sont parvenus au patinage en couple bizarrement de différentes directions : Drew avait été un patineur en simple et, depuis les quatre ou cinq dernières années, un danseur sur glace. Entre les mains de Drew, Natasha rayonne. À leur première compétition, les Internationaux classiques d’automne de Patinage Canada, ils ont terminé en troisième place dans le programme court avec un triple Lutz lancé, une combinaison de pirouettes qui a obtenu un niveau quatre et, aussi, une excellente spirale de la mort.

Que Drew puisse faire une spirale de la mort est un événement en soi. Avant qu’il ne fasse équipe avec Natasha, il y a six mois, il n’avait jamais patiné en couple. « Quand j’étais plus jeune, je pensais qu’il n’y avait pas moyen que je soulèverais cette fille au-dessus de ma tête », a-t-il dit. « Cela semblait beaucoup trop dangereux. » L’entraîneur Richard Gauthier a déclaré qu’il n’a jamais vu un patineur en couple apprendre de telles habiletés si rapidement. Il a abasourdi tout le monde par ce qu’il a pu faire les trois premiers jours.

Qu’est-ce qui a donc été le plus difficile pour eux? Natasha aimerait dire que c’est la vrille. Après tout, le patineur doit non seulement lancer sa partenaire, mais aussi l’attraper. Cependant, Drew affirme que c’est cette spirale de la mort mortelle. « C’était une sensation bizarre de s’habituer à la force qu’un autre patineur exerce sur vous sur une carre », a-t-il avoué. Il a bien réussi la première qu’il a faite. Il estime qui c’était la veine de débutant. La deuxième, pas autant. Toutefois, ceci a changé depuis. Ils ont obtenu un niveau quatre pour leur spirale de la mort avant intérieure dans le programme court, aux Internationaux classiques d’automne.

Quant à Natasha, qui patinait l’an dernier avec l’ancien médaillé de bronze des Championnats du monde Mervyn Tran (qui patine maintenant pour son troisième pays), elle a dû améliorer ses habiletés de patinage et ses carres pour égaler les aptitudes de danse sur glace de Drew.

Semblant s’améliorer à pas de géant, ils feront étalage de leurs talents à la Coupe de Chine, leur seul événement du Grand Prix.

Drew patinait en simple au Toronto Cricket Skating and Curling Club, à Toronto, avec Ghislain Briand – bénéficiant de l’influence de patiner à la même patinoire que le champion olympique Yuzuru Hanyu et Javier Fernandez – quand il a cru qu’il aimerait essayer le patinage en couple. « Je suis un grand gars costaud », a-t-il dit. Ghislain Briand et Richard Gauthier sont amis. Drew en ensuite fait un essai avec Natasha, faisant quelques poussées-élans et éléments.

« Bien entendu, c’était tout nouveau pour moi », a-t-il signalé. Richard et Bruno Marcotte ont été accueillants et l’ont appuyé.

« Il semble qu’ils avaient confiance en moi », a-t-il affirmé. « C’était un peu imprévu, mais je crois que ce soit la bonne personne. Nous venons de différentes disciplines du sport ». Et, il soutient que ce fut très motivant de patiner dans la même patinoire que les doubles médaillés de bronze des Championnats de monde, Meagan Duhamel et Eric Radford.

« Honnêtement, il est un patineur en couple né », a affirmé Natasha, à propos de son nouveau partenaire. « C’est un peu bizarre. Je pense que nous faisions des doubles vrilles deux jours plus tard. »

En raison de ses antécédents en danse, Drew a dit qu’il savait comment placer sa partenaire au bon endroit. Tout ne s’est pas déroulé sans accroc. Ils ont eu leurs hauts et leurs bas. Nous travaillons également avec Syvie Fullum, Julie Marcotte et Cynthia Lemaire et touchons à tous les aspects, dans l’école, affirme Drew. L’environnement d’apprentissage est très positif. Toutes les équipes s’encouragent.

Les objectifs de la nouvelle équipe? Leur but avait été simplement de se rendre aux Championnats nationaux et de créer ensemble une base solide. Ils ne s’attendaient même pas à participer aux Internationaux classiques d’automne. C’était une grosse affaire. Le style viendra avec le temps. Ils veulent être uniques.

Et, il est utile que Drew aime la musique. « J’adore la musique, dit-il c’est ce que je préfère. » Il aime se produire et divertir. Il y a trois ou quatre ans, il a patiné au son de musique de Santana et de Colin James parce que son entraîneur en Alberta croyait que cette musique conviendrait à son style. Drew a toujours eu le dernier mot dans ses choix de musique. Cette fois, il s’en est remis à Julie Marcotte et a décidé d’avoir confiance en elle. Il comptait garder l’esprit ouvert.

Lorsque Julie leur a donné un blues pour leur programme court – Three Hours Past Midnight, par Colin James – Drew s’est mis à rire. « Je crois que je n’avais aucune raison de m’inquiéter », a signalé. « C’était assez comique. » Ils exécutent le programme libre sur la musique de L’Artiste et il s’agit d’un programme parfait pour Natasha. Les programmes sont très différents.

« C’est un grand programme, mais aussi subtil », a signalé Drew à propos de la piste sonore de L’Artiste. « Il y a beaucoup de variété, qui permet d’adapter et d’être convaincant. « Et, c’est vraiment ce que fait Natasha ».

Ainsi, le patinage en couple au Canada ne semble pas être dans une situation aussi désespérée qu’il ne l’était il y a six mois. « C’est amusant pour nous et le patinage en couple soulève l’intérêt des gens », a déclaré Drew. « De nouveaux visages suscitent l’intérêt. »

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *