Patinage Plus reçoit un coup de pouce en Ontario du gouvernement provincial

L’hiver n’est plus monotone au Canada depuis l’arrivée du nouveau programme Patinage Plus.

Dans une patinoire glacée à Toronto, des tout-petits vêtus d’habits de neige aux couleurs vives et portant de minuscules patins circulent autour de balises et de cônes colorés, les bras étendus sur les côtés, le regard vif. C’est un véritable centre d’activité. Ils ressemblent à de petites abeilles qui vrombissent aux alentours de la ruche. Ils occupent chaque pouce carré de la surface glacée. Ils sont déterminés et ont du plaisir. Ils apprennent à patiner de la nouvelle façon.

Les Canadiens apprennent à patiner d’une nouvelle façon, ce qui est presque une révolution. La semaine dernière, le programme de Patinage Canada a été lancé à Skate Ontario ou 75 000 patineurs apprennent des habiletés qui pourraient les amener sur un podium olympique de divers sports de glace. Ou encore, pour des milliers d’entre eux, ce sera peut-être le tremplin qui leur permettra d’acquérir des habiletés qui leur serviront toute leur vie, et de s’élancer sur la glace par un samedi après-midi dans un aréna, le cœur battant, le visage rayonnant.

Le nouveau programme a tout ce qu’il faut pour devenir le meilleur programme d’apprentissage du patinage au pays et permettre aux patineurs de vitesse et joueurs de hockey d’améliorer leur déplacement efficace sur la glace. Les habiletés enseignées ne concernent pas uniquement le patinage artistique, mais toute la gamme des habiletés générales de patinage.

Le programme est devenu obligatoire dans les 1 200 clubs de patinage artistique du Canada en septembre dernier. En Ontario, il a reçu un coup de pouce financier du ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport, de même que de Canadian Tire, qui s’est associé depuis quelques années aux sports olympiques et de masse, et qui est devenu le commanditaire en titre le plus important de Patinage Canada. Dan Thompson, le chef de la direction générale de Patinage Canada décrit Patinage Plus comme « la salle des machines de Patinage Canada ».

Le schéma de Patinage Plus a été conçu à la suite d’une directive de Sport Canada qui demandait de fixer des programmes de développement à long terme des athlètes. Pour réaliser cet objectif, Skate Ontario puise dans le Fonds ontarien d’action communautaire pour les sports et les loisirs qui, avec un budget de près de trois millions de dollars, vise à faire bouger les gens dans la communauté. Skate Ontario a reçu la somme de 197 220 $ pour financer en partie l’achat de 360 trousses d’accessoires (de petites balises, des cônes, des rubans rythmiques, des Frisbees, des sacs lestés, des ventouses avec manches, des balles en plastique à motif à pois et un énorme « parachute ». Canadian Tire fournit les immenses sacs d’équipement pour transporter tout le matériel.

Quels sont les merveilleux effets de cette idée? Le potentiel de maximiser les avantages sociaux et économiques. [L’Ontario dépense quatre milliards de dollars pour les activités sportives, récréatives et de conditionnement physique.] Et cela pourrait réduire les coûts pour la santé. « Nous savons très bien que l’investissement dans de saines habitudes de vie entraîne à long terme une diminution des coûts de soins de la santé », a déclaré Michel Croteau qui a été nommé en juin dernier ministre du Tourisme, de la Culture et du Sport. M. Coteau n’avait jamais assisté à une séance de Patinage Plus, mais il a fait une pause pour voir les jeunes hisser sur la glace un énorme « parachute » et le faire monter et descendre comme une raie géante.

Le ministre Coteau connaît bien la valeur de Patinage Plus, car ses deux enfants sont inscrits à des programmes de patinage. « J’ai constaté que plus ils s’engagent dans des activités plaisantes et plus les entraîneurs utilisent des outils variés, plus ils s’intéressent au patinage, ajoute-t-il. À vrai dire, bien des sports, quand ils ne sont pas exécutés correctement dès le départ, deviennent inintéressants. Si vous intéressez les enfants dès le début en leur proposant des activités agréables qui sauront les intriguer, vous les amènerez à vouloir améliorer leurs habiletés ».

Ça a fonctionné avec ses enfants, âgés de quatre et huit ans, a-t-il dit. Ils patinent, nagent et apprennent la musique. Durant ses deux premières années de patinage, sa fille était frustrée, avoue-t-il. C’est quand elle a commencé à bien patiner qu’elle a découvert le plaisir du patinage. Le programme de Patinage Plus changera tout ça en enseignant des habiletés fondamentales d’équilibre, de maîtrise et d’agilité réparties dans six étapes. Les élèves apprennent des habiletés solides plus rapidement dans le nouveau programme.

Patinage Canada sait aussi que les années critiques d’apprentissage vont de 7 à 11 ans, période au cours de laquelle les voies neuronales se forment facilement.

La médaillée d’argent olympique Elizabeth Manley a commencé à trottiner sur la glace à l’âge de deux ans et demi et a suivi son premier cours d’initiation au patinage à cinq ans. Ses premiers patins ont été achetés chez Canadian Tire. Elle est maintenant une entraîneure et enseigne Patinage Plus.

Kim Saunders, vice-présidente associée des partenariats de sport pour Canadian Tire, a suivi le même parcours qu’Elizabeth Manley en s’inscrivant à l’ancien programme d’initiation au patinage en jeune âge et en apprenant toutes les habiletés – à la dure. Le patinage artistique lui tient beaucoup à cœur comme il est une cause chère de Canadian Tire qui est devenu un commanditaire de Patinage Canada en 2013. Les Championnats nationaux de patinage Canadian Tire qui auront lieu en janvier prochain à Kingston, en Ontario, marqueront la troisième année de l’entreprise en qualité de commanditaire en titre de cette compétition.

À la même époque, Canadian Tire s’est investi dans le sport olympique et paralympique, de même qu’auprès d’autres associations sportives. Mais le cas de Patinage Canada est particulier.

« Nous vendons des patins depuis 90 ans, raconte Kim Saunders. Ça fait partie de notre histoire. Nous désirions mieux soutenir le sport amateur au pays : Patinage Canada était un choix idéal. C’était idéal pour nous, d’un point de vue commercial. C’était également idéal pour nous d’un point de vue philosophique, quand nous savons les bienfaits du patinage pour les enfants. Nous nourrissons aussi une grande passion pour le patinage. »

« Nous vivons tous sous le ciel canadien », dit-elle. Nous devons parler de l’idée et de la notion que des enfants forts et en santé forment des nations solides. Ils font également de grands athlètes. »

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *