Des patineurs juniors canadiens continuent à remporter des médailles pour notre pays sur le circuit du Grand Prix de l’UIP

Les patineurs canadiens n’ont jamais dominé une compétition du Grand Prix junior comme ils l’ont fait la semaine dernière à Ostrava, en République tchèque.

Les jeunes du Canada étaient si fascinants que les patineurs seniors qui participaient au camp d’entraînement de l’équipe nationale à Mississauga, en Ontario, se sont rassemblés autour de quelques ordinateurs portables pour voir leurs performances en Europe dans toute leur grandeur.

Les jeunes athlètes ont remporté l’or dans trois des quatre épreuves, une première pour le pays de la feuille d’érable. Dans la plupart des saisons depuis le début du circuit du Grand Prix junior il y a 18 ans, le Canada a bien fait les choses en récoltant quatre médailles d’or durant la série complète de sept ou huit compétitions de qualification (il y en a sept cette année).

Le Canada a gagné quatre médailles d’or durant une saison complète dans cinq de ces dix-huit années. L’an dernier, les patineurs canadiens ont remporté l’or dans deux des huit compétitions, mais aucun patineur ne s’est qualifié pour la Finale du Grand Prix junior.

Les officiels canadiens ne se préoccupent pas vraiment de ces résultats, car le circuit du Grand Prix junior est une étape importante qui vise surtout à développer de futurs champions. « Compte tenu de la vaste gamme de talents sur le circuit, commente Michael Slipchuk, directeur du programme de haute performance de Patinage Canada, plus particulièrement dans les disciplines de patinage en simple et de patinage en couple, il y a toujours un départage clair entre le groupe de patineurs de haut calibre et le groupe suivant. Nos patineurs essaient nettement d’être dans le peloton de tête, même si notre priorité est que les patineurs participent aux compétitions, apprennent à concourir dans cet environnement et dans ces conditions, et patinent à ce niveau en poursuivant leur développement. Ainsi, quand vient le temps des Championnats canadiens, ils sont solides, ce qui nous permet d’envoyer une équipe de haut calibre aux Championnats du monde junior. »

C’est le cas de Nam Nguyen qui a rencontré des difficultés durant toute la saison du Grand Prix junior de l’an dernier, en raison d’une poussée de croissance. « Je ne pense pas que personne ne l’aurait donné vainqueur aux Championnats du monde junior de l’an dernier, ajoute Michael Slipchuk. Mais lors des Championnats canadiens, nous savions qu’il progressait dans la bonne direction. Il a remporté les Championnats du monde. Je pense que cela illustre que si vous continuez à faire des progrès et à faire les choses à votre façon, les choses iront bien. Nous laissons à nos entraîneurs le soin de préparer des plans d’entraînement pour leurs patineurs, car ils savent ce qui est mieux pour eux, mais nous leur donnons tout le soutien nécessaire. »

Jusqu’à présent, le Canada a déjà gagné cinq médailles : trois médailles d’or et deux médailles d’argent aux trois premières compétitions du Grand Prix junior. « Nous avions le sentiment que cette année produirait un groupe de danseurs de fort calibre, de dire Slipchuk. Le patinage en couple n’est pas en reste. Patinage Canada s’attend également à ce que Julianne Seguin et Charlie Bilodeau aient une excellente saison. Dès leur première participation au Grand Prix junior de cette saison, ils ont remporté l’or à l’issue d’un programme patiné au son de Peter Gabriel, terminant à Ostrava avec près de 15 points de plus que le couple russe.

Le Canada avait déjà remporté deux médailles d’argent en danse sur glace dans les deux premières épreuves : Madeline Edwards et ZhaoKai Pang ont démarré en force à Courcheval, en France, la première semaine, et Brianna Delmaestro et Timothy Lum ont réussi à merveille à obtenir l’argent à Ljubljana, en Slovénie, la semaine suivante.

À Ostrava, les champions juniors canadiens Mackenzie Bent et Garrett MacKeen ont gagné l’or à leur quatrième saison du Grand Prix junior, dépassant leur meilleur record personnel de 7 ½ points dans le programme libre et terminant avec 82,42 points à l’issue d’un programme qui présentait une plus grande maturité que celui de l’an dernier.

Et Roman Sadovsky, âgé de 15 ans, a gagné l’or dans l’épreuve masculine, battant son record personnel avec le programme « Les Misérables ». Le score de son programme libre de 124,57 points a été de près de sept points supérieurs à son ancien record, et malgré une troisième à la fin du programme libre, sa note totale a été la plus élevée. Et il peut encore s’améliorer. Il a fait une chute en exécutant un triple saut de boucle et il a vécu une nouvelle expérience : être premier après le programme court à une compétition internationale.

Il reste quatre compétitions : Nagoya, au Japon, cette semaine, Tallinn, en Estonie, du 24 au 28 septembre, Dresden, en Allemagne du 1er au 5 octobre et Zagreb, en Croatie, du 8 au 12 octobre. Ce ne sont pas toutes les compétitions qui présentent des épreuves de patinage en couple. Seguin et Bilodeau seront à Dresden, de même que Sadovsky et Delmaestro et Lum.

Le Grand Prix junior présentera des Canadiens qui feront leurs premiers pas sur la scène mondiale : deux patineuses âgées de 13 ans (Grace Lin de l’écurie d’Yvan Desjardins à Montréal et Sarah Tamura qui s’entraîne avec Joanne MacLeod en Colombie-Britannique) seront à la compétition du Japon cette semaine qui ne comprend pas d’épreuves de patinage en couple. Et Edwards et Pang feront encore la démonstration de leur talent en danse sur glace.

Au fil de la saison, Michael Slipchuk explique qu’il sera intéressant de voir comment Sadovsky, encore jeune, s’en tirera. « Il s’améliore continuellement, commente Michael Slipchuk. Je pense qu’il sera dans le peloton des hommes. » Il considère également que les atouts d’une nouvelle arrivée sur la scène, Selena Zhao, qui réussit un triple flip – triple saut de boucle piqué (« c’est ce que font maintenant les patineuses juniors » ajoute Slipchuk) en font une patineuse qui pourrait se hisser dans la moitié supérieure de sa discipline.

« Nous aimerions voir une bonne partie de nos patineurs terminer parmi les dix ou les huit premiers, dit Michael Slipchuk. Je pense que quelques-uns d’entre eux en auront la chance, compte tenu de la compétition et des concurrents. Certains patineurs pourraient même se trouver parmi les cinq premiers. »

Ce sont actuellement les Russes et les Japonais qui dominent le circuit du Grand Prix junior. L’an dernier, les Russes ont raflé les quatre médailles d’or à la Finale du Grand Prix junior et ont pris les trois places sur le podium en patinage en couple. Les patineurs des États-Unis ont été des concurrents solides par le passé. Au fil des ans, les classements du Canada ont oscillé entre la troisième et la cinquième place. « Nous pensons toujours en termes de longévité, ajoute Michael Slipchuk. Notre pays n’a jamais dominé le circuit, mais nos patineurs font une bonne transition vers la catégorie senior et je demeure convaincu que c’est quelque chose que nous ne voulons pas perdre de vue. Nous désirons que nos patineurs continuent à s’améliorer. »

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *