Vêtir une équipe de patinage synchronisé

Deanna Wright est la plus intrépide des conceptrices de costumes.

Aiguilles à pointe ronde, surjeteuses, tissus extensibles, ciseaux, épingles et doigts, tout bouge à toute allure lorsque les patineuses de patinage synchronisé du monde doivent se présenter sur la glace, bien mises, au moment de la compétition.

Et, c’est là la tâche de Deanna. Imaginez un peu : des costumes pour 21 patineuses par équipe – 20 jupes (et un pantalon pour Nexxice, dont l’un des membres est un homme), 21 corsages, des millions de points et pas un moment pour respirer.

La saison dernière, Deanna a conçu les costumes de 19 équipes de patinage synchronisé. DIX‑NEUF. Ceci représente 399 ensembles de volants et de tuniques, de poignets, de culottes et de godets. Et, tout ça lorsqu’elle n’était pas affairée à concevoir les robes des chœurs Sweet Adeline – comme North Metro, qui cette année comptait 157 membres, âgées de 26 ans à 89 ans, chantant en chœur, en harmonie étroite. Rien d’étonnant que Deanna compte des entrepreneurs, pour couper et coudre les tenues.

Deanna a pu reprendre son souffle pendant un moment cette semaine, après que les équipes canadiennes de patinage synchronisé sont parties pour les championnats du monde, qui auront lieu cette semaine, en Italie. Mais déjà, elle a rencontré une entraîneure qui aimerait que Deanna se charge son équipe à l’automne. « C’est bon de savoir que tout recommencera de nouveau », a signalé la styliste de Mississauga.

Chose étrange, Deanna s’est retirée, il y a trois ans, de toutes ses activités : un magasin de vente au détail d’articles de patinage et une entreprise de fabrication. « Je croyais que j’en avais eu assez », a-t-elle dit. Mais, peu de temps après, Stephanie Klein, entraîneure de l’équipe de patinage synchronisé Leaside Synergy, est venue cogner à sa porte. Elle venait tout juste de commencer à travailler avec une nouvelle équipe et lui a dit : « S’il vous plaît Deanna, voudriez‑vous faire mes robes? »

Peu de personnes peuvent égaler Deanna, avec ses connaissances de la conception et des tissus, de la fabrication de patrons, de la coupe – et du patinage. Deanna avait patiné lorsqu’elle était jeune, obtenant son test or de danse et aussi ses tests diamant, puis elle a repris le patinage à l’âge adulte. Une fois, pour gagner du temps, elle a eu recours à un fournisseur de tissus, qui avait conçu des tenues de patinage synchronisé dans le passé, pour fabriquer un costume. Mais, l’échantillon ne ressemblait pas du tout à la conception.

Deanna a donc créé le patron elle-même et l’entraîneur l’a adoré. Il est important, affirme Deanna, de bien écouter ce qu’ils veulent et d’être capable d’en faire une réalité. Et, ceci signifie qu’il faut comprendre comment le costume bougera sur la glace. « Certains dessinateurs de patrons n’ont jamais participé au sport ou beaucoup travaillé avec les tissus; ils ne comprennent pas de quoi ils auront l’air sur la glace », a-t-elle ajouté. La robe doit bien tomber.

Après s’être entretenue avec les entraîneurs et avoir fait un peu de recherche, Deanna présente un concept et des illustrations, avec le tissu, en vue de l’approbation, prend les mesures de chaque patineuse d’une équipe, fabrique un échantillon, modifie le patron pour les différentes tailles et ajuste les costumes pour chaque patineuse. Bien que les entrepreneurs se chargent de la culture et de la coupe, Deanna et Linda Arnold, une ancienne cliente dont la fille était une patineuse de compétition, s’occupent de la finition.

Il y a peu de temps pour travailler avec ces patineuses, de sorte que la confection des costumes se déroule à toute allure. Seulement coller les cristaux sur les tenues d’une équipe peut représenter une semaine de travail de 40 heures (il faut environ deux heures par robe). « Lorsqu’on se trouve au beau milieu, on travaille de 12 à 14 heures par jour, sept jours par semaine, à l’automne », soutient-elle.

Des tenues favorites? Il y a deux ans, Deanna a confectionné un costume de L’homme araignée pour l’équipe junior Leaside Synergy. Elle a crocheté une toile d’araignée et l’a attachée au dos ouvert de la robe avec un élastique côtelé. Le devant comptait des cristaux en forme de toile. La jupe était faite de maille et dentelle noires avec un soupçon de poudre étincelante en forme de toile. Les costumes suscitaient toujours les compliments. Deanna en était fière.

Elle a fait face à des défis. Pour une équipe intermédiaire, patinant sur une musique d’Alice au pays des merveilles, l’image de l’horloge était très importante dans la conception. Deanna a peint à la main les chiffres romains de l’horloge de l’histoire autour de la bordure de la jupe. Ceci a exigé un temps interminable, mais l’effet a été stupéfiant.

Et, finalement, Nexxice, sa création la plus visible et une favorite en vue de la médaille d’or aux championnats du monde, cette semaine. Étant donné qu’un homme fait partie de l’équipe, les patineuses portent toujours des bas de la même couleur que le pantalon de Lee Chandler, afin d’assurer la cohésion de l’équipe.

Le parcours de Deanna vers le patinage synchronisé a compté de nombreux détours, mais ils ont constitué des étapes utiles du travail qu’elle fait aujourd’hui. Elle était professeure d’économie domestique en Alberta, enseignant l’habillement et les textiles. Elle est retournée en Ontario pour suivre un cours de mode de quatre ans à Ryerson, mais elle « ne pouvait apprendre assez vite », donc elle a lancé sa propre entreprise de vêtements pour enfants.

Après la première année, qu’elle vendait déjà des vêtements pour enfants à 56 points de vente au détail. La récession lui a mis des bâtons dans les roues.

Elle a commencé à travailler pour une entreprise de consultants en mode, Sally Formy & Associates, qui concevait des vêtements pour les hôtels haut de gamme, dont l’hôtel Four Seasons. Deanna s’occupait de clients à gros volume, notamment des épiceries, P. Lawson Travel et Petro Canada. Pendant de nombreuses années, on pouvait voir dans les stations‑service de Petro Canada des employés vêtus d’un uniforme conçu par Deanna.

Finalement, Deanna a décidé de créer sa propre entreprise et de combiner les choses qu’elle aimait le plus. Elle pensait, au début, qu’elle allait créer des vestes et des pantalons de club, mais elle avait le flair voulu pour concevoir des robes et c’est cette partie de l’entreprise qui a connu de l’essor. Elle a confectionné tous les costumes pour un spectacle sur glace à Mississauga, ce qui a en fait lancé son entreprise auprès des équipes de patinage synchronisé. Elle avait aussi un magasin de vente au détail, Dress Deanna On Ice, mais elle a fermé ses portes en 2009, et a poursuivi la fabrication de costumes pendant quelques années avant de prendre sa retraite.

Toute une retraite.

Beverley Smith

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *