L’ancien combattant David Youle lace toujours ses patins

David Youle se souvient encore de la première fois qu’il a chaussé ses patins – « ces patins horribles à double lame qu’on attache ». C’était en 1930 et David patinait dans une patinoire au centre-ville d’Ottawa, lorsqu’un patineur plus âgé l’a saisi et aidé à glisser. Lorsqu’il a senti l’air contre lui, il a su immédiatement que « le patinage, c’est pour moi ».

Captivé par le sport, Davis est devenu membre du célèbre Club de patinage Minto, qui se trouvait à ce moment à la patinoire Rideau, sur la rue Waller, à Ottawa (détruite dans un incendie en 1949). Il garde de nombreux bons souvenirs du club, y compris celui de regarder une jeune Barbara Ann Scott apprendre à patiner et perfectionner ses habiletés sur la glace du Minto. David a avancé dans le programme des tests et réussi ses figures de niveau argent.

Grâce aux encouragements de ses entraîneurs, David a fait équipe avec Mae Simpson. Mae et David ont été chanceux d’apprendre des entraîneurs légendaires Otto Gold (premier entraîneur de Barbara Ann Scott) et Gustave Lussi (entraîneur de nombreux champions, dont Dick Button, Donald Jackson, Barbara Ann Scott et Dorothy Hamill). Mae et David ont concouru en patinage en couple junior, participant aux Championnats canadiens en 1941 et 1942. L’équipe patinait bien, mais malheureusement n’a jamais remporté de médaille à l’événement.

Peu après les Championnats canadiens de 1942, durant la guerre en Europe, David s’est enrôlé dans les forces armées. Sa carrière de patinage a donc pris fin, mais il n’était pas le seul patineur à changer de carrière, faisant remarquer que ses amis Dennis Ross et Pierre Leduc avaient fait de même.

Après sa formation, David est devenu membre de l’Advanced Flying Unit. Ses aptitudes lui ont valu une promotion comme instructeur de vol. Dans l’exercice de ses fonctions, il a été envoyé au Royaume-Uni, où il a passé les trois prochaines années (1942-1945) à former des pilotes de l’Aviation canadienne. Bien qu’il ne se trouvait pas sur les lignes de front, il a rencontré et formé de nombreux Canadiens qui n’en reviendraient jamais.

Le rôle d’instructeur de vol convenait à David, un homme doux et bienveillant. « En rétrospective, je ne tenais ni à tuer qui que ce soit ni à me faire tuer ». Après la Seconde Guerre mondiale, il est resté dans le service régulier des forces armées de 1950 à 1966, déménageant à divers endroits.

Vers la fin de son service régulier, David s’est rendu compte qu’il souhaitait de nouveau participer et rendre au sport qu’il aimait. Il est devenu un officiel à l’âge de 40 ans, un rôle qu’il a joué pendant 25 ans. David était un juge de style libre, de danse et de figures, jugeant les figures jusqu’au septième niveau. On lui a même permis de faire la notation comme seul juge, compte tenu du faible nombre de juges disponibles dans les Provinces maritimes. C’était un rôle pour lequel il inspirait une grande confiance, étant donné qu’il était le seul officiel à un grand nombre des événements qu’il jugeait.

En 1984, l’une de ses dernières années comme officiel, David s’est vu attribuer le prix du président décerné aux bénévoles pour les innombrables heures contribuées au sport à titre d’officiel. David songe souvent aux relations établies durant sa participation au patinage : « J’ai rencontré beaucoup d’excellents enfants, parents et amis ». Bien qu’il n’exerce plus ses fonctions d’officiel, il continue à patiner de façon récréative.

David n’a pas encore patiné cette saison en raison d’un rhume, mais il est content que « toutes ses articulations fonctionnent toujours » et compte très bientôt retourner sur la glace pour se livrer à cette passion de toute sa vie. Il patine à la patinoire de St. Margaret’s Bay, foyer du Club de patinage St. Margaret’s Bay, à Upper Tantallon, en Nouvelle-Écosse. David est excité de retourner sur la glace après son prix le plus récent : « L’an dernier, on m’a donné un laissez‑passer gratuit à l’âge de 90 ans, parce que j’étais manifestement le patineur le plus âgé sur la glace. »

En cette journée, David assistera à ce qui sera sa quatrième cérémonie du jour du Souvenir de l’année. À titre d’ancien combattant, il assiste à de nombreuses cérémonies du jour du Souvenir chaque année, nous rappelant les sacrifices faits qui nous permettent de profiter de notre magnifique pays aujourd’hui.

Souvenons-nous.

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.